a Cultura
Agenda
Stage et concert polyphonies corses avec Nadine Cesari - Couvent - A Curbaghja
Infos pratiques
du Lundi 22 Avril 2024 au Samedi 27 Avril 2024, 10:00 - 18:00
Couvent de Corbara, 7 Route de Pigna
20256 Corbara
Description
Stage et concert polyphonies corses avec Nadine Cesari
Du lundi 22 au samedi 27 avril
Couvent - A Curbaghja

Nadine Cesari vous propose un stage de polyphonies corses sur 6 jours, ouvert à tous, au Couvent Saint Dominique à Corbara. Le répertoire de la Passion sera essentiellement travaillé.
Un concert de restitution est programmé à la fin du stage et pour ceux qui souhaitent continuer l'aventure, une tournée en église avec 4 concerts est programmée la semaine suivante et vous permettra d'aller à la rencontre des villages et confréries amis de Corse !
Tous les concerts sont filmés et diffusés sur les réseaux sociaux.

Pour le stage, il est indispensable de se munir d'un enregistreur et d'écouteurs, et de réserver son hébergement auprès du Couvent Saint Dominique à Corbara.
Horaires du stage : 10h à 12h et 15h30 à 18h.
A ces heures de présence, il faut rajouter le temps du travail personnel afin de travailler individuellement avec son enregistreur. Un jour dans la semaine est consacré au travail personnel en autonomie.

Prévoir une tenue noire ou blanche pour le concert de fin de stage

La tradition ce n’est pas uniquement ce qui a existé jadis et qu’il faut conserver tel quel. C’est un héritage, un legs à recueillir, assumer, conserver mais aussi entretenir et faire fructifier en le renouvelant, afin de jeter un pont entre passé et présent : le présent prolonge le passé, le passé vit dans le présent qui prépare le futur, et pour ce futur le passé et le présent deviendront passé.

Une tradition non recrée, assimilée et adaptée à chaque époque est une tradition morte. La tradition vivante est transmission : elle exige une actualisation, un aspect créatif. Cet apport se devra de respecter l’esprit de la tradition, lequel esprit est un absolu qui transcende le temps. En s’appropriant la tradition, sa tradition, le disciple prend place dans une longue chaîne dont il est un anneau
parmi une infinité d’autres, avant et après lui. Les musiques traditionnelles, c’est à dire orales, contiennent une sève venue du fond des âges, seule la parole, le son, donc l’oralité, en communiquent l’essence spirituelle. Elle préserve le
caractère vivant, mouvant de la tradition. L’initiation grâce à laquelle elle se transmet requiert le contact direct, d’homme à homme pour que passe l’influence spirituelle inséparable de toute initiation.
La tradition est donc d’abord mémoire, ce sont nos racines vives, notre centre de gravité. Que sommes nous sans la mémoire de nos origines ? L’homme se condamne à la mort spirituelle s’il coupe le lien de la tradition, de sa tradition.
La musique détient sa mémoire à elle. Ce sont les traditions musicales, elle vit dans et par l’oralité.

Le cheminement de la polyphonie corse. Celui ci s’incorpore des éléments et archétypes primordiaux qui sous tendent toutes les musiques du monde et en font autant de voix d’un unique
‘Chant de l’humanité’. L’archaïque, valorisé positivement, n’est pas l’ancien ou l’antique perçu comme vétuste, lointain. Il désigne ce qui dans l’ancien est originel, ce qui échappe à l’emprise destructrice du temps et existe dans un présent perpétuel . L’archaïque renvoie au commencement principiel, éternel, hors
du temps.

Les valeurs de l’originel, de l’archaïque, ne sont pas davantage actuelles à une époque qu’à une autre. Elles inspirent des créations nouvelles. ‘L’archaïque participe de l’anthropologie qui vise à une connaissance globale de l’homme’ selon Claude Levi Strauss. Chaque tradition fournit à des hommes appartenant à telle culture, telle époque, un miroir où ils peuvent imprimer un vivant reflet de leur être essentiel, parce qu’ils ont en eux l’empreinte de cette tradition, et que chaque tradition est une image véridique de l’homme éternel. On trouve la
tradition à l’intérieur de l’homme, dans son être spirituel.
Cette transmission de la connaissance n’est autre que l’initiation qui actualise un savoir que l’être possède virtuellement. L’initiation est ainsi l’accession à la tradition en soi, et dépasse le cadre de la tradition particulière qu’elle transmet.
L’archaïsme permet d’être par delà tous les rôles et les masques du paraître car il permet l’expression d’une tradition primordiale :
« Le centre du monde, c’est ce lieu insaisissable où les traditions prennent naissance, où converge ou d’où émane tout ce qui relève de la traditionnalité ».
La tradition invite à jeter un autre regard sur la modernité car en repensant les valeurs de la tradition et de l’archaïque, on repense et légitime la modernité. Les vrais modernes se gardent de récuser le passé au nom d’une aveugle fuite en avant.

Ainsi la polyphonie corse tient la mélodie, pure vocalité, le chant.
La voix sort du corps et le souffle produit par les poumons le fait retentir. Le chanteur accomplit un acte vital. L’acte de chanter crée une relation intime avec l’organe vocal grâce à quoi les émotions, l’affectivité s’extériorisent spontanément à travers le son d’un chant simple ou complexe, comme un trop plein qui de lui
même aspire à sortir de nous. Il ne s’agit pas d’Ego, et nous pouvons prendre l’exemple des riuccades ou mélismes en polyphonie corse. Il est dangereux d’aseptiser la pratique de cette tradition sous peine d’en perdre le sens, l’âme, car dans le sacré comme le profane les riuccades sont souvent l’expression d’une émotion forte liée à l’histoire de ce chant.
On peut ainsi exprimer le ‘pietoso’ dans le deuil, ou le chagrin de l’amour perdu, mais ce peut être aussi la fatigue d’un travail dur, de l’animal comme de l’homme.

Quand il module son chant , l’homme émet un reflet sonore de son propre être.
La polyphonie corse, comme tous les chants traditionnels, harmonise voix et corps pour que le chant sonne avec plénitude, puissance. Il s’agit moins de chanter «beau» que de chanter «vrai». Un chanteur traditionnel utilise sa voix comme moyen, non comme une fin en soi. Il est donc nécessaire dans la transmission de passer par une redécouverte de la «vocalité traditionnelle, de l’ancrage corporel de la voix , et de la portée spirituelle de cet acte».
Chanter avec son corps, c’est retrouver une force primale qui deviendra musique potentielle, noyau originel de toute mélodie.

Nadine Cesari

Plus d'infos sur le site.


L M M J V S D
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30          


Nous suivre





remplissez le formulaire pour intégrer l’annuaire culture de la Cullettivita di Corsica


Animations des Médiathèques Territoriales



À VENIR





Nous contacter

Collectivité de Corse / Cullettività di Corsica
Direction de la culture / Direzzione di a Cultura
Villa Ker Maria - 20200 Ville Di Pietrabugno
Tél: 04.20.03.97.07 / Fax: 04.95.11.00.54

contact-sic@ct-corse.fr