Assemblea di Corsica

Assemblea di Corsica

"Tramutà u nostru bisognu d’agisce in putere d’agisce"


Discorsu di u Presidente di l'Assemblea - Sessione di u 29 d'aprile di u 2021



Care culleghe, cari culleghi,

Per principià, vulerebbe rende umaggiu à Dumenicu Baldacci, anzianu elettu di l’Assemblea di Corsica è di u CESEC. Era statu presidente di u gruppu MRG trà u 1982 è u 1984 è vicepresidente di l’Assemblea di Corsica, pò presidente di a cummissione cultura da u 1986 finu à u 1992.

Vulerebbe che noi pensessimu dinù à Pierre-Jean Poggiale, merre di Valle di Mezzana, avia 47 anni. In stu mumentu, pensemu à i soi.

À memoria di Dumenicu Baldacci è Pierre-Jean Poggiale, vi dumandu d’usservà un minutu di silenziu.

Vulerebbe dinù rende umaggiu à Michelle Félix, intendente di a Presidenza di l’Assemblea di Corsica dipoi u 1992 partuta à a ritirata stu mese. Hà travagliatu cun tutti i presidenti di l’Assemblea di Corsica dipoi Jean-Paul de Rocca-Serra. A vogliu ringrazià per a so dispunibilità è a so lealtà per a nostra istituzione. Li pregu une ritirata felice cù i soi.

Quand’è no simu stati eletti in u 2015, è pò in u 2017, una di e nostre primure maiò, era a lotta contr’à a precarità. M’arricordu chì u primu scontru ch’aghju avutu à l’epica in u mo scagnu era cù u duttore Pernin chè no cunniscimu tutti.

A Corsica pudia risponde à sta prublematica di duie manere : l’assistanatu, ciò ch’avemu sempre ricusatu, o a crescita di e capacità, di e capabilità di i Corsi, di u so empowerment, di u so putere d’agisce nant’à u mondu, è nant’à a so manera di campà, d’abità a Corsica.

Inseme, avemu sceltu a seconda via, quella di l’emancipazione, di a credenza in e facultà di l’individuu liberu. Ghjè u nostru filu paolistu, ma dinù mudernistu à prò di l’innuvazione suciale in Corsica.

Da u dì à u fà, a nostra Assemblea hà appruntatu è vutatu parechje deliberazione è seguitatu prugetti fattivi di prima trinca cum’è :
  • U prugettu TZCLD
  • U rivenutu universale
  • U pianu di lotta contr’à a precarità
  • A carta ritirata
  • U pianu nant’à l’alloghju
  • A creazione di u fondu Corsica sulidaria
  • U gruppu di travagliu nant’à e cundizione d’impiegu di i persunali di i SAAD, i Servizii d’aiutu è d’accumpagnamentu à dumiciliu, ne parleremu oghje, ch’aghju dipusitatu un raportu nant’à u sugettu
  • L’azzione per a giuventù
  • U schema d’aiutu à a vita studientina
  • A cunferenza suciale dopu à e mosse di i gilets jaunes.
Pensu chì ste misure anu aiutatu i Corsi à campà megliu, à crede in u putere di l’instituzione di a Corsica, à avè cunfidenza in a nostra capacità cullettiva di creà un paese d’Auropa in u Mediterraniu.

Dipoi, hè passata a Covid-19. Un terramottu suciale, un schjaffu sanitariu per e nostre sucetà chì si cridianu sicure. Aviamu lettu raconti di cunfinamenti ma era in a storia o in a literatura. Era u passatu. Eppò, avemu vistu e famiglie in dolu. Sta situazione chì tutte e cunsequenze ùn sò ancu cunnisciute, ci dà a ragiò d’avè fattu ciò chè n’avemu principiatu. Ma ùn basta micca. Ci chjama à andà al di là in l’innuvazione suciale.

Cù stu travagliu di fondu, puderemu esse i primi à mette in ballu u prugettu Territoriu Zeru Disimpiegatu à Longu Andà. Puderemu esse i primi à realizà una sperimentazione territuriale di u rivenutu universale. Ci travagliemu tutte e settimane cù a squadra di Marc de Basquiat. Oghje, quantu sò i paesi à mette e mani in pasta duve l’avemu messe noi digià, dipoi anni è anni ?

Eppuru, ci tocca à andà al di là in l’ascoltu di l’attori tocchi da a crisa, è in l’ascoltu di i prugetti d’innuvazione. Ci tocca à pruvà, à dà i mezi, in furia, à quelli chì sò capaci à trasfurmà a Corsica in tutte e so capacità. A pudemu fà. Pensu quì, in un altru terrenu à ciò chì i Socios anu pussutu fà per accumpagnà u ritornu di u Sporting in u circondu prufessiunale.

Li vogliu felicità. In quantu à i gilets jaunes, avemu vutatu duie deliberazione. Quella nant’à i carburanti dumandava una risposta da u Statu. Aspettemu sempre misure fiscale ch’avemu dumandatu inseme. A ricunniscenza di u Statu, ùn l’averemu micca. L’altra deliberazione porta nant’à a robba da manghjà. Puru s’elle fermanu cose da aghjustà, l’avemu vista duie settimane fà quandu avemu urganizatu un scontru trà tutti l’attori, avemu pussutu fà qualcosa per u cumunu. E cose, l’avemu fatte in Corsica, trà tutti l’attori, è ci simu ghjunti à mantene prezzi più bassi nant’à a robba d’usu cutidianu. Stu paragone ci mostra quant’ella ci tocca à agisce noi stessi nant’à e situazione.

In listesu filu, a nostra dumanda di presa in contu di u secondu accumpagnatore, vutata da a nostra assemblea dopu à u raportu di u CESEC presentatu da Laetitia Cucchi, a presidente di l’associu Inseme, vene d’esse ricusata, dopu una prumessa ministeriale è una prumessa presidenziale. Senza più aspettà una misura di ricunniscenza da a parte di u Statu, ci vole chì a nostra Assemblea, cù una risuluzione, urganizessi un dispusitivu d’accumpagnamentu messu in ballu da a Cullettività di Corsica. Hè una quistione d’ugualità trà i parenti, ma dinù di ghjustizia è di ricunfortu per e famiglie digià tocche da a malatia, culpite una seconda volta da a luntananza per via di u sottu sviluppu sanitariu di a Corsica, solu territoriu senza CHU.

Ci tocca à crede in noi, à tramutà u nostru bisognu d’agisce in putere d’agisce. Ci tocca à avè cunfidenza. À avanzà. Inseme.

À ringrazià vi. 

Traduction du discours

Chers collègues,

Pour commencer, je souhaiterais rendre hommage à Dominique Baldacci, ancien élu de l’Assemblée de Corse et du CESEC. Il avait été président du groupe MRG de 1982 à 1984 et viceprésident de l’Assemblée de Corse, puis président de la commission culture de 1986 jusqu’en 1992.  Je souhaiterais que nous pensions aussi à Pierre-Jean Poggiale, maire de Valle-diMezzana, il avait 47 ans. En ce moment, nous pensons aux siens.

En mémoire de Dumenicu Baldacci et Pierre-Jean Poggiale, je vous demande d’observer une minute de silence.

Je souhaiterais rendre hommage également à Michelle Felix, intendante de la Présidence de l’Assemblée de Corse depuis 1992 partie à la retraite ce mois-ci. Elle a travaillé avec tous les présidents de l’Assemblée de Corse depuis Jean-Paul de Rocca Serra. Je veux la remercier pour sa disponibilité et sa loyauté pour notre institution. Je lui souhaite une heureuse retraite avec les siens.

Lorsque nous avons été élus en 2015, puis en 2017, une de nos priorités était la lutte contre la précarité. Je me souviens que le premier rendez-vous que j’ai eu dans mon bureau était avec le Docteur Pernin que nous connaissons tous.

La Corse pouvait répondre à cette problématique de deux manières : l’assistanat, que nous avons toujours récusé, ou l’augmentation des capacités, des capabilités des Corses, de leur empowerment, de leur pouvoir d’agir sur le monde, et sur leur manière de vivre, d’habiter la Corse. 

Ensemble, nous avons choisi la deuxième voie, celle de l’émancipation, de la croyance dans les facultés de l’Homme libre. C’est notre fil paoliste, mais aussi moderniste au bénéfice de l’innovation sociale en Corse.

Du dire au faire, notre Assemblée a préparé et voté plusieurs délibérations et suivi des projets actifs et d’envergure tels :
  • Le projet TZCLD
  • Le revenu universel
  • Le plan de lutte contre la précarité
  • La carte Ritirata
  • Le plan sur le logement
  • La création du fonds Corsica sulidaria
  • Le groupe de travail sur les conditions d’emploi des personnels des SAAD, les services d’aide et d’accompagnement à domicile. Nous parlerons de ce sujet aujourd’hui avec le rapport que j’ai déposé.
  • L’action pour la jeunesse
  • Le schéma d’aide à la vie étudiante
  • La conférence sociale suite au mouvement des gilets jaunes.
Je pense que ces mesures ont aidé les Corses à mieux vivre, à croire dans le pouvoir des institutions de la Corse, à avoir confiance dans notre capacité collective à construire un pays d’Europe en Méditerranée.

Depuis, est arrivée la Covid-19. Un tremblement de terre social, une gifle sanitaire pour nos sociétés qui se croyaient sûres. Nous avons lu des récits de confinement, mais c’était dans l’histoire ou dans la littérature. C’était le passé. Et puis nous avons vu des familles en deuil. Cette situation, dont toutes les conséquences ne sont encore connues, nous donne raison d’avoir fait ce que nous avons initié. Mais cela ne suffit pas. Cela nous appelle à aller au-delà, dans l’innovation sociale.

Avec ce travail de fond, nous pourrons être les premiers à mettre en œuvre le projet Territoire Zéro Chômeur de Longue Durée. Nous pourrons être les premiers à réaliser une expérimentation territoriale du revenu universel. Nous travaillons toutes les semaines avec l’équipe de Marc de Basquiat. Depuis plusieurs années maintenant, combien de pays nous ont emboîté le pas ?

Bien sûr, il nous faut aller au-delà dans l’écoute des acteurs touchés par la crise, et dansl’écoute des projets d’innovations. Il nous faut, rapidement, donner les moyens à ceux qui sont capables de transformer la Corse. Nous pouvons le faire. Je pense ici, sur un autre terrain, à ce que les Socios ont pu réaliser pour accompagner le retour du Sporting dans le monde professionnel. Je veux les féliciter.

Quant aux Gilets jaunes, nous avons voté deux délibérations. Celle sur les carburants demandait une réponse de l’Etat. Nous attendons toujours les mesures fiscales que nous avons demandé ensemble. La reconnaissance de l’Etat, nous ne l’aurons pas. L’autre délibération porte sur les prix de la distribution. Même s’il reste des choses à ajuster, et nous l’avons vu il y a deux semaines lorsque nous avons organisé un échange avec tous les acteurs, nous avons pu œuvrer pour le commun. Nous l’avons fait en Corse, entre tous les acteurs, et nous sommes parvenus à maintenir des prix plus bas sur des produits d’usage quotidien. Cette comparaison nous montre à quel point il nous faut agir nous-même sur ces situations. 

Dans le même esprit, notre demande de prise en compte du deuxième accompagnant, voté par notre Assemblée après le rapport du CESEC présenté par Laetitia Cucchi, la présidente d’Inseme, vient d’être refusée, après une promesse ministérielle et présidentielle. Sans plus attendre de mesure de reconnaissance de la part de l’Etat, je demanderai à notre Assemblée, par une résolution, l’organisation d’un dispositif d’accompagnement mis en œuvre par la Collectivité de Corse. Il s’agit d’une question d’égalité entre les parents, mais aussi de justice et de réconfort pour les familles déjà touchées par la maladie, blessées une deuxième fois par l’éloignement à cause d’un sous-développement sanitaire de la Corse, seul territoire sans CHU. 

Il nous faut croire en nous, à transformer notre besoin d’agir en pouvoir d’agir, à avoir confiance. A avancer. Ensemble.

Je vous remercie. 




 

Rédigé le Jeudi 29 Avril 2021 modifié le Jeudi 29 Avril 2021

              

Actualités de la Présidence | Les discours de la Présidente | Rôle de la Présidente | 2018 - 2021 | Les discours - 2018/2021 | Histoire de la présidence | Corsica 2035