Le Patrimoine de Corse

Les Sepolcri de la Semaine Sainte



Sepulcru en pavillon, dans l’église de Ficaja (Castagniccia), deuxième moitié du XVIIIe siècle (vers 1770), attribuable au peintre Francesco Carli. cl. M-E Nigaglioni
Sepulcru en pavillon, dans l’église de Ficaja (Castagniccia), deuxième moitié du XVIIIe siècle (vers 1770), attribuable au peintre Francesco Carli. cl. M-E Nigaglioni

De 1284 à 1768, la Corse fut une possession de la Sérénissime République de Gênes. Cette histoire commune explique la proximité culturelle qui existe entre l’île et la Ligurie (la région génoise).

C’est ainsi que l’usage de décors éphémères de la Semaine Sainte est attesté dans les deux territoires. En Ligurie, ces décors sont souvent constitués de grandes silhouettes en carton, découpées et peintes, mettant en scène des épisodes de la Passion du Christ.

En Corse, ces décors sont généralement appelés sepolcri et sont attestés par documents d’archives depuis le XVIe siècle. Solennels et festifs, ils revêtent une grande diversité formelle. Leur structure adopte généralement la forme d’un pavillon (constituant une sorte de tente), d’une tenture ou d’un écran (isolant une chapelle latérale de l’église paroissiale). L’intérieur du pavillon, ou de la chapelle latérale isolée, va accueillir un reposoir, où une figuration du Christ mort (sculptée ou peinte), est entourée de fleurs et de cierges.

Ce dispositif va devenir, pendant toute la durée de la Semaine Sainte, une représentation concrète du tombeau du Christ, devant laquelle les fidèles vont pouvoir se recueillir. Ces sepolcri (pavillons, écrans, tentures) sont généralement ornés de scènes de la Passion, peintes par des peintres locaux.
Dans le nord de l’île, principalement à Bastia (ancienne capitale génoise), on trouve également des cartelami, très proches des modèles ligures.

De nos jours, la tradition est tombée en désuétude dans la plupart des communes de l’île. Elle est restée relativement vivace à Bastia où l’on utilise chaque année des cartelami, refaits à neuf dans les années 1957-1960.


Pour en savoir plus :
Sepolcru à silhouette découpée, dans l’oratoire Saint Roch de Bastia, milieu XXe siècle (vers 1958-1960), par le peintre Hector Filippi. cl. M-E Nigaglioni
Sepolcru à silhouette découpée, dans l’oratoire Saint Roch de Bastia, milieu XXe siècle (vers 1958-1960), par le peintre Hector Filippi. cl. M-E Nigaglioni





Nous contacter

Collectivité de Corse
Cullettività di Corsica
Direction du Patrimoine
Direzzione di u patrimoniu
Palazzu di a Culletivittà di Corsica
22, corsu Grandval BP 215
20187 Aiacciu Cedex
Tel.: 04 95 10 98 46

contact@isula.corsica