Assemblea di Corsica
Facebook
Twitter
Instagram
YouTube

Assemblea di Corsica

Discorsu di u 27 di ghjennaghju - sessione publica


Discours de Marie-Antoinette Maupertuis*, Présidente de l'Assemblée de Corse, prononcé au cours de la session extraordinaire du 27 janvier



Sgiò Presidente di l’esecutivu,
Signore è signori cunsiglieri esecutivi
Signore è signori i cunsiglieri à l’Assemblea di Corsica.
Care tutte, cari tutti.
 
Per principià sta sessione di Ghjennaghju, vi vogliu pregà auguri di pace è di salute i più sinceri pe u 2022.
Pregu chì, st’annata chì principia, sarà di più serena, appaciata è ch’ella sippia quella di a fine di a crisa sanitaria.
Spergu chì, in st’Assemblea, u nostru travagliu sia sempre di qualità, degnu di u mandatu chì ci anu dattu i Corsi. E chì a nostra indiatura cuntinueghja à dà a i Corsi a pussibilità di campà megliu, di campà bè, ancu di pettu à e difficultà ochjinche tremende.
Capu d’annu, aghju una pinsata particulare di sulidarità incù i Corsi malati, ind’è u bisognu, è tutti quelli chì strazianu.
I nostri anziani è i giovanni chi anu suffertu assai di sta crisa di u COVID.
Allora, pace, salute è divizia à voi altri è, à tutti i Corsi… ch’elli campessinu in Corsica ò altrò !
 
Lors de la session de décembre, notre Assemblée a adopté son nouveau règlement intérieur. Nous l’appliquons pour la première fois aujourd’hui et, il porte avec lui un certain nombre de changements importants. Certaines des dispositions qu’il entérine désormais, étaient en réalité déjà des pratiques d’usage, relevant de la tradition. D’autres représentent de réelles avancées, en particulier pour la place de l’opposition et la qualité du débat démocratique.
 
Lors des questions orales, vous avez pu déjà éprouver votre droit d’appréciation de la réponse faite par le Conseil exécutif, pour ceux du moins qui ont tenu les délais impartis pour poser leur question.
 
Le mode de prise de parole, de discussion autour des motions et le calcul des temps de parole notamment ont fait l’objet d’une refonte inédite que nous éprouverons également tout au long de cette séance.
 
La qualité de nos échanges dépendra, en partie au moins, de la façon dont nous appliquerons ce règlement intérieur.
 
 
Grâce à une coïncidence de calendrier, ces évolutions réglementaires prennent effet en 2022, année du 40e anniversaire de notre Assemblée.
 
En effet, le 2 mars 1982, la loi portant statut particulier à la Corse est promulguée. Le 8 août de la même année ont lieu les premières élections visant l’installation de la première assemblée de Corse qui elle aura lieu le 20 août.
 
1982, est donc une date importante de l’histoire contemporaine de la Corse.
 
Une avancée forte, dirons les politistes et observateurs avisés, si l’on considère, dans une perspective historique, le lent processus politique et institutionnel de la décentralisation à la française. Une étape décisive qui contraste d’ailleurs aujourd’hui avec les timides propositions de la récente loi 3DS. Mais surtout, et avant tout, un événement majeur pour la Corse à travers l’obtention de ce statut particulier de 1982 qui représentait à l’époque une première victoire dans la quête d’autonomie. Et il nous incombe cette année de le commémorer.
 
C’est dans cette optique que je vous soumettrai aujourd’hui un rapport relatif à l’organisation de ces 40 ans dont les célébrations débuteront le 2 mars prochain, date de promulgation de la loi, et se poursuivront, avec notamment un cycle de conférences, mais aussi d’autres manifestations dont nous aurons aussi à convenir ensemble.
 
Alors, certes, en fonction de nos spécificités politiques passées et présentes, nous relaterons et interpréterons de manière différente le sens et la portée de cette évolution institutionnelle. Il en est ainsi de tous les événements historiques. Pourtant, il est un fait que personne ne démentira : le peuple corse s’était à l’époque fortement investi dans la joute électorale avec 17 listes présentées et une participation à près de 70 %.
 
Dès sa création, la légitimité de notre Assemblée fut donc reconnue par le peuple. Elle s’est fait le témoin, le symbole de la vivacité du débat politique en Corse et de l’attachement démocratique de notre peuple qui place aujourd’hui en elle, ses espoirs et ses aspirations.
 
Pour la famille nationaliste, dans toute sa diversité, majoritairement représentée aujourd’hui dans cet hémicycle, il aura fallu près de cinquante années de luttes politiques, de travail démocratique, mais aussi de batailles électorales pour passer de la revendication politique d’un statut particulier à l’exercice du pouvoir à l’échelle territorial.
 
Mais à l’aune de ces célébrations, je ne veux pas que l’on oublie tous ceux qui ont fait vivre, chacun à leur manière et à la position qui était la leur à l’époque, cette institution si singulière dans le contexte français, mais finalement assez peu novatrice comparativement à ce qui pouvait exister dans d’autres régions européennes.
 
Cet anniversaire sera aussi l’occasion, de rappeler les grandes figures politiques de notre île, qui se sont succédé dans les travées de l’Assemblée de Corse, mais aussi avec elles, de celles qui ont eu la responsabilité de proposer, de rédiger ou de faire progresser le statut particulier. Celles qui ont dû, per forza ò per amore, l’appliquer.
 
Ce sera bien sûr, l’occasion d’une importante analyse rétrospective qui éclairera, j’en suis convaincue, les débats actuels et à venir sur l’autonomie, notamment au sein de la commission des compétences législatives et réglementaires et pour l’évolution statutaire de la Corse de notre Assemblée.
 
Ce sera aussi l’occasion de célébrer l’engagement des agents, notamment des secrétariats généraux de l’Assemblée et du Conseil exécutif dont certains sont la mémoire vivante de ce parlement.
 
C’est enfin, une opportunité de rapprocher les Corses de l’institution. Leur faire découvrir ou redécouvrir les spécificités de notre Assemblée, de ses organes consultatifs tels que l’Assemblea di a Giuventù ou le CESEC, de son patrimoine bâti auquel elle est attachée et de tout ce qui en fait la richesse. Faire de la pédagogie auprès des plus jeunes et les encourager à s’impliquer toujours davantage dans la vie publique, politique et sociale de notre île. Permettre à tous les Corses de comprendre le rôle que joue notre institution dans le quotidien de chacun.
 
Nous devons rappeler et montrer que l’Assemblée est un lieu de débats démocratiques, mais plus que cela. Que le statut particulier de 1982, malgré ses limites a été la première étape vers l’obtention des statuts suivants, l’avènement d’un Conseil exécutif il y a 30 ans en 1992 et de diverses compétences associées, mais aussi des évolutions encore à venir et un jour, je l’espère, de notre autonomie. 
 
E cusì sia !
A ringrazià vi
 

* Seul le prononcé fait foi


Rédigé le Jeudi 27 Janvier 2022 modifié le Jeudi 27 Janvier 2022

              

Actualités de la Présidence | Les discours de la Présidente | 2018 - 2021 | Rôle de la Présidente | Les discours - 2018/2021 | Histoire de la présidence