Assemblea di Corsica

Assemblea di Corsica


Sapemu quant’elli tenenu cara a so libertà i Corsi. Sapemu quantu elli sò primurosi i so ripresentanti di difende li.


Discorsu di u Presidente di l'Assemblea di Corsica, Jean-Guy Talamoni - 26/11/2020



Care culleghe, cari culleghi,

Nanzu di tuttu, vogliu salutà Jean-Charles Giabiconi, chì hà da esse oramai presente cù noi cum’è membru di st’assemblea. Hà da rimpiazzà à Paulu Santu Parigi. Site u benvenutu cù noi à travaglià.

Per una seconda volta, aprimu un periudu d’allegerimentu di u cunfinamentu. A sapemu, di pettu à a chjusura di a so attività, strazianu i picculi cummerci à u livellu finanziariu cum’è à u livellu psiculogicu. Sabbatu, turneranu à apre. Ci ne rallegremu.
A calata di u livellu di l’epidemia hè u segnu chì i sforzi ch’avemu fattu sò capaci à granà. Vogliu salutà l’impegnu di u persunale uspidalieru, è i sforzi di tutti i Corsi chì una volta di più anu patutu di direttive attentatorie à e libertà e più fundive per circà à migliurà a situazione. Sò da salutà, da tantu ch’elli sò difficiuli da tene tanti sforzi à longu andà, è a sò chì certi, puru s’ella s’apre a pussibilità d’un vaccinu da quì à pocu, strazianu à sente u suppulu di speranza chì ci vole à mantene per sbuccà finu à tandu.

Pensu à l’usteriaghji, o à i caffitteri chì vedenu sempre di più alluntanata a riapertura di e so imprese. Artisti, intermittenti di u spettaculu ùn ponu più mette in ballu a so arte. Prufessori chì di punta à i so screni d’urdinatori si danu di rimenu per luttà contr’à a dizzinghera sculare. Pensu à i so studienti chì ancu elli facenu fronte à e situazione di stress è d’isulamentu.

Pensemu dinù à tutte e persone chì campanu digià situazione precarie, difficiule, è chì patenu di più st’epidemia chì impastughjeghja è chì incalca e forme d’addisperu psiculogicu.

Ùn pudemu micca rilativizà e cunsequenze di e nostre privazione di libertà nant’à a persona umana, sopratuttu à a vigilia di e feste di fine d’annata, sinonime di cunvivialità, di riunione, di spartera. Femu tuttu per ch’ellu fussi stu cunfinamentu l’ultimu di sta crisa, è tutti i nostri sforzi sò oghje avviati versu stu scopu, fendu fronte inseme battaglie sanitarie, ecunomiche è suciale.

Per sfurtuna, a gestione di sta pandemia da u guvernu francese ùn hè ancu capace à appacià sti sintimi d’esclusione è di penseru. U capiguvernu s’era presentatu cum’è un Primu ministru di i territorii, prontu à dalli di più libertà, à fà li cunfidenza. Fattu si stà chì in st’ore di crisa, sta manera di fà vene rimandata à tempi luntani.

Di tuttu què, di stu cunfinamentu à picci imbrogli, fattu d’eccezzione, d’acconci, d’ordini è cummandamenti, nascenu brame di contru discorsu, di disubbidienza in u spiritu di i nostri cumpatriotti chì certi francanu e pruibizione, quandu d’altri stanu à sente idee cumplottiste. Eccu dunque un altra cunsequenza di a so manera di fà : a crescita di l’ustilità di pettu à i pulitichi. St’ustilità si nutrisce dinù da l’attitudine di più in più auturitaria di a Francia chì acatasta e lege periculose per e nostre libertà publiche, aduttate sott’à u regime di u statu d’urgenza.

Piglieraghju per esempiu a pruposta di lege « Securità Glubale », è ci sarà una muzione nant’à stu puntu per a sessione d’oghje, sta lege « Securità Glubale » chì hà per scopu di difende e forze di l’ordine ma chì, attempu, torna à addebbulisce i nostri diritti. L’articulu 24 crea un delittu novu chì pruibisce a sparghjera di fiure di forze di l’ordine in u « scopu manifestu ch’ellu fussi purtatu colpu à
a so integrità fisica o psiscica », ùn vene à rinfurzà a cunfidenza ch’omu aspetta da u citadinu di pettu à l’agente di pulizza. À l’incuntrariu, quandu elle esistenu digià e lege per prutegge l’individuu contru à l’usu di fiure o di videò cun d’altre intenzione più pessime, quessu l’articulu puderebbe piattà ancu di più e viulenze pulizzere, moltu quandu omu sà ch’elle anu pussutu inizià l’apertura d’inchieste di l’IGPN. A viulenza pulizzera hè dinù una realità chì ci tocca à fà ci fronte. L’evacuazione di i migranti
piazza di a Republica in Parigi luni n’hè l’ultima prova.

Ci serianu d’altri articuli di sta lege inchietanti assai, cum’è u permessu di custoghje u spaziu publicu cù droni, cum’è a trasmissione di fiure in diretta versu posti di cummandamentu. Quesse e dispusizione ùn sò micca isulate in u tempu. Seguitanu un andatura auturitaria di menu in menu piatta è ci portanu pianamente è bè à a perdita di l’anonimatu, di a vita privata, sempre cù
listessi argumenti : « hè per a securità, hè per u bè cumunu ».

Per u nostru bè, si riducenu e nostre libertà, u dirittu à manifestà vene sempre di più impastughjatu, u seguitu è a geulucalisazione sò sempre di più incuragiti, sottu à stati d’urgenza sempre più longhi in u tempu. Quessa a situazione ci chjama à fà casu à l’evuluzione di modu à ùn fà si chjappà in una stretta ventosa ch’ùn ci surteremu mancu in flacchina.

Sapemu quant’elli tenenu cara a so libertà i Corsi. Sapemu quantu elli sò primurosi i so ripresentanti di difende li. Per quessa, v’invitu, naturalamente, à piglià pusizione quant’ella serà di bisognu per vultà nant’à ste quistione in st’emiciculu.

À ringrazià vi.

Care culleghe, cari culleghi,

Avant tout je souhaite saluer Jean-Charles Giabiconi qui va dorénavant travailler parmi nous au sein de cette assemblée pour remplacer Paul-Toussaint Parigi. Soyez le bienvenu pour travailler avec nous.

De nouveau, nous entamons une période d’allègement du confinement qui se traduit, entre autres, par la réouverture des petits commerces dès samedi, qui nous le savons, peinaient à supporter psychologiquement et financièrement la cessation de leur activité sur site. Nous pouvons nous en réjouir.

La diminution du niveau de l’épidémie est le signe que les efforts fournis par chacun d’entre nous trouvent des résultats. Je veux saluer l’implication du personnel hospitalier et les efforts de tous les Corses, qui une nouvelle fois, se sont pliés aux directives attentatoires aux libertés les plus fondamentales afin d’améliorer la situation. Ils sont à saluer, car il est difficile de les maintenir sur la durée, et je sais, que certains, malgré la perspective d’un vaccin disponible d’ici peu de temps, peinent à garder l’espoir que cette crise trouvera rapidement une issue favorable.

Je parle notamment des restaurateurs, ou gérants de cafés qui voient la réouverture de leurs entreprises repoussée. Des artistes, intermittents du spectacle qui ne peuvent plus exercer leur art. Des professeurs qui, face à leurs écrans d’ordinateurs, font leur possible pour lutter contre le décrochage scolaire. De leurs étudiants qui, eux aussi, doivent affronter des situations de stress et d’isolement.

Nous pensons aussi à toutes les personnes qui vivent déjà dans des situations précaires, difficiles, auxquelles s’ajoute cette épidémie qui entrave la prise de recul et accentue les formes de détresses psychologiques.
Nous ne pouvons pas relativiser les effets de nos privations de libertés sur la personne humaine, surtout à l’approche des fêtes de fin d’année, synonymes de convivialité, de réunions, de partage. Tout doit être fait pour que ce confinement soit le dernier de cette crise, et tous nos efforts sont aujourd’hui tournés vers cet objectif en menant de front les batailles sanitaires, économiques et
sociales.
Malheureusement, la gestion de cette pandémie par le gouvernement français n’est pas de nature à apaiser ces sentiments d’exclusion et d’inquiétude. Le chef de ce gouvernement s’était pourtant présenté comme un Premier ministre des territoires, prêt à leur donner plus de libertés, à leur faire confiance. Force est de constater que cette approche ne vaut pas en temps de crise. Dommage.

De tout ceci, de ce confinement bricolé, fait d’exceptions, d’ajustements incessants, d’injonctions unilatérales, imposées par le haut, naissent des envies de contre-discours dans l’esprit de nos compatriotes dont certains bravent les interdits, et d’autres se laissent séduire par des idées complotistes. Voilà donc, une autre conséquence de cette méthode critiquable : une hostilité de plus
en plus grande envers les politiques. 

Cette hostilité découle aussi naturellement de l’attitude de plus en plus autoritaire de la France qui accumule les lois dangereuses pour nos libertés publiques, adoptées sous le régime d’état d’urgence.  Je prendrai comme exemple la proposition de loi « Sécurité Globale », et il y aura une motion sur ce point lors de la session d’aujourd’hui, cette loi « Sécurité Globale » qui se donne pour but de protéger les forces de l’ordre mais qui, dans le même temps, affaiblit un peu plus nos droits. L’article 24 notamment, qui crée un nouveau délit interdisant de diffuser les images d’un agent des forces de l’ordre dans le « but manifeste qu’il soit porté atteinte à son intégrité physique ou psychique », est loin de renforcer la confiance que l’on attendrait du citoyen envers l’agent de police. Au contraire, alors que des lois existent déjà pour protéger tout individu contre l’utilisation d’images ou de vidéos à des fins malintentionnées, cet article pourrait constituer une brèche pour rendre un peu moins visibles les violences policières surtout lorsque l’on sait que par le passé, ces diffusions ont été à l’origine d’ouvertures d’enquêtes de l’IGPN. La violence policière est bien une réalité contre laquelle nous devons lutter. L’évacuation des migrants place de la République à Paris lundi en est d’ailleurs la
preuve la plus récente.

D’autres articles de cette loi nous alertent, avec l’autorisation de surveiller l’espace public à l’aide de drones, ou encore la transmission d’images en direct vers les postes de commandement. 

Ces dispositions ne sont pas isolées, elles suivent une tendance autoritaire de moins en moins masquée, nous amènent petit à petit à la perte complète d’anonymat, de vie privée, et ce, en usant toujours de la même justification : « c’est pour notre sécurité, c’est pour le bien de tous ». 

Pour notre bien, les libertés sont toujours plus réduites, le droit de manifester toujours plus entravé, le traçage et la géolocalisation toujours plus encouragés, sous couvert d’états d’urgence qui se prolongent dans le temps. Cette situation appelle notre plus grande vigilance à tous pour ne pas être pris dans une spirale dont nous aurions du mal à sortir.

On sait combien les Corses sont épris de leur liberté, et combien leurs représentants sont attentifs à les protéger. C’est pourquoi, je ne saurais que trop vous inviter à prendre position autant de fois que nécessaire sur ces questions au sein de cet hémicycle.

Je vous remercie.

Rédigé le Jeudi 26 Novembre 2020 modifié le Jeudi 26 Novembre 2020

              

Discours | Le Président | Actualités du Président | Histoire de la présidence | Corsica 2035