Assemblea di Corsica
Facebook
Twitter
Instagram
YouTube

Assemblea di Corsica

"Vulemu un altra Auropa"


Discorsu d'apertura di a sessione publica di u Presidente di l'Assemblea di Corsica u 28 di ghjugnu di u 2018.



Prima, vulerebbe ch’è no pensessimu à u corciu Manu Cester, niulincu, anzianu avucatu è funziunariu di a Cullettività. Ognunu quì u cuniscia è avia affettu è simpatia per ellu. A so disparizione ci hà cummossu assai. Ch’ellu riposi in pace in u so paese di Corscia.

A Corsica hà persu dinù una voce, una bella voce chì infiara l’anima nostra solu à pensà ci. Vogliu parlà di Santu Montera.  Salutemu a so famiglia. Ch’ellu riposi in pace. M. Raffaelli ?

« A grotta scritta », in Olmeta di Capicorsu, hè u solu locu di l’isula cù pitture simboliche, cù ghjente è cavalli di i tempi prestorichi. Secondu i specialisti, 2000 anni nanzu à Ghjesù Cristu, cavalli ùn ci n’era ancu in Corsica. L’omi viaghjavanu sempre à pedi. Cusì, i nostri artisti anu custruitu unu di i primi lochi di memoria euromediterranea. Cum’è un certu Jourdain chì scrivia in prosa senza sapè la, i nostri artisti anu custruitu e fundazione di l’Auropa, senza sapè la.
Si parlerà di ste fundazione, in u Cunsigliu aurupeu d’oghje è di dumane nant’à a crisa migratoria. Si parlerà di e fruntiere di l’Auropa. Or cosa ci ampara a passata di a grotta scritta ? S’è no simu d’accunsentu per dì chì : « a storia hè a geugrafia in u tempu », pudemu dì chì « a storia di l’Auropa hè a storia di e so fruntiere ». L’Auropa ùn hè solu quessa, di sicuru. Hè dinù un idea, un inseme di valori è di cultura chì a Corsica, à u so livellu, participeghja à dì, à fà, à imaginà.
 

Al di là di a Pax Europaea

A creazione di l’Unione Aurupea hà permessu d’allegerisce e fruntiere è di sguassà e stimme di a guerra, vicinu à e generazione e più giovane. A custruzzione di a pace trà i Stati fù l’operata indiata dipoi u 1945. Oghje, hè acquista. Si tratta oramai d’intratene sta mimoria è di purtà un altru prugettu per u XXIu seculu. Si tratta d’andà al di là di a Pace Auropeana, senza rinigà u passatu nè sguassà e so identità.

Marcati da a guerra, i dirigenti è i grandi coppii aurupei anu certe volte vulsutu andà troppu in furia. Tandu, i Stati anu fattu l’Auropa senza i populi, senza l’aurupei, senza rassicurà li nant’à ciò ch’ella pudia purtà à tutti. Ognitantu, i Stati anu fattu l’Auropa senza elli, uppunendu per mumenti, senza delicatezza è senza memoria, u rigore di i populi di u Nordu à a legerezza pratesa di quelli di u Sudu. Anu fattu l’Auropa, avendu un idea falsa nant’à l’intenzione di i populi di l’Este chì vulianu ritruvà a so supranità, segnu di libertà. Quessi ùn vulianu di un Auropa post-naziunale. I Stati anu sculpitu l’Auropa cù e so fruntiere, ma dinù, inventendu norme assurde, insulente, capite micca : direttiva cicculata, direttiva rubinetti di duscia, eccetera eccetera… Ognitantu, avemu avutu un soprapiù d’Auropa, induve ùn n’aviamu micca bisognu.  

Hè ciò ch’elli dicenu i pupulisti. Quelli chì si sò opposti à tuttu, anni è anni, ancu à l’idea d’Auropa. Dipoi u Brexit, intimuriti d’avè à assume rumpiture nove, nove dillusione per quelli ch’elli pretendenu difende, ci si culleganu custruendu un « assu », trinnichendu e paure, senza purtà una vera suluzione.

Numarosi Aurupei sò contr’à l’Auropa perchè spessu, quandu l’aspettavanu, ùn hè ghjunta. Ùn hè ghjunta in Catalogna u primu d’ottobre scorsu quandu l’elettori è l’elettrice si sò spiazzati di modu pacificu per andà à vutà cum’è l’avianu fatta i Scuzzesi nanzu à elli. Ùn hè mancu ghjunta per difende i travagliadori poveri da u dogma ultra-liberale di a libera circulazione chì prufitta à i più putenti è chì spicca i più debbuli. Ùn hè ghjunta per prutegge a salute di l’Aurupei è a qualità di a nostra agricultura nant’à l’affare di u glifosatu. Ùn hè ghjunta, infine, nant’à a quistione di i migranti quandu l’Auropa hà lasciatu a Grecia è oramai l’Italia gestisce una crisa chì e trapassa è chì ghjè una campa per i pupulisti.

Per avè ognitantu aspettatu troppu da l’Auropa, certi aurupei aspettanu oramai u ritornu di i Stati nazione. Ùn turneranu micca. A storia ùn hè micca un eternu ritornu.

Trà stu chjassu, ritornu in daretu nustalgicu, è a scappata in davanti di i dirigenti chì si francanu di u suffragiu universale è chì fermanu cionchi à i bisogni di i populi, vulemu un altra Auropa.

 

​Vulemu un altra Auropa

Vulemu un Auropa di a cultura è di l’educazione ricca di e so radiche anziane. Vulemu un Auropa di i populi sulidarii è suprani, un Auropa chì rispetti a spressione demucratica è u principiu di sussidiarità per esse più vicinu à i 500 millioni di donne è d’omi chì a facenu campà.  

Un Auropa leader di pettu à i schjocchi demugrafichi, eculogichi è numerichi chè no campemu.

Un Auropa di a cuuperazione chì assicureghja a securità di l’Aurupei di pettu à e minaccie terruriste è chì fussi capace à ridefinisce e so fruntiere senza circà l’inflazione permanente di u so territoriu.

Durante u 20u seculu, a grande scumessa fù a pace trà a Francia è l’Allimagna. Oramai, a storia ci dumanda un altra scumessa. Ci tocca à custruisce l’Auropa di u Mediterraniu per via di rilazione nove cù i paesi di u Sudu. S’è riesce l’Auropa ghjè riesce u Mediterraniu, quale hè chì puderebbe pensà ch’ùn avemu micca, noi i Corsi, un rollu à ghjucà in una missione chì ci trapassa ?

 

​Pigliemu e nostre respunsabilità

A Corsica deve piglià a so parte di respunsabilità.
Hè ciò ch’avemu fattu cù a pruposta di succorsu versu un battellu in dificultà chì nimu ùn vulia accoglie in un portu. Ùn accittavamu micca chì a vita di i passageri fussi messa in periculu per via di a chjusura di i porti i più vicini, frà quali i nostri.

In quantu à l’altra prublematica, quella di l’accolta di i migranti, a sola pusizione logica, umana è raziunale, forte attempu di « l’etica di cunvinzione » è di « l’etica di respunsabilità », hè quella detta da u Papa Francescu è chè no femu nostra : una scumpartera equitabile trà tutti i paesi aurupei.

A Corsica pussede capacità d’accolta di sicuru debbule. Eppuru, u 2 d’uttobre 2015, l’Assemblea di Corsica hà vutatu, à l’unanimità, una deliberazione dicendu ch’ella era pronta à piglià a so parte, di manera urganizata, capunanzu.

Di dicembre 2015, u Statu francese decidò di gnurà stu votu è di caccià a Corsica da u dispusitivu glubale. Fattu si stà ch’ùn avemu nisuna struttura in l’isula. E sole suluzione date funu da merri. Vulerebbe salutà l’iniziativa di u merre di Begudè Lionel Mortini è di u so cunsigliu municipale chì anu riesciutu l’integrazione d’una famiglia siriana.  

Per compie, seguiteremu l’evuluzione da vicinu pensendu à e parolle d’Albert Camus per u so Premiu Nobel di literatura in u 1957, annata di u Trattatu di Roma. Oghje ghjornu, in fatti d’Auropa, s’è una ricustruzzione lesta pare difficiule, u nostru penseru hè di parà tuttu ciò chì a puderebbe disfà.

À ringrazià vi.

--------
 

Chers collègues,

Je voudrais que nous ayons tout d’abord une pensée pour Manuel Cester, originaire du Niolu, ancien avocat et fonctionnaire de la Collectivité. Chacun ici le connaissait et avait de l’affection et de la sympathie pour lui. Qu’il repose en paix dans son village de Corscia.
 
La Corse a aussi perdu une voix, une belle voix à laquelle il suffit de penser pour qu’elle enflamme notre âme. Je veux parler de Toussaint Montera. Nous pensons à sa famille.
Enfin, je veux également saluer la mémoire de Mighele Raffaelli. Peintre, musicien et scénographe, ce grand artiste avait participé au Riacquistu. Pensons à tous les siens.
 
« A grotta scritta », à Olmeta di Capicorsu, est le seul lieu de Corse qui présente des peintures symboliques de la préhistoire avec des hommes à cheval.
Selon les spécialistes, 2000 ans avant Jésus Christ il n’y avait pas encore de chevaux sur l’île. Les gens se déplaçaient à pieds. Ainsi, nos artistes ont construit l’un des premiers lieux de mémoire euro-méditerranéenne. Comme Monsieur Jourdain qui faisait de la prose sans le savoir, nos artistes ignoraient qu’ils bâtissaient les fondations de l’Europe.

Fondations dont il sera question aujourd’hui et demain au Conseil de l’Europe sur le thème de la crise migratoire. On y parlera des frontières de l’Europe. Or, que nous apprend l’histoire d’a grotta scritta ? Si nous convenons que « l’histoire est la géographie dans le temps », nous pouvons dire que « l’histoire de l’Europe est l’histoire de ses frontières ». Ce n’est bien entendu pas que cela. L’Europe c’est une idée, un ensemble de valeurs et de cultures à dire, à faire, à imaginer et la Corse, à son niveau, y participe.
 
Au-delà de la Pax Europaea
 
La création de l’Europe a permis d’alléger les frontières et de gommer les stigmates de la guerre auprès des jeunes générations. La construction de la paix entre les états était l’œuvre menée depuis 1945. Désormais, elle est acquise. Il s’agit maintenant d’entretenir cette mémoire et de porter un autre projet pour le XXIe siècle. Il s’agit d’aller au-delà de la Paix Européenne sans renier le passé et effacer ses identités.

Marqués par la guerre, les dirigeants ont parfois voulu aller trop vite. Ainsi, les états ont fait l’Europe sans les peuples, sans les Européens, sans les rassurer sur ce qu’elle pouvait leur apporter à tous. Ils ont parfois opposé, sans délicatesse et sans mémoire, la rigueur des peuples du Nord et la prétendue légèreté de ceux du Sud. Ils ont fait l’Europe en se trompant sur les intentions des peuples de l’Est qui voulaient retrouver leur souveraineté, signe de liberté. Les états ont façonné l’Europe avec ses frontières mais aussi en inventant des normes absurdes, insultantes, non comprises. Parfois, on a ajouté un surplus d’Europe là où cela n’était pas nécessaire.
 
C’est ce que disent les populistes. Ceux qui se sont opposés à tout, année après année, et à l’idée même de l’Europe. Depuis le Brexit, craignant d’avoir à assumer de nouvelles fractures, de nouvelles désillusions pour ceux qu’ils prétendent défendre, ils se regroupent dans un « axe » agitant les peurs sans apporter de véritable solution.
De nombreux européens sont contre l’Europe parce souvent, alors qu’ils l’attendaient, elle n’est pas arrivée. Elle n’est pas arrivée en Catalogne le 1er octobre dernier quand les électeurs se sont déplacés pacifiquement pour voter comme l’avaient fait les Ecossais avant eux. Elle n’est pas arrivée pour protéger les travailleurs pauvres du dogme ultra-libéral de la libre circulation qui profite aux plus puissants et qui divise les plus faibles. Elle n’est pas arrivée pour protéger la santé des Européens et la qualité de notre agriculture dans l’affaire du Glyphosate. Elle n’est pas arrivée enfin sur la question des migrants quand elle a laissé la Grèce, et maintenant l’Italie, gérer une crise qui les dépasse et qui est une aubaine pour les populistes.
 
Pour avoir parfois trop attendu de l’Europe, certains Européens attendent désormais le retour des états-nations. Ils ne reviendront pas. L’histoire n’est pas un éternel recommencement. Entre le retour en arrière nostalgique et la fuite en avant des dirigeants qui s’affranchissent du suffrage universel et qui restent sourds aux besoins des peuples, nous voulons une autre Europe.
 
Nous voulons une autre Europe
 
Nous voulons une Europe de la culture et de l’éducation, riche de ses racines anciennes. Nous voulons une Europe des peuples solidaires et souverains, une Europe qui respecte l’expression démocratique et le principe de subsidiarité afin de se rapprocher des 500 millions de femmes et d’hommes qui la font vivre. Une Europe leader face aux chocs démographiques, écologiques et numériques que nous vivons.
Une Europe de la coopération qui assure la sécurité des Européens face aux menaces terroristes et qui soit capable de redéfinir ses frontières sans chercher à élargir sans cesse son territoire.
Au XXe siècle, le grand défi fût la paix entre la France et l’Allemagne. Désormais, l’histoire nous demande de relever un autre défi. Il nous faut construire l’Europe de la Méditerranée en raison des relations nouvelles avec les pays du Sud. Réussir l’Europe c’est réussir la Méditerranée et qui pourrait penser que nous n’avons pas, nous autres Corses, un rôle à jouer dans cette mission complexe ?
 
Prenons nos responsabilités
 
La Corse doit prendre sa part de responsabilités.
C’est ce que nous avons fait avec la proposition de secourir un bateau en difficulté que personne ne voulait accueillir dans un port. Nous n’acceptions pas que la vie des passagers soit mise en danger par la fermeture des ports les plus proches, parmi lesquels les nôtres. Quant à l’autre problématique, celle de l’accueil des migrants, l’unique position logique, humaine et raisonnable, forts à la fois de « l’éthique de conviction » et de « l’éthique responsabilité », est celle du Pape François et que nous faisons notre : une répartition équitable entre tous les pays européens.
 
La Corse possède certes des capacités d’accueil modestes. Pourtant, le 2 octobre 2015, notre Assemblée a voté, à l’unanimité, une délibération disant qu’elle était prête à prendre sa part, de manière organisée et en anticipant.

En décembre 2015, l’Etat français décidait d’ignorer ce vote et d’exclure la Corse du dispositif global. Le fait est que nous n’avons aucune structure dans l’île. Les seules solutions ont été apportées par des maires. Je voudrais saluer l’initiative du Maire de Belgodere, Lionel Mortini, et de son conseil municipal qui ont réussi l’intégration d’une famille syrienne.

Pour conclure, nous suivrons l’évolution de près en ayant à l’esprit les paroles  prononcées par Albert Camus à l’occasion de son Prix Nobel de littérature en 1957, année du Traité de Rome. Aujourd’hui, en matière d’Europe, si une reconstruction rapide semble difficile, notre souci doit être d’éviter tout ce qui pourrait la défaire.

Je vous remercie.
 
 
 

Rédigé le Jeudi 28 Juin 2018 modifié le Jeudi 28 Juin 2018

              

Actualités de la Présidence | Les discours de la Présidente | Rôle de la Présidente | 2018 - 2021 | Les discours - 2018/2021 | Histoire de la présidence