# Ghjuventù
 

Découvrez les contributions des jeunes à notre concours Allora #CreateInCasa


Publié le 04/05/2020





Catégorie 7-12 ans


Yanis BARK
Yanis BARK

Maxime SAMMARCELLI
Maxime SAMMARCELLI


Lehna LACHKAR


Carlandria AMBROSI

Catégorie 13-16 ans


Marcu-Maria PAZZONI
Marcu-Maria PAZZONI


Ninon POINGT

Catégorie 17-25 ans


Tempi di cunfinamentu in u Taravu

Dans la vallée du Taravu, il y a des personnes au grand coeur, amoureuses de ce territoire. Leur territoire.
Parmi ces personnes il y a des retraités, des agriculteurs, des travailleurs, des jeunes, des moins jeunes...
Et puis il y a les Maires des communes d'Arghjusta-Muricciu, di Macà-Croci è di Pitretu-Bicchisgià, qui sont à l'origine de la mise en place de la navette "A Paisana".

Habituellement, Anna, conductrice de la navette, transporte gratuitement les habitants de ces trois villages pour permettre aux personnes agées seules, sans moyen de locomotion, de maintenir une certaine mobilité.
Ces personnes font le déplacement jusqu'à Pitretu-Bicchisgià pour acheter des marchandises dans les commerces, boire le café entre amis, discuter, échanger, se faire macagner... La vie quoi !

E pò hè ghjuntu u COVID-19, è u tempu di u cunfinamentu.
In u Taravu, a vita s'hè guasgi firmata. Mà l'aiutu paisanu, ci hè sempri.

Parce que l'intelligence, c'est la faculté d'adaptation, l'association VLD qui emploie Anna, a proposé de maintenir le service proposé, sans transporter de passagers.
Donc la conductrice de la navette continue malgrè tout de jouer la super-héro, pour ces personnes âgées, isolées, confinées.

A chaque transport de marchandises, Anna s'équipe : masque, gants, gel-hydro-alcoolique...
Et c'est ainsi qu'Anna permet aux habitants de la vallée du Taravu d'être approvisionnés en charcuterie, miel, confitures, fruits, légumes, et surtout d'apporter satisfaction à beaucoup de monde.

En attendant de transporter de nouveau beaucoup de personnes...

Bastien CARACCIOLI
 

Elsa PAOLETTI
Elsa PAOLETTI

REQUIEM

Aghju amatu cù u corpu, aghju amatu cù u spiritu, aghju amatu cù u cori. Aghju amatu i parsoni chì ni valiani a pena, d’altri micca, ma t’avaraghju avutu u meritu d’avè fighjulatu in faccia i carneghji è i danni ch’iddu faci l’amori annant’à un essaru, par ùn essa nienti di più, à u finali, chè una mora di pulvara rostica, in iscambiu di tuttu ‘ssu mali accanitu è di ‘ssa passioni scatinata.
Ci hè sempri una manera di sfrancassila. Ci hè a musica, a pittura, a literatura è talmenti di millai di cosi… ma una sciuta di succorsu hè sempri da imaginà, pocu premi u locu, pocu premi l’andana. S’iddu hè pussibuli di cantà quand’iddu lucichighja u soli, hè pussibuli di baddà quand’iddu sunitighja. Campu in un locu indu i stiddi, cù a so billezza cilesta, cilebrani ugni amori persu. In un locu chì, di notti, u cantu di i lubbi accumpagna l’omini versu i so sonnii i più belli. Ma supratuttu in un locu indu di sèntani pari inevitabili, ancu sì di soffra ùn hè tullarata.

Cunnisciu tandu quidda donna. Una donna palida quant’è u latti, dulci quant’è u meli. Una donna ch’e’ amaiu. A sola parsona capaci di trasfurmà i me prublemi in suluzioni, a me collara in creatività. Era scrivana à l’ori persi, mittia in prosa i so ricordi, i so risati i più belli. Briunaia à u mondu a so pena, cù lighjirezza, baddaia u valsu è facia volta è ghjira cù i parolli. Quantu po’ l’ammiraiu. Ci vulia ch’idda m’appartinissi, ch’idda fussi meia pà a vita è ancu di più. Socu forsa duvintatu tossicu par idda à quiddu mumentu, ma ùn eru eu, era l’Amori. Palesu ch’e’ l’aghju siguitata calchì volta è scantata da certi di i so amici, ma tuttu ciò ch’aghju fattu, l’aghju fatta solu par idda. Paria ch’idda m’era distinata, ma chì idda ùn la sapia ancu. Tandu aspittaiu à l’umbra, piattu, cù pacenzia, schisendu tutti l’impittatoghji di u nosciu violu cussì bellu.
Una sera ch’e’ m’eru piattu in una stritta chì daghjia sutt’à a so finestra, l’ussirvaiu. Pustiaiu i so belli curvi mentri ch’idda si svistia. U spittaculu era trimendu, paru à un focu d’artifiziu di carri, di dulcezza è di sinsualità. Allora ùn mi so’ micca pussutu impidì d’alzammi sin’à u so appartamentu mentri ch’idda durmia, ma ùn ci aghju fattu nienti di mali ! A porta era aparta, socu intrutu. Palesu d’avè accarizzatu à pena i so linzoli, muscatu calchì ad unu di i so panni di suttu, o taddatu unu di i so belli ciuffi durati. Apressu tuttu ùn era nudda, vuliu solu un pocu d’idda cun mecu. Ma di colpu, s’hè svighjata. Hà lampatu unu brionu, unu stridu chì hà sciappatu u silenziu di a notti. L’aghju vulsuta calmà ma ùn vulia senta nudda.

Aghju postu a me mani annant’à a so bucca ch’idda stessi bassa. Ùn la capia ch’avia fattu di mè un scemu d’amori ? Paria chè nò. S’agitaia, ùn si vulia calmà. Hà chjappu u so telefonu postu annant’à u tavulinu di notti è hà cumpostu u numaru d’un certu Petru. Ma quali era po’ quiddu Petru ? Ùn lu cunnisciu. Un amicu ? Un amori ? Un amanti ? Aviu puri passatu à u stacciu ugnuna di i so cunniscenzi, s’iddu era statu un amicu l’avariu po’ rimarcatu ! Ùn pudiu suppurtà un fattu simuli. Tandu, fui com’è acciaccatu da u pesu d’una rabbia incridibuli. Aghju cacciatu a mani da a so bucca, è mi socu missu à stringhja di più in più forti annant’à a so cannedda. I so ugni si ficcaiani in a me peddi. I so ochji erani infiarati di sangu. Mi minaia forti è circaia di lagnassi, o di briunà, ùn so’ micca veramenti. Ma dopu à calchì minuta hà cissatu di dibattasi. I so ochji fighjulaiani in u biotu. I so braccia pindiani, u so coddu era tuttu strisciulatu.
Eppuri, u me bellu fiori si n’era andatu. Socu firmatu quì parichji ori, à fighjulà a so bella faccia di purcellana. U lindumani, à l’alba, aghju strascinatu infini u so catavaru à mezu à a furesta, è cù una casta l’aghju arrigalatu una libartà eterna.

Mi manca talmenti. Ùn hè idda a vittima, socu eu. Dipoi quidda notti, m’hà ublicatu à viva senza idda tutti i ghjorni. Ma pur’ chè puri a socu chì u solu mezu par tenala era di tumballa. Era, à u finali, u nosciu scappatoghju.
Oramai, amori, se meia è socu toiu. Camparemu insembu a bella avvintura di l’eternità.

Laurélène CAVALLINI-NEGREL

 

Morgane PASQUALI
Morgane PASQUALI

Joséphine SILVANI
Joséphine SILVANI


Pinsà à l'altru

Saveria t'hà diciottu anni. Com'è parechji ghjuvanetti di a so ità, i so primuri sò di scambià l’ultimi putachji incù i so amichi è sapè comu s'hà da vesta u prossimu vennari sera. D'altrondi, Saveria hè iccillenti in u duminiu di a moda. Deti li un'annata, saparà cità vi i criatori, i sfilati è i panni chì l'ani marcatu. Pudaria passà ori è ori à perdasi in a vardia robba di a so minnanna à a ricerca di l'affari di u seculu. Quidda hà passatu una vita à accantà i so tisori di ghjuvantù, sapendu incù pirtinenza ch'edda avaria un ghjornu l'uccasioni di ricaccià li pà a so fisfigliola cara. Saveria apiega issu principiu à edda stessa, ùn ghjetta nudda, ùn dà nudda. Spera di pudè sparta a so robba sacra incù i so stalbatoghji à a so discindenza propia.

Una sera, Saveria urdina u so armariu. Accanta varii panni d'invernu chì ùn li vani più mittendu li in un sacchettu. U so accunciamentu hè intirrottu da a mamma chì li dumanda di caccià i rumenzuli. Soffia ma si scusa. Franca u salottu incù un prima saccu di panni in manu è s'avvia versu à i sacchi di rumenzuli posi à l'intrata. U so parcorsu hè disturbatu da a ricizzioni di un missaghju. A simplici vibrazzioni di u so tilifuninu basta à scuncintrà à Saveria, purtendula à spessu à tralascià i so faccendi. Tamanta affidera, ùn senti mancu più l'infurmazioni - duvintati fondu sunoru cuntinuu di u so appartamentu dipoi sei sittimani – di a televisiò. A pandemia, a crisa, i parsoni in difficultà, quissa l'impremi pocu. Ùn hè ch'edda hè incuscenti, hè sola smatura pà sentasi cuncirnata da a situazioni. L’ochji fissi à u so smartfonu, ridi, acconcia, poi compii u so travaddu.

U lindumani matina, Saveria hè scittata da un'idea insupurtevuli chì li veni i menti : u saccu di panni ! S'arrizza, u cerca... in vanu. Capisci tandu chì a so robba ghjacci avali à mezu à i rumenzuli. Crisa di narbi è lacrimi passati, finisci pà fassi una raghjoni è s'appronta pà andà à veda a so minnanna. Oghji, tocca à edda à purtà li i so corsi. Si vesti di a so più bedda panna, a so mascara, i so vanti – impostu da i parenti- è codda in a so vittura.

Piantatu à un focu rossu, vicinu à ind'è edda, u so sguardu si cala subbitu à nantu à un manteddu chì li pari di cunnoscia. Tandu u rimetti. A sà quant'eddu hè dura à buscassi ni unu, hà scumbattutu sei mesi è ghjucatu tantu di malizia nanzi d'avè lu. Saveria metti u so accendispigna par scantà si è andà à chera una di i panni prifiriti di u so armariu. Ma, fissendu u so nuvellu nimicu anc'ora idintificatu, di colpu, calcosa l'impidisci di escia di a vittura. In drentu à a so gabardina, scopri una donna. Hè magra, vizza, di sicuru mucata da a vita. Hè vistuta da un pantalonu tafunatu è di un pull troppu frustu pà essa purtatu sempri. Ingutuppata in quidda scuparta maravigliosa, a incunnisciuta spichja u soli suridendu. Saveria abbandona a so idea è si metti in anda. Suridi anch’edda.

Marie ORDIONI

Pinsà à i nostri anziani

Lisandru t’hà vintunu anni. Suvita i so studii ghjuridiche in Aix-in-Pruvenza. Prumulgatu u cunfinamentu, sceglie di vultà nantu à so isula, in Aiacciu. Tandu pudarà stà vicinu à i so cari pà issa fasa tanta particulare. Eppuru, pà ellu, ùn c’hè mezzu di firmà rinchjusu… Quissi settimani di « vacanzi », privede di batte incù i so amichi, chì, tuttu l’annu, sò cusì luntanu. Quandu stu ghjuvanottu ghjunghe in Corsica, a so mamma li avverte chì u so carrughjanu prisente i primi segni di a Covid-19. Una nutizia chì u lascia indifferente, si dice: « Sgiò Mondoloni hè anzianettu, hè nurmale ch’ellu sìa faticatu è debule ».
 
Dopu una settimana di surtite è di sirate cù l’amichi, i genitori di Lisandru li ponenu una ultima pruposta: sia stà rialemente isulatu, sia sbaracca. Ùn pò più durà l’affare. A prubabilità ch’ellu acchjappassi è trasmettessi quistu siscu, hè alta. Inoltre, a so mamma hè in cuntattu ripitutu cù u vechju Mondoloni. Difatti, l’aiuta da chì u so statu ùn hè bonu, è s’impeghjurisce. Argumenti, chì, li impremenu pocu à Lisandru… Una litica scuppa. I mughji sguassanu i nutificazione di u so telefuninu, incessabile. I so amichi volenu ricuperà lu. Chjamate faltate. Ùn l’aspittanu.
 
A mane seguente, tintinna dinò u telefuninu, cuntinuatamente. Si sperta è risponde. Di l’altru fiancu, a mamma di un amicu. Li annunzia, a voce tremulente, una nutizia tarribule. Imbriacati, i so trè cumpagni anu avutu un accidenti di vittura. Stanu à l’unità di reanimazione di l’uspidali d’Aiacciu. Spavintatu, si vesta una ghjacca è sorte, pà rinfrescà si. In i scali, scontra ambulanzeri. Venenu ricuarà à Sgiò Mondoloni. U so statu hè criticu.
 
Una quindicina dopu, Lisandru hè avàli rassicuratu. I ghjorni di i so amichi sò, ora, fora di piriculu. Ma, a so mamma, di l’anzianu, ùn hà più nutizie. Hè sottu à pinseri. Eppoi, sti ghjorni quì, infurmà si sopra qualchissia hè cusì difficiule. Ùn faci parte di a so famiglia, è ùn cunnosce mancu un parentu. A sola infurmazione ch’ella t’hà riesciutu à ottene, dice chì, essendu adimessu à l’uspidale, hà pigliatu l’ultima piazza di a reanimazione. Privene subitu u so figliolu.
 
À l’intesa d’isse parolle, una idea franca a mente di Lisandru: s’ellu era in quidda vittura, saria ellu, sinnò u signoru Mondoloni, ch’avaria presu issu lettu. U so pinsà hè prestu piantatu, da un rimore chì pruvene da fora. Pneumatiche nantu à gravetta. Guarda u parcaghju di u so edifiziu, duve ci hè, una ambulanza. U cunduttore è u passaghjeru falani, aprenu i porti di daretu è aiutanu u terzu omu à falà. Lisandru ricunnosce à Sgiò Mondoloni.

Marie ORDIONI


Elsa DOUBLET-ALBERTINI
Elsa DOUBLET-ALBERTINI

Une promenade de santé

Il pleuvait. Encore. Cela faisait maintenant un mois que la pluie s’abattait en continu sur la région. Je regardais par la fenêtre, assis sur le bord du lit. Dehors, les branches des arbres s’écrasaient sous le poids de l’eau. Je venais de me réveiller et malgré le bruit des gouttes qui tombaient du ciel, le premier son que j’ai entendu est celui de la théière qui siffla.
                « Tu as encore grincé des dents pendant ton sommeil ! »
                Je me frottai l’arrière du crâne en grimaçant. J’avais mal aux dents. Elles étaient comme engourdies, mais à force, j’avais fini par m’y habituer.  Une bourrasque de vent fit claquer une branche contre un des carreaux.
                « Quelle heure est il ? »
                Elle me dévisagea en esquissant un sourire las et fit couler le thé fumant dans une tasse en métal.
                « On va manquer de thé. Profite en… »
La journée commençait bien. Au moins ça me ferait une occupation. Ça me changerait de cette routine qui s’était installée depuis trois semaines déjà. Vingt et un jours enfermés ici. Au départ c’était plutôt agréable. Tout oublier et faire comme si de rien n’était. Reprendre une vie comme avant. On se roule sous la couverture, on allume un bon feu, on dresse la table ; le genre de choses que l’on fait toute la journée. Mais au bout d’un moment la réalité finit par frapper à la porte et nous rattraper.
« De toute façon on manque de tout »
Elle vînt s’asseoir vers moi, enveloppée dans une veste de cuir noir, elle se colla à moi et appuya sa tête contre mon épaule.
« Il est 15 heure, j’ai pas osé te réveiller. J’ai vu qu’il ne te rester que 7 balles et, en plus, que tu avais déchiré ton pantalon…ça devient une sale habitude.
-Tu aurais dû me réveiller…à part une boite de haricots, de la ficelle…
-Et un vieux revolver. Je sais. C’est pas grave. »
Je restais près d’elle ma tête contre la sienne, à fixer les gouttes d’eau. Pas la peine de lui dire comment j’avais fait pour nous procurer à manger. Ni comment j’avais déchiré mon pantalon. Elle avait pas besoin que je lui décrive tout ça, elle s’en doutait bien.  Il était inutile de lui dire que chaque jour, lorsque j’ouvrais les yeux je revoyais les visages de ceux que j’avais tués pour survivre. Elle ne disait rien. Nous regardions tous les deux à travers la fenêtre. De temps en temps je portais la tasse à mes lèvres. Je prenais alors le temps de savourer le thé.
« Tu vas fouiller quel côté de la ville ce soir ?
-Aucun…je n’y mettrai pas les pieds. »
Après ma virée il faudra quitter cet endroit et s’installer ailleurs. On a passé trop de temps ici. N’importe qui aurait pu nous tomber dessus et je suis épuisé. Elle aussi. On ne fera pas fait long feu si des maraudeurs nous tombaient dessus. Je crevais de faim, mais encore une fois je fermais ma gueule. Pas la peine de lui dire. Je préparais mon coup. Pourquoi pas la station-service à l’entrée de la ville ?  Les gens s’y étaient rués pour faire le plein et fuir le plus loin possible. Mais pour aller où ? Il n’y avait aucune échappatoire.  Avec un peu de chance je pourrai mettre la main sur une boîte de friandise ou une connerie dans le genre. Non. C’était débile. Trop de risques pour si peu. On aurait besoin de quelque chose de plus consistant. J’avais pas le choix je devais me rapprocher. Le super marché ferait l’affaire. Après tout je n’entrerai pas dans le centre-ville.
                « Tu veux pas que j’y aille moi ? Je vais mieux je t’assure.
                -Non on a dit chacun son tour. De toute façon j’ai changé la planque… »
                Elle se redressa. Quel con…elle avait compris. Ses yeux me transpercèrent.
                « Ils t’ont suivi ?
                -T’inquiète, Ils bougeront plus jamais. Mais j’ai fait trop de bruits.
                -Combien étaient ils ?
                -Deux.
                -Où ça ?
                -Pas loin de la gare. Je les ai surpris. Ils n’avaient pas de sac. Ils avançaient doucement. »
                Je m’allongeai sur le lit et me roulai sur le côté face au mur. Lui dire comment je les avais crevés ? Comment le premier a gémi lorsque la balle lui a éclaté l’artère fémorale ? Lui dire que j’avais dû passer à travers une fenêtre pour ne pas que le deuxième homme ne m’explose le crâne avec un pied de biche ?
                 Tout cela elle ne le savait que trop bien. Ça faisait maintenant trois ans que je survivais en fouillant et en pillant. Quatre ans pour elle. Voir des gens mourir était notre routine. Impensable dans d’autres temps ! Une nécessité pour vivre aujourd’hui.
                « Je préparerai mes affaires avant de partir…j’ai le temps. Je vais me reposer un peu, tu as besoin de quelque chose ? »
                Pour toute réponse, elle se serra contre mon dos et me murmura ;
                « Ne pas te faire tuer. »

                                                                                              **         
 
                Il pleuvait de plus en plus. D’ordinaire j’adorais la pluie. Mais là, c’était infernal. Il tombait des cordes, impossible de voir à plus de cinq mètres. Et mes fringues étaient imbibées d’eau. Ça allait pas arranger les choses.
                J’avançais accroupi, slalomant entre les voitures, tâchant de me faire le plus petit possible. De temps en temps je jetais un oeil dans les véhicules lorsque les portières étaient ouvertes. Six cents mètres de routes à parcourir…ça en faisait beaucoup des bagnoles à l’abandon. Un immense cortège funèbre de souvenirs. Des cercueils de métal et de verre, avec des fauteuils en cuir pour certains. J’arrivais quelques fois à dégoter des trucs sympa dedans. Une boîte de chewing gum ? pourquoi pas…un briquet, ça peut toujours être utile, ici un canif, j’en ai déjà une belle collection pas la peine de m’encombrer. J’eus un sourire nerveux en voyant un portefeuille dont des billets dépassaient ; je les pris…non pas pour acheter je ne sais quelle connerie, mais pour allumer un feu. L’idée paraissait toujours autant surréaliste et folle, même 3 ans après tout ça.  Sur un tableau de bord je mis la main sur un paquet de cigarettes que je rangeais dans la poche interne de ma veste. Ça n’était pas ça qui me tuerait maintenant. Je poursuivis mon chemin et toujours ces douleurs dans le dos à force de rester voûté. Mais qu’importe! C’était ça ou risquer de s’en prendre une dans la tête. Se dire que tout pouvait se finir d’un coup avait quelque chose de fascinant. Disparaitre d’un claquement de doigts, comme ça, bye bye ! A la revoyure ! Et pourtant…il n’y a pas longtemps je m’en serais complètement fichu. Mais elle était là, je pouvais plus avoir ce genre de pensées. Alors je faisais gaffe à ma peau. Il fallait se fondre dans le décor n’être rien d’autre qu’une ombre et raser les murs.
                 Vingt-trois heure à ma montre, je n’étais plus très loin. Plus que quelques pas et je devrai la voir. Son enseigne se dressa en effet face à moi lorsqu’un éclair, le premier de la soirée, la révéla en illuminant le ciel. Je compris que ce soir il valait mieux ne pas traîner. Je fis les derniers mètres en rampant, jusqu’à arriver aux pompes. Passé cet obstacle je serai à découvert. Je me redressai lentement et pris le temps d’examiner ce qui se profilait aux alentours. A gauche il se passait rien, juste un vieux camion de livraison à l’abandon…l’idée d’être gourmand et d’aller le fouiller me traversa l’esprit mais je fus vite calmé et déçu lorsqu’un autre éclair me fit voir que ça n’était qu’un camion de linges…dommage. A droite il y avait un muret et des voitures…une silouhette dans l’une d’elle. Je la visais lentement avec mon fusil sans faire de geste brusque…juste un mort. Derrière moi il n’y avait rien hormis la cohorte de carcasses de véhicules. J’inspirai longuement et me jetai à l’assaut de la station-service. Le sac dans une main, le couteau dans l’autre et le fusil dans le dos. La porte vitrée avait été fracassée ; je me glissai à l’intérieur. Les rayons étaient presque vides, quelques canettes de soda par-ci, une bouteille de scotch là, des bonbons et autres sucreries. Pendant que je mettais mes trouvailles dans le sac à dos je me rendis compte que je n’avais rien prévu de tout ça…c’était le super marché que je visais...
                « Quel crétin…j’enchaîne les erreurs…je vais finir par me faire crever… »
                Le magasin n’était pas loin, presque un kilomètre en remontant la route. C’était jouable, je serai rentré dans les temps. J’observai durant une dizaine de minutes si quelque chose bougeait dehors. Rien. La voie était libre. 
                Je me fondis à nouveau dans l’obscurité, lançant quelques fois des regards inquiets dans mon dos.  J’essayais de me concentrer sur ce que j’avais à faire. Mais c’était pas facile. Je devais garder les idées claires, ne pas paniquer, ne pas penser aux conneries que je pouvais faire et surtout ne pas m’inquiéter pour elle. Elle n’avait pas besoin de moi pour s’en sortir. Quand j’étais seul les choses étaient plus simples, je ne me préoccupais que de moi, au pire si je me faisais descendre personne ne s’en serait soucié. Tandis que là…non ! Je ne devais pas y penser. Le tonnerre gronda. Je m’arrêtai et écoutai ce qui se passait autour. SI quelqu’un voulait attaquer c’était le moment opportun, le bruit de l’orage traînait ; l’occasion idéale pour surgir sans se faire entendre. Je crispais ma main sur mon couteau. Deux minutes s’écoulèrent. Aucun agresseur. J’étais seul. Je repris ma progression en nouant mon écharpe autour de mon cou. Il commençait à faire vraiment froid.
                « Courage mon vieux, c’est la dernière fois qu’on fout les pieds ici, après ça on pourra dégager ».
                J’aurai préféré entendre sa voix plutôt que de me parler à moi-même. Je stoppais net après avoir murmuré ces quelques mots ; j’avais entendu quelque chose ! Là ! Devant moi. J’en étais sûr. J’attrapai mon fusil et épaulai prêt à faire feu.  Tout mon corps se figea. Plus le moindre geste. Pas un tremblement. Cela se rapprochait, doucement. Je n’en pouvais plus. Je gardai mon calme, tant bien que mal, lorsqu’enfin, là derrière une moto : c’était un chat. Il paraissait maigre et affamé. Je me retins de lui flanquer un coup de pied. Il fila et disparut dans la nuit comme si de rien n’était. Je m’adossai contre la glissière de sécurité en expirant. Il était vraiment temps que tout ceci s’arrête…
                Je débouchai finalement sur le parking du supermarché ; rien d’extraordinaire c’était celui d’un quartier à l’extrémité de la ville. Il était bordé par de petites résidences et un café qui avait été incendié. J’observai si quelque chose n’allait pas et puis une fois que j’étais sûr de mon coup, j’y allai. Cependant la zone de découvert était, cette fois, beaucoup plus importante. Je préférai avoir mon fusil entre les mains, je savais qu’il m’était impossible de voir d’où viendraient les coups de feu si on m’attaquait, mais le fait de répliquer me permettrait peut-être de calmer mes agresseurs.
                Je sortis timidement de derrière un 4x4. Garder mon calme et faire attention à ce qui se passait tout autour me demanda un effort considérable.  Un pas après l’autre, effrayé à l’idée que quelqu’un ne surgisse du néant, je progressai. Je n’en étais plus très loin. Soudain un grincement proche de moi ! Est-ce que cela venait de ma gauche ? De ma droite ? Maudite pluie ! je pointai mon arme dans toutes les directions, je respirai de plus en plus fort. Je ne voyais rien. Absolument rien. Après quelques secondes à décrire des cercles je me persuadai que ça n’était que le fruit de mon imagination. J’inspirai en serrant le fusil. je tremblai nerveusement et repris. Plus que cinq  mètres et je serai au sec. Plus que…le bruit ! à nouveau le même grincement ! Plus fort cette fois-ci ! Je sentis quelque chose me pousser dans le dos et siffler dans mes oreilles. Tant pis pour la discrétion, je n’y tenais plus ! Je me mis à courir, je me précipitai à l’intérieur et me prenant les pieds dans je ne sais quoi. Jje me jetai à terre et me retournai vers l’extérieur. Je tentais désespérément de trouver dans l’obscurité le danger qui me guettait ! Je n’entendais plus que les battements de mon cœur. Ça ne s’arrêtait pas, le rythme était insoutenable. J’étais comme sourd, dans ma poitrine ça tambourinait comme une bête folle. Pendant un instant, je crus quej’avais l’impression que tout allait se déchirer en moi. Je ne tenais plus en place, il fallait que je bouge ! Que je fasse quelque chose. Quelle était la raison de ce grincement ? Sans m’en rendre compte je me misà grogner, mes doigts gonflaient et me faisaient mal tant je serrais mon arme, comme si j’étranglais quelqu’un. Et puis tout éclata ! Je me mis à rire, de nerf. Je venais de comprendre la raison de mon angoisse. Cela faisait des jours qu’il me suivait, qu’il était là avec moi. Le vent. Le bruit qui m’avait mis dans cet état, c’était le vent qui faisait danser un câble électrique. J’étais seul.
                Je mis un certain temps avant de me remettre de mes émotions. Combien ? Je ne saurais le dire. J’étais resté allongé dans une eau dans laquelle baignaient des pages de magazines et toutes sortes de saloperies. J’avais horriblement froid. Mes vêtements avaient fait leur temps. Un miracle s’ils ne tombent pas en lambeau ! Heureusement que je l’avais…sans elle…Je me faisais des films, c’était juste la fatigue. L’idée de me fumer une cigarette me traversa l’esprit. Cela m’aurait fait un bien fou. Pouvoir me détendre ne serait-ce qu’une minute...Mais ça n’était ni le lieu ni le moment, à travers l’obscurité la fraise se verrait à des kilomètres. Pourtant, j’étais dans un bâtiment et vu ce qu’il tombait dehors j’aurai vraiment manqué de chance si quelqu’un parvenait à distinguer la lueur orangée de la cigarette. Ma main glissa vers mon torse, elle défie un bouton et se faufila à l’intérieur, elle caressa le paquet et commença à le tirer hors de son abri. Je me voyais déjà la clope au bec lorsque je repris mes esprits. J’écrasai le paquet et le repoussai dans la poche. Idiot ! je me relevai et avançai sur la pointe des pieds. L’endroit puait. Des corps inertes, dispersés dans le magasin. Une dizaine tout au plus. En fait, c’étaient plutôt des squelettes vêtus de guenilles qu’autre chose. J’en enjambai un qui était affalé sur un chariot renversé. Je me penchai et ramassai deux trois conserves qui ne me semblaient pas cabossées. Je les rangeai dans mon sac et me faufilai entre les caisses. Le vent hurla à travers un carreau brisé et des rats gigotèrent sous le veston d’un mort. L’un d’eux couina. Je préférai me tenir écarté, j’avais fait beaucoup de bruits et, bien que ma présence ne fût un secret pour personne, il était inutile d’en rajouter.  J’arpentai les rayons à la recherche de nourriture. Je n’avais pas vraiment d’idée précise de ce que je pouvais trouver. De toute façon, il n’y avait plus grand-chose. Entre les foules en panique et les pillards, je n’espérais pas me remplir les poches. Au détour d’un étale à légumes qui formaient désormais une bouillie nauséabonde, je tombai nez à nez avec un autre reste d’humain. Dissimulé par la noirceur de la nuit je ne l’aurais pas vu si une dent or ne s’était pas détachée des ténèbres. Je n’osai lui faire les poches. Je me contentai de passer à côté en frissonnant.  Dehors l’orage s’intensifiait.  Un éclair s’abattit sur le toit. Le bâtiment trembla. Par réflexe je m’accroupis. Mon cœur se remit à battre très fort. Je commençais à baliser, me demandant si je n’allais pas me faire foudroyer dès que j’aurai foutu un pied dehors. Mais peu importe. J’étais là.
                Je continuais à errer entre les rayons. J’eus de la chance en mettant la main sur une dizaine de boîtes de haricots...je n’en revenais pas, c’était trop beau. Un sourire se dessina sur mes lèvres et remonta jusqu’à mes oreilles. Il devait sûrement être dissimulé sous ma barbe. Mais qu’importe? Qui allait me reprocher de négliger mon apparence ? Cela me fit à nouveau sourire.
                Au final, je m’en sortais assez bien, j’avais touvé du ruban adhésif, une boîte de clous, et de quoi manger pour au moins quinze jours. Mais la trouvaille dont j’étais le plus fier...des pêches au sirop ! J’en avais les larmes aux yeux.  Je remis mon sac sur le dos tout en gardant  mon fusil à la main; il était temps de partir. Je frôlai le mur droit, tentant de rester le plus possible dans l’obscurité.  Me faire abattre maintenant aurait vraiment été débile. J’attendais tapi dans l’ombre, scrutant à travers le rideau de pluie, recherchant le signe d’un danger qui m’attendrait à l’extérieure, mais, de toute évidence, il n’y avait personne.  Je clignai des yeux et m’abandonnai à l’inconnu qui m’avala. Le poids de toutes les gouttes d’eau qui tombaient du ciel me heurta. Chacune d’entre elle venait me frappait lourdement. Je fus parcouru par un frisson et, à nouveau, je me glissai entre les carcasses de voitures, il était temps de rentrer.
                Le retour semblait se faire sans encombre. Il ne se passait rien. Mais la peur, elle, ne me quittait pas. C’était toujours le pire, je risquai gros, je pouvais me faire tirer dans le dos, me faire voler ce que j’avais trouvé, je pouvais perdre ma vie. Mais ce qui me terrorisait vraiment c’était que l’on me suive jusqu’à notre refuge. Je m’en faisais une maladie, qu’on lui fasse du mal. Au cour de ses sorties je ne parvenais jamais à fermer l’œil, je restais éveillé, assis sur une chaise en face de la porte, je comptais les minutes et, lorsque je l’entendais arriver je me précipitai dans le lit pour faire semblant de dormir. Et puis, je faisais comme si je venais de me réveiller, je la serrais fort contre moi. Mais ce soir-là, je n’en pouvais plus, toutes ces peurs, c’était désormais trop pour moi. Cela faisait maintenant quatre mois j’espérai secrètement pouvoir trouver un endroit tranquille.  Je ne savais pas à quoi il ressemblait, mais je savais que, lorsque je le verrai, je le reconnaîtrai. A ce moment-là, cette vie d’errance prendrait fin. Ça durerait le temps que ça devrait durer mais j’estimais que nous en avions le droit.
                Il était maintenant cinq heure quarante-trois. Etait-ce bien utile de rajouter les minutes ? Étaient-elles importantes ? Sans doute que non. J’y étais : la cache. Un mois que j’entreposai ce que je trouvais, dire que j’avais dû déplacer tout ça dans la précipitation hier…J’avais passé la nuit à le faire. Si seulement j’avais fait attention, je n’aurais pas eu à tuer ces deux crétins et je n’aurais pas perdu du temps à tout déménager. C’était là, sur la quatre voies, j’avais choisi de tout planquer ici, à l’abri derrière un bus renversé. Il n’y avait qu’un seul accès et le bus me dissimulait. J’avais caché un énorme sac militaire et une besace sous un tas de pneus et de morceaux de métal. Pendant que je me préparais à tout porter j’eus un pressentiment. Je baissai la tête quasi instinctivement. Quelque chose brassa l’air. Je roulai sur le côté et bondis sur mon agresseur. Il tomba à la renverse. Je lui flanquai mon poing dans la gueule. J’allais frapper une seconde fois mais je ressentis une violente piqûre dans mon flanc gauche, je basculai dans un râle. Il me repoussa d’un coup de pied dans la mâchoire. Je m’écroulai. Il ne perdit pas un instant, enveloppé dans un manteau noir il se rua à l’attaque, je ne parvenais pas à voir son visage, pas même son regard. C’était une forme qui se détachait à peine de la nuit. Il me frappa à la tête. Je crachais du sang. Il marmonna quelque chose mais ça voix rauque se perdit dans le vent. Je ressentais une vive douleur au ventre, ça brûlait. Il me saisit alors par le col, j’en profitais pour lui planter mes doigts dans les orbites. Il me lâcha en hurlant, il se tenait la face et faisait de grands gestes. J’attrapai mon couteau et me lançai à nouveau comme un boulet de canon : mon crâne heurta son bide, il toussa et se plia. Sa main saisit mon poignet. J’appuyai, son ventre appelait ma lame. C’était la fatalité. Je poussais de toutes mes forces, je pouvais à présent sentir son souffle contre mon menton. Je fermai les yeux. Il tenta de dire quelque chose mais il ne put émettre qu’une sorte de gargouillis infâme…je l’avais tué…un de plus.
                Je me relevai en haletant, je cherchai mon souffle. Une main sur chaque flanc. Je sentis quelque chose de chaud sur la paume de ma main droite ; il m’avait poignardé…Je déchirai un morceau de mon pull et le plaquai contre la plaie. Je serrai les dents pour ne pas me plaindre. Ça piquait. Un éclair me fit apercevoir mon sang qui gouttait de la blessure avant de se mêler à l’eau.  Quelle vie de con…Il faudrait faire avec. J’arrivai tant bien que mal à porter les trois sacs. La blessure me lançait et la douleur se faisait plus intense encore.
                Peu importe, ce qui comptait c’était le fait que j’aie  réussi à m’en sortir. Je titubais au milieu des arbres, je respirais fort et je me prenais les pieds partout. Je m’étais vraiment foutu dans la merde…Je me disais que j’allais crever comme un crétin au milieu de la forêt parce que je n’avais pas su faire attention. Je me maudissais en silence, me traitant de tous les noms. Au loin, le tonnerre grondait. L’orage semblait s’éloigner, il pleuvait moins, ou était-ce le feuillage des arbres qui stoppait la pluie ? J’étais épuisé. Bientôt je me servais de mon fusil comme d’un appui pour continuer à avancer.
                Finalement, je vis la maisonnette .Je tentai de me souvenir où étaient posés les câbles. Entre les deux gros chênes. Je les enjambai et atteignis notre abri. Ma main attrapa la poignée en tremblant. La peur qu’elle n’y soit plus me transperça. Et si ce type n’était pas seul ? Et si il y en avait d’autres ? Et s’ils savaient que nous nous cachions ici ? Et s’il lui était arrivé quelque chose ?
                Je ne tenais plus, j’ouvris la porte, complètement affolé. Tout s’arrêta. Elle était assise sur la chaise, face à moi. Je fis tomber les sacs et me précipitai vers elle. Je ne saurais dire combien de temps j’étais resté dans ses  bras mais, lorsque j’ouvris les yeux j’étais dans le lit. Près d’elle.
                Dehors, il ne pleuvait plus.

Jean-Paul Milleliri


 
Vous cherchez une aide pour passer le permis de conduire ?
En savoir plus sur les Assises de la Jeunesse
En quoi consiste la politique jeunesse de la Cullettività di Corsica ?
Vous avez besoin d'aide pour porter un projet innovant ?