cullectivita
 

Discorsu di Jean-Guy Talamoni, Presidente di l'Assemblea di Corsica

Séance publique de l'Assemblée de Corse du 2 février 2018



Seul le prononcé fait foi



Care culleghe, cari culleghi,

« In Corsica, c’hè un fattu novu, spettaculare, ci vole dunque à principià e discussione ». Ste parolle ùn sò micca meie. Sò quelle di un editurialista pariginu famosu. A vittoria di a nostra maiurità di dicembre scorsu hè incuntestevule è deve esse capita cum’è a vuluntà di i Corsi di ghjunghje à una suluzione pulitica per a Corsica. Oghje, numerosi sò l’usservatori à esse d’accunsentu nant’à stu puntu. Ind’è i media è frà i pulitichi. A Corsica, è a nostra maiurità, anu ricevutu parechji sustegni, frà i quali e regione francese, via Hervè Morin. U presidente di u gruppu La République en marche à l’Assemblea Naziunale francese, Richard Ferrand, ancu ellu, hà invitatu u guvernu à accittà a « manu tesa ».

Hè vera, simu andati in Parigi a settimana scorsa cù a vuluntà di discute lealmente, cum’è l’avemu fatta dapoi u 2015. Di discute lealmente incù u Primu ministru, incù u Presidente di u Senatu, incù u Presidente di l’Assemblea Naziunale. Andendu in Parigi à scuntrà à Edouard Philippe, Gérard Larcher è François de Rugy, u nostru scopu ùn era d’intratene un cunflittu. Simu andati in Parigi cù una logica d’appacciamentu, per apre un dialogu, senza cundizione in limine nè tabù. Simu andati in Parigi cù a vuluntà forte di difende a dimensione pulitica di a quistione corsa.

Simu sempre stati aperti à u dialogu. Sempre, malgratu tutti i ricusi scontri dipoi anni è anni, malgratu a negazione cronica di a demucrazia.

Vultemu una stonda nant’à a storia di e rilazione trà a Corsica è Parigi.

Durante 40 anni, u Statu hà piazzatu a fine di a clandestinità cum’è a cundizione à e discussione. Eppuru, ùn c’hè statu alcuna discussione dipoi u 2014 è a surtita di a clandestinità di u FLNC, malgradu u fattu ch’ùn ci sia statu nisuna azzione per cuntradì sta decisione.

Durante a mandatura 2010/2015, l’Assemblea di Corsica hà pigliatu deliberazione maiò per a Corsica cum’è, a sapete, u statutu di residente, a cuufficialità di a lingua corsa è di a lingua francese o l’amnistia per i prigiuneri è i ricercati pulitichi. Parigi ùn hà mai tenutu contu di ste deliberazione. Parla sempre oghje di « e rivindicazione naziunaliste », mai di deliberazione, ignurendu cumplettamente ch’ellu c’hè statu quì un votu democraticu, da una maiurità di manca, d’altronde, ancu s’elli sò stati i naziunalisti à inizià ste dimarchje.

Durante 40 anni, ci anu dettu dinù chì ùn si pudianu esse pigliate in contu e nostre idee, perchè chì ùn eranu maiuritarie. Pianu pianu, cù l’associ, cù i sindicati è cù l’impegnu militante è culturale, l’avemu vinta « a battaglia di l’idee », assai nanzu di vince a battaglia eletturale, in lu 2015. L’hà ancu ricunisciuta unu di i nostri più ardenti uppunenti, Niculaiu Alfonsi, ch’o salutu. Eppuru, dialogu ùn ci n’hè statu. À u veranu di u 2017, i Corsi anu elettu 3 diputati naziunalisti à l’Assemblea Naziunale francese. Tandu, ci anu dettu ch’ùn aviamu micca a maiurità assuluta è chì ci vulia à aspettà i risultati di l’elezzione di dicembre di u 2017. U Statu hà sempre fattu è disfattu e regule di u ghjocu, ma ogni volta, incù a cunfidenza di i Corsi, avemu vintu a partita.

Allora, vutendu di manera massicia per a lista Per a Corsica, u nostru populu hà dettu chì a Corsica ùn hè un’ entità amministrativa. Hà dettu chì a Corsica hè una nazione. S’è, cum’è l’autore francese Ernest Renan, i respunsevuli parigini cunsidereghjanu a nazione cum’è « un plebiscitu di ogni ghjornu », allora ci vole ch’elli ricunnoschinu u plebiscitu fattu da i Corsi ogni ghjornu durante dui anni è cunfirmatu, di modu furmale da u scrutinu, trè volte in dui anni.

A dicia, simu andati in Parigi cun tutta a nostra bona vuluntà. Elli, anu pigliatu issa bona vuluntà per debulezza. Quandu no aspettavamu almenu pruposte di suluzione equilibrate, Parigi ci hà prupostu un ritornu à u dirittu cumunu, un ritornu di nanzu à u 1981 ! Nunda ùn era pussibule ! Ùn pudiamu accittà ste risposte quandu omu cunnosce a storia è u dirittu. Perchè u dirittu seguita sempre a vuluntà pulitica. Cuncernendu l’amnistia, parechji fatti storichi facenu vede a pussibilità di truvà suluzione di cumprumessu. À u livellu di a lotta contru à a speculazione fundiaria è immubiliare, esistenu in Auropa dispusitivi ghjuridichi. Esistenu dinù dispusitivi ghjuridichi specifichi fundati nant’à a storia di parechje regione francese, cum’è in San’Bart...

Tenendu contu di ciò chè no dumandemu in i duminii di a lingua, di a fiscalità, di u fundariu è di l’istituzione, s’è ùn avemu micca un dispusitivu specificu per a Corsica, ci seranu sempre d’altri articuli o principii custituziunali à oppone ci. È si sà chì u Cunsigliu custituziunale ùn manca mai un uccasione di caccià si la incù a Corsica. L’avemu vista per a fiscalità di u patrimoniu.
À l’accorta, oghje, per rapportu à u guvernu precedente, s’elli sò cambiati a forma di e discussione è u vucabulariu impiegatu, u fondu hè, per avà, sempre listessu. Parigi cuntinueghja d’oppone ci e famose « linee rosse » definite in d’altri tempi. Accittà a pruposta chì cunsisterebbe à mudificà l’articulu 72 di a Custituzione serebbe rinucià à cio chè no simu, serebbe tradì u mandatu chì ci anu dattu i Corsi.

Presenteremu oghje una risuluzione chì purterà nant’à a nostra dumanda di dialogu senza limiti nè linee rosse. Dumanderemu ch’elli sianu avvicinati tutti i prigiuneri pulitichi, dumanderemu a scrizzione di a Corsica ind’è a Custituzione per pudè derugà à u drittu cumunu ind’è i duminii di a fiscalità, di u fundiariu è di a lingua. Infine, dumanderemu una revisione di e risorse è di i mezi di a Cullettività di Corsica per pudè risponde à i bisogni di a sucetà corsa.

Faleremu dumane in carrughju, à fiancu à tutte e forze vive di l’isula, per ch’ellu sia rispettatu u fattu demucraticu. Cun elle, diceremu à u Presidente di a Republica francese ch’ellu ùn deve micca tradì u so discorsu di Furiani quand’ellu era candidatu. Li diceremu ch’ella hè ghjunta l’ora d’accumpagnà i sforzi di l’istituzione corse ind’è a custruzzione di rilazione infine appaciate trà u nostru populu è Parigi.

È dopu à sta manifestazione, cuntinueremu senza fiatà à custruì a nostra nazione perchè, per ripiglià torna e parolle di Renan, avemu fattu grande cose inseme è ne vulemu fà torna.

À ringrazià vi

Chers collègues,

« Il y a en Corse un fait nouveau, spectaculaire, il faut donc entamer les discussions ». Ces mots ne sont pas les miens mais ceux d’un célèbre éditorialiste parisien. La victoire de notre majorité en décembre dernier est incontestable et doit être interprétée comme la volonté des Corses d’aboutir à une solution politique pour la Corse. Nombreux sont aujourd’hui les observateurs à s’accorder sur ce point. Dans les médias et parmi les politiques. La Corse, et notre majorité, a reçu plusieurs soutiens, notamment celui des Régions de France, par la voix d’Hervé Morin. Le Président du groupe LREM à l’Assemblée Nationale française, Richard Ferrand, a, lui aussi, invité le gouvernent à accepter la « main tendue ».

En effet, nous sommes allés à Paris la semaine dernière avec la volonté de discuter de manière loyale, comme nous l’avons fait depuis 2015. De discuter de manière loyale avec le premier ministre, avec le Président du Sénat, avec le Président de l’Assemblée Nationale. En allant à Paris rencontrer Edouard Philippe, Gérard Larcher et François de Rugy, notre objectif n’était pas d’entretenir le conflit. Nous y sommes allés dans une logique d’apaisement, pour ouvrir un dialogue, sans préalable et sans tabou. Nous sommes allés à Paris avec la volonté ferme de défendre la dimension politique de la question corse.

Nous avons toujours été ouverts au dialogue. Toujours, malgré tous les refus essuyés depuis des années, malgré le déni chronique de la démocratie.

Revenons un instant sur l’histoire des relations entre la Corse et Paris.

Durant 40 ans, l’Etat a fait de l’arrêt de la clandestinité un préalable aux discussions. Pour autant, il n’y a eu aucune discussion depuis 2014, date à laquelle le FLNC a décidé sa sortie de la clandestinité sans qu’aucune action ne soit venue depuis contredire cette décision.

Durant la mandature 2010/2015, l’Assemblée de Corse a délibéré sur des sujets majeurs pour la Corse, tels que le statut de résident, la coofficialité de la langue corse et de la langue française ou l’amnistie pour les prisonniers politiques. Paris n’a jamais pris en compte ces délibérations, parlant même aujourd’hui des « revendications nationalistes », jamais de délibérations, ignorant ainsi complètement le vote démocratique, d’une majorité de gauche d’ailleurs, même si les démarches ont été initiées par les nationalistes.

Durant 40 ans, on nous a dit que nos idées n’étaient pas majoritaires et que, de fait, on ne pouvait les prendre en compte. Peu à peu, avec les associations, avec les syndicats et avec l’engagement militant et culturel, nous avons gagné « la bataille des idées », bien avant de gagner la bataille électorale en 2015. Même l’un de nos plus ardents opposants, Nicolas Alfonsi, que je salue, l’a reconnu. Pourtant, il n’y a pas eu de dialogue.

Au printemps 2017, les Corses ont élu trois députés nationalistes à l’Assemblée Nationale française. On nous a dit alors que nous n’avions pas la majorité absolue et qu’il fallait attendre les résultats des territoriales des décembre 2017. L’Etat a toujours modifié les règles du jeu mais, à chaque fois, avec la confiance des Corses, nous avons gagné la partie.

Alors, en votant massivement pour Per a Corsica, notre peuple a dit que la Corse n’est pas une entité administrative. Il a dit que la Corse est une nation. Si, comme l’auteur français Ernest Renan, les responsables parisiens considèrent la nation comme « un plébiscite de tous les jours », ils doivent reconnaître le plébiscite fait par les Corses chaque jour durant deux ans et confirmé, de manière formelle par le scrutin, trois fois en deux ans.

Je le disais, nous sommes allés à Paris avec notre bonne volonté. Eux ont pensé que nous étions faibles. Là où nous attendions au moins des propositions de solutions équilibrées, Paris nous a proposé un retour au droit commun, un retour en arrière, avant 1981 ! Rien n’était possible ! Quand on connaît l’histoire et le droit, on ne peut pas accepter ces réponses. Parce que le droit suit toujours la volonté politique. Concernant l’amnistie, plusieurs faits historiques prouvent qu’il est possible de trouver des solutions de compromis. Au niveau de la lutte contre la spéculation foncière et immobilière, des dispositifs juridiques existent à travers l’Europe. Il existe aussi des dispositifs juridiques propres à certaines régions françaises, fondés sur leur histoire, comme à Saint Barthélémy...

Compte tenu de ce que nous demandons dans les domaines de la langue, de la fiscalité, du foncier ou des institutions, si nous n’obtenons pas un dispositif spécifique pour la Corse, il y aura toujours d’autres articles ou des principes constitutionnels à nous opposer. Et on sait que la Conseil constitutionnel ne manque jamais une occasion de le faire lorsqu’il s’agit de la Corse. Nous l’avons vu pour la fiscalité du patrimoine.

En résumé, aujourd’hui, par rapport au gouvernement précédent, seuls la forme des discussions et le vocabulaire employé ont changé. Le fond, pour le moment, reste identique. Paris continue de nous opposer ces fameuses « lignes rouges » définies en d’autres temps. Accepter la proposition qui consisterait à modifier l’article 72 de la Constitution, reviendrait à renoncer à ce que nous sommes, ce serait trahir le mandat que nous ont confié les Corses.

Nous présenterons aujourd’hui une résolution portant sur notre demande de dialogue sans tabou et sans lignes rouges. Nous demanderons le rapprochement de tous les prisonniers politiques, nous demanderons l’inscription de la Corse dans la Constitution pour pouvoir déroger au droit commun dans les domaines de la fiscalité, du foncier et de la langue. Enfin, nous demanderons une réévaluation des ressources et des moyens de la Collectivité de Corse afin de répondre aux besoins de la société corse.

Nous descendrons demain dans la rue, aux côtés de toutes les forces vives de l’île, pour que le fait démocratique soit respecté. Avec elles, nous dirons au Président de la République française qu’il ne doit pas trahir son discours de Furiani, lorsqu’il était candidat à l’élection. Nous lui dirons que le moment est venu d’accompagner les efforts des institutions corses dans la construction de relations enfin apaisées entre notre peuple et Paris.
Et après cette manifestation, nous continuerons sans relâche à construire notre nation car, pour reprendre à nouveau les mots d’Ernest Renan, nous avons fait de grandes choses ensemble et nous voulons en faire encore.

Je vous remercie.


Discorsu di Jean-Guy Talamoni, Presidente di l'Assemblea di Corsica
« Il y a en Corse un fait nouveau, spectaculaire, il faut donc entamer les discussions ». Ces mots ne sont pas les miens mais ceux d’un célèbre éditorialiste parisien. La victoire de notre majorité en décembre dernier est incontestable et doit être interprétée comme la volonté des Corses d’aboutir à une solution politique pour la Corse. Nombreux sont aujourd’hui les observateurs à s’accorder sur ce point. Dans les médias et parmi les politiques. La Corse, et notre majorité, a reçu plusieurs soutiens, notamment celui des Régions de France, par la voix d’Hervé Morin. Le Président du groupe LREM à l’Assemblée Nationale française, Richard Ferrand, a, lui aussi, invité le gouvernent à accepter la « main tendue ».

En effet, nous sommes allés à Paris la semaine dernière avec la volonté de discuter de manière loyale, comme nous l’avons fait depuis 2015. De discuter de manière loyale avec le premier ministre, avec le Président du Sénat, avec le Président de l’Assemblée Nationale. En allant à Paris rencontrer Edouard Philippe, Gérard Larcher et François de Rugy, notre objectif n’était pas d’entretenir le conflit. Nous y sommes allés dans une logique d’apaisement, pour ouvrir un dialogue, sans préalable et sans tabou. Nous sommes allés à Paris avec la volonté ferme de défendre la dimension politique de la question corse.

Nous avons toujours été ouverts au dialogue. Toujours, malgré tous les refus essuyés depuis des années, malgré le déni chronique de la démocratie.

Revenons un instant sur l’histoire des relations entre la Corse et Paris.

Durant 40 ans, l’Etat a fait de l’arrêt de la clandestinité un préalable aux discussions. Pour autant, il n’y a eu aucune discussion depuis 2014, date à laquelle le FLNC a décidé sa sortie de la clandestinité sans qu’aucune action ne soit venue depuis contredire cette décision.

Durant la mandature 2010/2015, l’Assemblée de Corse a délibéré sur des sujets majeurs pour la Corse, tels que le statut de résident, la coofficialité de la langue corse et de la langue française ou l’amnistie pour les prisonniers politiques. Paris n’a jamais pris en compte ces délibérations, parlant même aujourd’hui des « revendications nationalistes », jamais de délibérations, ignorant ainsi complètement le vote démocratique, d’une majorité de gauche d’ailleurs, même si les démarches ont été initiées par les nationalistes.

Durant 40 ans, on nous a dit que nos idées n’étaient pas majoritaires et que, de fait, on ne pouvait les prendre en compte. Peu à peu, avec les associations, avec les syndicats et avec l’engagement militant et culturel, nous avons gagné « la bataille des idées », bien avant de gagner la bataille électorale en 2015. Même l’un de nos plus ardents opposants, Nicolas Alfonsi, que je salue, l’a reconnu. Pourtant, il n’y a pas eu de dialogue.

Au printemps 2017, les Corses ont élu trois députés nationalistes à l’Assemblée Nationale française. On nous a dit alors que nous n’avions pas la majorité absolue et qu’il fallait attendre les résultats des territoriales des décembre 2017. L’Etat a toujours modifié les règles du jeu mais, à chaque fois, avec la confiance des Corses, nous avons gagné la partie.

Alors, en votant massivement pour Per a Corsica, notre peuple a dit que la Corse n’est pas une entité administrative. Il a dit que la Corse est une nation. Si, comme l’auteur français Ernest Renan, les responsables parisiens considèrent la nation comme « un plébiscite de tous les jours », ils doivent reconnaître le plébiscite fait par les Corses chaque jour durant deux ans et confirmé, de manière formelle par le scrutin, trois fois en deux ans.

Je le disais, nous sommes allés à Paris avec notre bonne volonté. Eux ont pensé que nous étions faibles. Là où nous attendions au moins des propositions de solutions équilibrées, Paris nous a proposé un retour au droit commun, un retour en arrière, avant 1981 ! Rien n’était possible ! Quand on connaît l’histoire et le droit, on ne peut pas accepter ces réponses. Parce que le droit suit toujours la volonté politique. Concernant l’amnistie, plusieurs faits historiques prouvent qu’il est possible de trouver des solutions de compromis. Au niveau de la lutte contre la spéculation foncière et immobilière, des dispositifs juridiques existent à travers l’Europe. Il existe aussi des dispositifs juridiques propres à certaines régions françaises, fondés sur leur histoire, comme à Saint Barthélémy...

Compte tenu de ce que nous demandons dans les domaines de la langue, de la fiscalité, du foncier ou des institutions, si nous n’obtenons pas un dispositif spécifique pour la Corse, il y aura toujours d’autres articles ou des principes constitutionnels à nous opposer. Et on sait que la Conseil constitutionnel ne manque jamais une occasion de le faire lorsqu’il s’agit de la Corse. Nous l’avons vu pour la fiscalité du patrimoine.

En résumé, aujourd’hui, par rapport au gouvernement précédent, seuls la forme des discussions et le vocabulaire employé ont changé. Le fond, pour le moment, reste identique. Paris continue de nous opposer ces fameuses « lignes rouges » définies en d’autres temps. Accepter la proposition qui consisterait à modifier l’article 72 de la Constitution, reviendrait à renoncer à ce que nous sommes, ce serait trahir le mandat que nous ont confié les Corses.

Nous présenterons aujourd’hui une résolution portant sur notre demande de dialogue sans tabou et sans lignes rouges. Nous demanderons le rapprochement de tous les prisonniers politiques, nous demanderons l’inscription de la Corse dans la Constitution pour pouvoir déroger au droit commun dans les domaines de la fiscalité, du foncier et de la langue. Enfin, nous demanderons une réévaluation des ressources et des moyens de la Collectivité de Corse afin de répondre aux besoins de la société corse.

Nous descendrons demain dans la rue, aux côtés de toutes les forces vives de l’île, pour que le fait démocratique soit respecté. Avec elles, nous dirons au Président de la République française qu’il ne doit pas trahir son discours de Furiani, lorsqu’il était candidat à l’élection. Nous lui dirons que le moment est venu d’accompagner les efforts des institutions corses dans la construction de relations enfin apaisées entre notre peuple et Paris.
Et après cette manifestation, nous continuerons sans relâche à construire notre nation car, pour reprendre à nouveau les mots d’Ernest Renan, nous avons fait de grandes choses ensemble et nous voulons en faire encore.

Je vous remercie.
Care culleghe, cari culleghi,

« In Corsica, c’hè un fattu novu, spettaculare, ci vole dunque à principià e discussione ». Ste parolle ùn sò micca meie. Sò quelle di un editurialista pariginu famosu. A vittoria di a nostra maiurità di dicembre scorsu hè incuntestevule è deve esse capita cum’è a vuluntà di i Corsi di ghjunghje à una suluzione pulitica per a Corsica. Oghje, numerosi sò l’usservatori à esse d’accunsentu nant’à stu puntu. Ind’è i media è frà i pulitichi. A Corsica, è a nostra maiurità, anu ricevutu parechji sustegni, frà i quali e regione francese, via Hervè Morin. U presidente di u gruppu La République en marche à l’Assemblea Naziunale francese, Richard Ferrand, ancu ellu, hà invitatu u guvernu à accittà a « manu tesa ».

Hè vera, simu andati in Parigi a settimana scorsa cù a vuluntà di discute lealmente, cum’è l’avemu fatta dapoi u 2015. Di discute lealmente incù u Primu ministru, incù u Presidente di u Senatu, incù u Presidente di l’Assemblea Naziunale. Andendu in Parigi à scuntrà à Edouard Philippe, Gérard Larcher è François de Rugy, u nostru scopu ùn era d’intratene un cunflittu. Simu andati in Parigi cù una logica d’appacciamentu, per apre un dialogu, senza cundizione in limine nè tabù. Simu andati in Parigi cù a vuluntà forte di difende a dimensione pulitica di a quistione corsa.

Simu sempre stati aperti à u dialogu. Sempre, malgratu tutti i ricusi scontri dipoi anni è anni, malgratu a negazione cronica di a demucrazia.

Vultemu una stonda nant’à a storia di e rilazione trà a Corsica è Parigi.

Durante 40 anni, u Statu hà piazzatu a fine di a clandestinità cum’è a cundizione à e discussione. Eppuru, ùn c’hè statu alcuna discussione dipoi u 2014 è a surtita di a clandestinità di u FLNC, malgradu u fattu ch’ùn ci sia statu nisuna azzione per cuntradì sta decisione.

Durante a mandatura 2010/2015, l’Assemblea di Corsica hà pigliatu deliberazione maiò per a Corsica cum’è, a sapete, u statutu di residente, a cuufficialità di a lingua corsa è di a lingua francese o l’amnistia per i prigiuneri è i ricercati pulitichi. Parigi ùn hà mai tenutu contu di ste deliberazione. Parla sempre oghje di « e rivindicazione naziunaliste », mai di deliberazione, ignurendu cumplettamente ch’ellu c’hè statu quì un votu democraticu, da una maiurità di manca, d’altronde, ancu s’elli sò stati i naziunalisti à inizià ste dimarchje.

Durante 40 anni, ci anu dettu dinù chì ùn si pudianu esse pigliate in contu e nostre idee, perchè chì ùn eranu maiuritarie. Pianu pianu, cù l’associ, cù i sindicati è cù l’impegnu militante è culturale, l’avemu vinta « a battaglia di l’idee », assai nanzu di vince a battaglia eletturale, in lu 2015. L’hà ancu ricunisciuta unu di i nostri più ardenti uppunenti, Niculaiu Alfonsi, ch’o salutu. Eppuru, dialogu ùn ci n’hè statu. À u veranu di u 2017, i Corsi anu elettu 3 diputati naziunalisti à l’Assemblea Naziunale francese. Tandu, ci anu dettu ch’ùn aviamu micca a maiurità assuluta è chì ci vulia à aspettà i risultati di l’elezzione di dicembre di u 2017. U Statu hà sempre fattu è disfattu e regule di u ghjocu, ma ogni volta, incù a cunfidenza di i Corsi, avemu vintu a partita.

Allora, vutendu di manera massicia per a lista Per a Corsica, u nostru populu hà dettu chì a Corsica ùn hè un’ entità amministrativa. Hà dettu chì a Corsica hè una nazione. S’è, cum’è l’autore francese Ernest Renan, i respunsevuli parigini cunsidereghjanu a nazione cum’è « un plebiscitu di ogni ghjornu », allora ci vole ch’elli ricunnoschinu u plebiscitu fattu da i Corsi ogni ghjornu durante dui anni è cunfirmatu, di modu furmale da u scrutinu, trè volte in dui anni.

A dicia, simu andati in Parigi cun tutta a nostra bona vuluntà. Elli, anu pigliatu issa bona vuluntà per debulezza. Quandu no aspettavamu almenu pruposte di suluzione equilibrate, Parigi ci hà prupostu un ritornu à u dirittu cumunu, un ritornu di nanzu à u 1981 ! Nunda ùn era pussibule ! Ùn pudiamu accittà ste risposte quandu omu cunnosce a storia è u dirittu. Perchè u dirittu seguita sempre a vuluntà pulitica. Cuncernendu l’amnistia, parechji fatti storichi facenu vede a pussibilità di truvà suluzione di cumprumessu. À u livellu di a lotta contru à a speculazione fundiaria è immubiliare, esistenu in Auropa dispusitivi ghjuridichi. Esistenu dinù dispusitivi ghjuridichi specifichi fundati nant’à a storia di parechje regione francese, cum’è in San’Bart...

Tenendu contu di ciò chè no dumandemu in i duminii di a lingua, di a fiscalità, di u fundariu è di l’istituzione, s’è ùn avemu micca un dispusitivu specificu per a Corsica, ci seranu sempre d’altri articuli o principii custituziunali à oppone ci. È si sà chì u Cunsigliu custituziunale ùn manca mai un uccasione di caccià si la incù a Corsica. L’avemu vista per a fiscalità di u patrimoniu.
À l’accorta, oghje, per rapportu à u guvernu precedente, s’elli sò cambiati a forma di e discussione è u vucabulariu impiegatu, u fondu hè, per avà, sempre listessu. Parigi cuntinueghja d’oppone ci e famose « linee rosse » definite in d’altri tempi. Accittà a pruposta chì cunsisterebbe à mudificà l’articulu 72 di a Custituzione serebbe rinucià à cio chè no simu, serebbe tradì u mandatu chì ci anu dattu i Corsi.

Presenteremu oghje una risuluzione chì purterà nant’à a nostra dumanda di dialogu senza limiti nè linee rosse. Dumanderemu ch’elli sianu avvicinati tutti i prigiuneri pulitichi, dumanderemu a scrizzione di a Corsica ind’è a Custituzione per pudè derugà à u drittu cumunu ind’è i duminii di a fiscalità, di u fundiariu è di a lingua. Infine, dumanderemu una revisione di e risorse è di i mezi di a Cullettività di Corsica per pudè risponde à i bisogni di a sucetà corsa.

Faleremu dumane in carrughju, à fiancu à tutte e forze vive di l’isula, per ch’ellu sia rispettatu u fattu demucraticu. Cun elle, diceremu à u Presidente di a Republica francese ch’ellu ùn deve micca tradì u so discorsu di Furiani quand’ellu era candidatu. Li diceremu ch’ella hè ghjunta l’ora d’accumpagnà i sforzi di l’istituzione corse ind’è a custruzzione di rilazione infine appaciate trà u nostru populu è Parigi.

È dopu à sta manifestazione, cuntinueremu senza fiatà à custruì a nostra nazione perchè, per ripiglià torna e parolle di Renan, avemu fattu grande cose inseme è ne vulemu fà torna.

À ringrazià vi