Cullettivita di Corsica Cullettivita di Corsica
Cullettività di Corsica - Collectivité de Corse

Patrimoine

Bi-centenaire de la mort de Napoléon Bonaparte


les 2, 3 et 4 juillet


L'année 2021 marque le deux-centième anniversaire de la mort de Napoléon. Pour l'occasion, la Direction du Patrimoine de la Collectivité de Corse a fait appel à un spécialiste de cet illustre personnage, en la personne de Monsieur Jean-Pierre Commun Orsatti, afin de mettre en place des actions autour de la mort de l'Empereur.

Du 2 au 4 Juillet 2021, se tiendront un mapping vidéo sur la façade de la Cathédrale Santa Maria Assunta d'Aiacciu, une première conférence ainsi que la projection d'un film dans les jardins de la Collectivité de Corse.

Ces événements ont débuté dès le 5 mai dernier avec la mise en place d'une exposition photographique sur bâches, disposée sur les grilles de l'hôtel de la Collectivité de Corse à Aiacciu, et visible jusqu'au 30 septembre prochain et ils se termineront à l'automne, avec la poursuite d'un cycle de conférences en septembre et octobre et la parution d'un numéro spécial du journal " Mon Quotidien " dédié aux 10-14 ans.

Programme du 2 au 4 juillet :

Les 2, 3, et 4 Juillet 2021

Mapping vidéo : La bataille du temps, sur la façade de la Cathédrale Santa Maria Assunta d'Aiacciu, ayant pour thème le dernier vol de l'aigle, de l'abdication à l'Elysée en juin 1815, à sa mort à Sainte-Hélène en 1821.
Les 2, 3, et 4 juillet 2021 à partir de 22h00 : Représentations toutes les 20 minutes (jusqu'à minuit)

Samedi 3 juillet 2021

Conférence : Michel Danscoine Martineau, consul honoraire de France et conservateur des Domaines français de Sainte-Hélène, "Sainte-Hélène, Longwood et la tombe".
Samedi 3 juillet 2021 à 19h30 dans les jardins de l'hôtel de la Collectivité de Corse à Aiacciu, conférence retransmise en direct sur notre page facebook et suivie d'un buffet à 20h30.

Assister au live sur facebook : https://www.facebook.com/events/185430700194909
 
« Sainte-Hélène,Longwood et la tombe » par Michel Dancoisne Martineau

Directeur des domaines français de Sainte-Hélène. Depuis 1987, il est responsable des trois propriétés appartenant au gouvernement français sur l’île de Sainte-Hélène. Entre autres projets, il achève la restauration des jardins de Longwood selon des documents originaux ; il fait des recherches dans les archives du gouvernement de Sainte-Hélène et recueille les meubles et documents originaux dans le but de restaurer les appartements de la maison Longwood dans son état de 1821.
Depuis octobre 1990, il était consul de France honoraire (reconnu et publié localement dans la Gazette du gouvernement de Sainte-Hélène le 30 juin 1991).De 1987 à 1998, il a dirigé la reconstruction historique de l’appartement de l’amiral au pavillon des Briars (la première résidence de Napoléon sur l’île Sainte-Hélène), achevée en 2015.
De 2010 à 2013, il a géré, en partenariat avec la « Fondation Napoléon », la campagne de levée de fonds « Save Longwood House ».En mai 2011, il publie Chroniques de Sainte-Hélène Atlantique Sud, un recueil de récits décrivant la vie sur l’île de quelques-uns des personnages moins connus de la légende napoléonienne. De 2012 à 2014, il a été consultant et chef de projet d’architecte pour la réhabilitation du Domaine National à Longwood. Entre 2013 -2016, il a été commissaire (avec Emilie Robbe) et membre du Comité scientifique de l'exposition Napoléon à Sainte-Hélène – à la Conquête de la mémoire du mercredi 6 avril au dimanche 24 juillet 2016 au Musée de l’Armée - Hôtel national des Invalides. A l’occasion du bicentenaire de Napoléon à Sainte-Hélène 2015-2021, il publie une histoire de Napoléon sur l’île de Sainte-Hélène dans une série de 12 volumes (bilingue français/anglais).

Projection vidéo : Projection du film "Les îles de Napoléon" de Marie-France Brière. Durée : 52 minutes.
Samedi 3 Juillet 2021 à 21h30 dans les jardins de l'hôtel de la Collectivité de Corse à Aiacciu.
 
La réalisatrice et productrice, déléguée générale du Festival du film francophone d’Angoulême (FFA), a préparé un documentaire: "Les Îles de Napoléon". De la Corse à Sainte Hélène en passant par l’Île d’Aix, l’Île d’Elbe, Malte ou encore l’Île de la cité, Marie-France Brière va marcher dans les pas de Napoléon pour faire le portrait de l’insulaire, du jeune Bonaparte, jusqu’au vieil empereur déchu.
Arrivée le 1er décembre à Sainte-Hélène, par avion sanitaire au départ de Londres avec escale technique au Ghana, elle y restera un bon mois et demi. La quatorzaine se déroule à Longwood House, le lieu de détention de Napoléon du 10 décembre 1815 au 5 mai 1821, jour de sa mort. Marie-France Brière et son équipe résident dans l’aile des généraux d’une des trois maisons du domaine. Michel Dancoisne Martineau, consul honoraire de France et directeur du domaine national de Sainte-Hélène, s’est d’ailleurs porté volontaire pour partager le confinement de ses compatriotes.

Places limitées à 100 personnes.

Exposition photographique

Du 5 mai au 30 septembre 2021, une exposition photographique sur l’Ile de Sainte-Hélène : Longwood, dernière demeure de Napoléon est visible sur les grilles de l’Hôtel de la Collectivité de Corse à Aiacciu.

Cette exposition est composée de 20 photographies prises en décembre 2020 sur l’Ile Sainte Hélène par l’équipe de Marie France Brière afin de témoigner du dernier lieu de vie de l’Empereur.
18 juin 1815, Napoléon perd sa dernière bataille militaire à Waterloo, il va lui falloir maintenant gagner la bataille de l’Histoire, et les Anglais vont l’y aider, à leur corps défendant.
Il abdique, à Paris, au palais de l’Elysée, le 22 juin et part pour la côte atlantique d’où il espère gagner les Etats-Unis d’Amérique. Mais la coalition des pays étrangers qui l’ont vaincu (Angleterre, Autriche, Prusse, et Russie), va en décider autrement. Ils confient la garde de celui qui va être maintenant surnommé le « prisonnier de l’Europe » à l’Angleterre. Napoléon est fait prisonnier par les Anglais, le 15 juillet au large de l’ile d’Aix, et son exil à Sainte-Hélène lui est annoncé, le 31 juillet, à Plymouth.Il arrive dans l’île le 15 octobre après une traversée de 77 jours. Il y séjournera jusqu’à sa mort le 5 mai 1821.

La mise en place de la légende qui conduira, notamment, au retour de ses cendres en 1840, va lentement se mettre en place, orchestrée par un personnage inattendu …. L’empereur lui-même.

Textes, choix de l’iconographie et des citations : Jean-Pierre Commun-Orsatti

Photographies : Christophe Baudry -
La curiosité Documents d’archives et iconographie : Réunion des Musées Nationaux
Graphisme, impression : Imprimerie Olivesi

Cycle de conférences - septembre - octobre 2021

Septembre 2021

Samedi 4 Septembre de 18h00 à 19h00 : Michel Vergé-Franceschi, historien, « Deux enfances corses : Pozzo et Napoléon ».

Samedi 11 Septembre de 18h00 à 19h00 : Antoine-Marie Graziani, docteur de l’Université Paris I et maître de conférences à l’ I.U.F.M de Corse, « Antommarchi, le dernier médecin de Napoléon ».

Samedi 18 Septembre de 18h00 à 19h00 : Jean-Pierre Commun Orsatti, historien et historien de l’art « Mme Mère et le prisonnier de Longwood ».

Mardi 21 Septembre de 18h00 à 19h00 : David Chanteranne, historien et historien de l’art, « Napoléon et le cinéma ».

Samedi 25 Septembre de 18h à 19h : Elisabeth Caude, directrice des châteaux de Malmaison et de Bois-Préau, « Les souvenirs des témoins, là où Histoire et Légende se rencontrent ».

Octobre 2021

Samedi 2 Octobre de 18h00 à 19h00 : Raphael Lahlou, historien et écrivain, « Les Corses dans l’entourage de Napoléon à Sainte-Hélène »

Samedi 9 Octobre de 18h00 à 19h00 : Jean-Guy Talamoni, Président de l’Assemblée de Corse, « Relations Paoli / Napoléon ».

« Relations Paoli / Napoléon » par Jean-Guy Talamoni 
 
Jean-Guy Talamoni est né le 6 mai 1960 à Saumur (Maine-et-Loire). Titulaire d’un DEA de langue et civilisation corses, obtenu à l’Université de Corse et du Certificat d’Aptitude à la Profession d’Avocat.  En 2012, il est devenu Docteur de l’Université de Corse après avoir soutenu une thèse sur la littérature corse.
Jean-Guy Talamoni est avocat et Maître de conférences associé à l’Université de Corse, co-responsable scientifique du projet universitaire « Paoli-Napoléon » (UMR LISA). Ses travaux transdisciplinaires, portent notamment sur la socio littérature et l'histoire des idées. Il a publié de nombreux articles et ouvrages dans ces domaines. 
Il est Président de l'Assemblée de Corse de 2015 à 2021.
  
« Mme Mère et le prisonnier de Longwood » par Jean-Pierre Commun Orsatti
 
Entré au Ministère de la Culture en 1978, Jean-Pierre Commun Orsatti y fait toute sa carrière, jusqu’en mars 2021, dans plusieurs services patrimoniaux : Bâtiments de France, service de l’inventaire général, conservation régionale des monuments historiques, musée national de la Maison Bonaparte, directions régionales des affaires culturelles d'Ile-de-France, puis d’Auvergne-Rhône-Alpes.
Diplômé du premier cycle de l’Ecole du Louvre en 1987, il reçoit le diplôme d’études supérieures de l’école du Louvre en 1988.
Responsable scientifique du musée national de la Maison Bonaparte de 2006 à 2010, il y sera notamment commissaire de plusieurs expositions : Les Corses et la légion d’honneur en 2008Le premier combat de Bonaparte-Mémoire oubliée : un vaisseau de l’expédition de Sardaigne en 2009 ; Les costumes en Corse sous les Bonaparte, et Napoléon Bonaparte une jeunesse corse en 2010. Il  sera également co-commisaire de l’exposition Napoléon et la Corse au Musée de la Corse à Corte en 2009.
Plusieurs ouvrages sont en préparation : Les tribulations posthumes de Charles Bonaparte, en cours d’édition, et l’Histoire de la Maison Bonaparte de 1793 à nos jours, à venir.
  
« Les Corses dans l’entourage de Napoléon à Sainte-Hélène » par Raphael Lahlou
 
 
Descendant de la famille Abbatucci de Zicavo en Corse du sud, il fait l’essentiel de ses études à Nice (classes préparatoires littéraires du lycée Massena de Nice (1993-1997), et à l’Université de Nice-Sophia Antipolis (1993-1999). Titulaire d’un DEA d’histoire et géographie de la Méditerranée, il publie depuis 2001 des études spécialisées dans de nombreuses revues savantes.
Hors de diverses participations à des publications collectives, il est également l’auteur de cinq ouvrages historique : quatre biographies ayant pour sujet Napoléon III, Lawrence d'Arabie, Alexandre Dumas père et Garibaldi et d'un essai d'histoire politico-sociale et esthétique consacré au coup d’état du 2 décembre 1851, publié en 2009. Il a reçu à deux reprises des prix de l'Académie française, le prix Alfred Verdaguer en 2005 et le prix Mottart en 2006.
Intervenant dans divers médias (presse écrite, télévision, radio), Raphaël Lahlou est également délégué de l'association historique du Souvenir Napoléonien pour la Corse, membre du jury du prix du Livre corse, et membre de plusieurs sociétés savantes, françaises et étrangères. Il prépare actuellement une biographie du vice-roi Eugène de Beauharnais, fils de l'impératrice Joséphine.

Depuis 2013, il est chroniqueur, producteur et responsable d'émissions, notamment culturelles et littéraires, pour la radio RCF (Radio chrétienne francophone) et sa station corse : RCF Corsica, installée à Aiacciu.

« Deux enfances corses : Pozzo et Napoléon » par Michel Vergé-Franceschi

Michel Vergé-Franceschi est un historien, spécialiste d'histoire maritime (XVe-XVIIIe siècle). Il a soutenu sa thèse de doctorat d'histoire (1980) sur l'Ecole Royale de Marine du Havre (EHESS) et sa thèse de doctorat d'Etat-ès-Lettres (1987, univ. de Paris X-Nanterre) sur Les officiers généraux de la marine royale. Puis il a dirigé le laboratoire d'histoire maritime du CNRS-Paris IV-Sorbonne-Musée national de la Marine et a enseigné comme professeur d'histoire moderne à l'Université de Savoie à Chambéry (1986-2000) après un passage dans l'enseignement secondaire au Havre (1975-1986) au collège Viviani, au Lycée polyvalent Claude Monet, au Lycée régional François 1er et au Lycée Corneille à Rouen comme conseiller au plan académique de l'IPR d'Histoire. Il est aujourd'hui "professeur de classe exceptionnelle" à l'université François Rabelais de Tours (depuis 2000). Il était également président de la Société française d'histoire maritime jusqu'en 2005. En septembre 2014, il reçoit le prix Historia de la biographie pour "Ninon de Lenclos, Libertine du Grand Siècle".

« Antommarchi, le dernier médecin de napoléon » par Antoine-Marie Graziani

Antoine-Marie Graziani est un historien moderniste français né à Paris le 27 novembre 1957, spécialiste de l'histoire de la Corse et de la Méditerranée Il est l'auteur des "Feux de la Saint-Laurent" en 1992 (avec José Stromboni), prix du livre corse, de la biographie de "Sampiero Corso" en 1999 (avec Michel Vergé-Franceschi), prix de la région corse, de celle de "Pascal Paoli, père de la patrie corse" en 2002, réédité en 2004, de celle du "Roi Théodore", en 2005 et de celle d'"Andrea Doria", en 2008. Il est l'auteur, chez Alain Piazzola, de "La Corse génoise", en 1997, et chez Fayard, d'une "Histoire de Gênes", en 2009.
Il a aussi publié plusieurs textes fondamentaux sur l'histoire de la Corse : "Description de la Corse" d'Agostino Giustiniani, en 1993, "Chronique de la Corse (1560-1594)" d'Anton Pietro Filippini, en 1995 et de l'"Histoire de la Corse" de Marc' Antonio Ceccaldi, en 2006.
Grand spécialiste de l'histoire de Pascal Paoli, il a eu la direction scientifique de l'exposition du bicentenaire de Pascal Paoli au Musée de la Corse en 2007 et a codirigé le catalogue. Il a en outre commencé la publication de la "Correspondance" de Pascal Paoli (avec Carlo Bitossi de l'Université de Ferrare) en 2003, dont quatre volumes sont parus à ce jour.
Il s'est aussi intéressé aux Bonaparte et il a cosigné avec François Demartini ("Les Bonaparte en Corse" en 2001) et codirigé avec Luigi Mascilli Migliorini l'exposition du Musée de la Corse "Napoléon et la Corse" tout en participant à la publication de la Correspondance de Napoléon. Il a, en outre, publié plusieurs guides de la recherche en histoire corse dans les archives italiennes : "La Corse vue de Gênes" en 1998, 2 vol. ; "Vistighe Corse", guide de la recherche dans les archives génoises période médiévale (avec Alain Venturini) en 2009 et période moderne en 2004. Antoine-Marie Graziani est professeur à l'Università di Corsica Pasquale Paoli.

« La légende Napoléonienne » par Elisabeth Caude

Elisabeth Caude Archiviste paléographe (prom. 1985) et conservateur du patrimoine, Élisabeth Caude intègre la direction des archives du ministère des Relations extérieures (désormais ministère de l’Europe et des Affaires étrangères) à l’issue de ses études. En 2000, elle devient conservatrice en chef au musée national du château de Compiègne, et occupe par la suite des fonctions similaires aux châteaux de Malmaison et de Bois-Préau à partir de 2008.
Elle rejoint, en 2014, le Musée national des châteaux de Versailles et Trianon, en tant que responsable générale des collections Mobilier et objets d’art et chef des ateliers muséographiques. Élisabeth Caude est co-commissaire de l’exposition Joséphine, présentée en 2014 au musée du Luxembourg.
Elle devient, à compter du 1er novembre 2020, directrice du musée des châteaux de Malmaison et de Bois-Préau (Rueil-Malmaison, Hauts-de-Seine), ainsi que ses annexes : la maison Bonaparte à Ajaccio (Corse) et les musées de l’île d’Aix (Charente-Maritime).

« Napoléon et le cinéma » par David Chanteranne

Historien et historien de l’art , diplômé de l’université de Paris-Sorbonne, journaliste et écrivain, David Chanteranne est notamment rédacteur en chef du magazine Napoléon 1er – Revue du Souvenir Napoléonien. Chargé de cours à l’université Paris-Sorbonne, il a été conseiller pour certaines reconstitutions historiques et a participé à des émissions médiatiques comme Secrets d’histoire. Il a publié, seul ou en collaboration, une quarantaine d’ouvrages spécialisés comme Le Sacre de Napoléon (Tallandier), Napoléon, sa vie, ses batailles, son Empire (Carlton books en anglais, éditions Gründ puis L’imprévu en français) ou L’Insulaire, les neuf vies de Napoléon (éditions du Cerf). Il est depuis 2016 conservateur du musée Napoléon de Brienne-le-Château, et depuis janvier dernier directeur du musée Bertrand, à Châteauroux (Autrefois résidence du Général Henri-Gatien Bertrand (1773-1844), Grand Maréchal sous l'Empire, fidèle compagnon d'armes et d'âme de Napoléon qu'il suivit jusqu'à Sainte-Hélène).

Mon quotidien

Publication d’un numéro spécial « Napoléon » du journal « Mon Quotidien » 8 pages pour les 10-14 ans, qui sera diffusé aux 43 500 abonnés lors des Journées du patrimoine au mois de septembre 2021


Page publiée le 02/07/2021 | Modifiée le 23/07/2021 à 15:57