Menu

Discorsu di a Vici Presidente di l'Assemblea di a Giuventù in apertura di a seduta d'uttobre di u 2019




Sgiò Presidente di l’Assemblea di Corsica,
Sgiò Presidente di u Cunsigliu Esecutivu,
Cari cunsigleri di l’esecutivu è di l’Assemblea,
Cari cunsigleri di l’Assemblea di a Ghjuventù
Cari tutti,
Qu’importe le choix des mots au regard des drames que vit notre île.
Mafia, dérives mafieuses ou criminalité organisée, la rançon est identique : c’est celle qui impose à la Corse un climat d’incertitude et de peur et qui assigne ceux qui osent résister, à payer par le sang et les larmes, le prix de leur révolte.

Perchè e pratiche è a viulenza chì infracicheghjanu a nostra ecunumia è a nostra sucietà, sò una minaccia à a nostra libertà, l’impegnu di Massimu Susini era una lotta per fà campà u nostru populu.
Perchè ùn vulia micca chì a paura piglessi a suprana è ùn lu fessi stà zittu, Massimu hè statu tombu stu 12 di sittembre in Carghjese.
Ognunu ricunosce u militente è l’omu di valore.

Cet hommage est aussi le puissant révélateur des manquements de l’Etat : le déficit flagrant de résultats dans l’élucidation des crimes notamment, frise l’indigence et relève, sinon d’une tolérance coupable, tout au moins d’une insuffisance condamnable de ses institutions. Défaillant dans ses fonctions régaliennes de police et de justice, cet Etat n’a de cesse de dénoncer une omerta, par nature inhérente à notre mentalité et responsable des difficultés que rencontre le travail d’enquête en Corse.

Ses missions ne peuvent souffrir pourtant d’aucun préalable : l’investigation policière est de sa compétence et c’est à lui de la mener à bien. La contribution de l’individu censé dénoncer ceux, que par les formes de sociabilité qui prévalent ici, il côtoie au quotidien ne peut être une condition implicite de l’éradication de la criminalité.
Les tags accusateurs qui viennent fleurir nos murs….comme des dénonciations jetées en pâture à l’opinion publique ne peuvent conduire qu’à d’autres formes de violences et à des affrontements fratricides.
Nous ne pouvons accepter que se joue le nouvel acte du procès fait à notre peuple, désigné aujourd’hui responsable d’une criminalité qu’il ne se donne pas les moyens d’enrayer, condamné hier à expier collectivement le meurtre d’un préfet.
Il nous faut rappeler l’Etat à sa responsabilité, à ses devoirs de protection et de maintien de l’ordre.
Il nous faut le renvoyer aussi à des contradictions qui relèvent d’un cynisme indécent : outre l’existence d’une littérature qui ne manque pas d’étonner par la profusion de détails et de révélations visiblement bien étayées, les formes publiques de dénonciations de scandales ne sont pas rares : les militants des associations de défense de l’environnement notamment, mettent régulièrement en évidence des infractions à la loi en matière de constructions illégales, de spéculation immobilière et de non respect des décisions de justice. Au prix, bien souvent, de leur propre sécurité, ils se font les témoins et les révélateurs de privilèges, de corruptions et de passe-droits en tout genre.

Les dérives liées à la criminalité pervertissent la vie démocratique, agressent notre façon de vivre, nos droits, nos petites et nos grandes libertés.
S’y opposer, avec les armes de la démocratie, appelle des réponses en termes de développement économique guidé par toujours plus de justice sociale, de résorption du chômage et de la précarité, d’éducation et de responsabilisation.
La création de collectifs anti-mafia, la mobilisation des élus ainsi que l’ampleur de celle de la société civile témoignent d’une effraction des consciences qui ne sera pérenne et salutaire que si sont identifiées clairement les petites comme les grandes concessions faites à la corruption, les attitudes que la morale comme la justice réprouvent, les dérives civiques qui favorisent aussi une porosité malsaine entre les différents milieux de la société.
Ghjè dinù di a nostra rispunsabilità d’esaminà a nostra tradizione suspettosa chì ci cunduce certe volte, à circà à spiegà ogni accidii. U Ghjudice Falcone dicia : « Si more perchè si stà solu, di pettu à tanti spettatori. E ind’è l’impunità, l’arnese à imbruttà, a disprezzà si mette allora in marchja, cumè un generu d’assicuranza vita per a criminalità ».
Ghjè di a nostra rispunsabilità d’impiegassi à custruì una reflessione è una rivendicazione etiche.
Ci vole a dà sensu e significazione à i valore di citatinanza, di civisimu è di civilità.
Ci vole à appuchjà l’atti è e pratiche di sulidarità, queste virtù d’ogni ghjornu chì dicustruiscenu a basa culturale chì, troppu spessu, pruffita à l’urganizazione criminale.

Infine, hè impurtentissimu d’incuragì a cuntribuzione è a participazione chì mubilizeghjenu intornu à l’interressu generale.
Hè cascatu un omu perch’ellu pruvava à discità e cuscienze.
Hè cascatu un omu chì s’impiegava à fà di stu paese, un paese di spartera è di fratellenza.
Hè cascatu un omu chì vulia chì a nostra terra sia quella di a pace è di a felicità.
Quand’è lu si tombe un Massimu Susini, ghjè a Corsica sana ch’hè ammazzata.
Perchè a nostra forza hè quella di u nostru sognu di libertà, hè oramai ora di ricusà, inseme, ch’ellu si spenghje u core di a nostra nazione.

A ringraziavvi

              

Prisintazioni | Cumpusizioni | Seduti | Cummissioni | Documenti regulamentarii | Actualités | Ritratti / Filmetti | Spaziu Stampa




Cullettività di Corsica
22, cours Grandval
BP 215
20187 Aiacciu cedex 1

Tel : 04 95 20 25 25
Fax : 04 95 51 64 60
Courriel : contact@isula.corsica