Assemblea di Corsica

Assemblea di Corsica


"A nostra Assemblea deve esse a matrice di u dibattitu publicu"


Discours du Président de l'Assemblée de Corse en ouverture de la séance publique du 25 avril 2019



Care culleghe, cari culleghi,
I Corsi sò un vechju populu chì anu u rispettu di l’istituzione.
Per contu nostru, simu i rispunsevuli di issu rispettu. Cunniscimu i sacrifizii, i guai, a strada longa  ch’avemu fattu per custruisce l’istituzione demucratiche di a Corsica. Ci hè vulsutu à difende una visione, à sparte la cù l’altre forze pulitiche di l’isula, custruisce cumprumessi à u filu di l’anni è di l’evuluzione istituziunale. Avemu difesu inseme sta visione di pettu à i guverni francesi, cù François Mitterrand, Michel Rocard, Pierre Joxe, Jean-Louis Debré, Lionel Jospin, Nicolas Sarkozy, Marylise Lebranchu, Bernard Cazeneuve o Jean-Michel Baylet.
Oghje ghjornu, e nostre istituzione create da e nostre lotte è da i nostri patti, da e nostre disgrazie è da e nostre abbracciate, create da u parlamentu francese dinù, venenu rimesse in causa da u Statu, da u Presidente di a Republica ellu stessu, quandu ellu crea, per indettu, una cunferenza di i merri, senza nisunu puntellu ghjuridicu, per svià, per addebbulisce, per scarpighjà l’istituzione di a Corsica. Peghju, ancu a cumpetenza di a nostra cullettività in materia d’urbanisimu vene nigata da u pratese guarante di u dirittu.
S’è no seguitemu sta via, per u Statu, ùn c’hè più nè Assemblea di Corsica, nè Cunsigliu esecutivu, nè Camera di i territorii… Ùn rispettava micca u fattu demucraticu Emmanuel Macron ; avà ùn rispetta mancu più l’istituzione.
Un annu dopu a creazione di a Cullettività di Corsica, u Statu, cù a prefettura in testa, cum’è una vespa, cerca à fà crede ch’ella si pò custruisce a Corsica senza l’eletti di l’Assemblea di Corsica. Cosa serà a prossima tappa ? Serà a revisione di u Padduc riscrittu da i servizii di u Statu ? Pare stranu in demucrazia, quandu chì per contu nostru, i ripresententi i più alti di u Statu ci avianu dettu, durante anni è anni, quandu eramu minuritarii, di vince l’elezzione è di sceglie di modu sclusivu u spaziu publicu. Tuttu stu travagliu di custruzzione di a pace hè statu fattu da per noi, senza l’aiutu di Parigi, senza nisunu impegnu di i sfarenti guverni. Stu travagliu, ùn l’abbanduneremu micca à i falchi chì preferiscenu u cunflittu à u cuntrastu, e bastunate à a pace. U nostru filu l’avemu, ùn lu cappieremu micca. Ùn c’hè altru filu pè a Corsica oghjinca.

Detta quessa, simu cuscenti ch’elli ci fermanu mille cose da fà è da migliurà in u funziunamentu di e nostre stituzione è in a so rilazione à i territorii. A Camera di i territorii hè un arnese à prò di a leia trà a nostra assemblea è l’eletti lucali. Vogliu salutà quì u travagliu di i so eletti è di u so secretariatu generale. Vogliù ramintà chì i merri elli stessi, quelli chì sò eletti à a Camera di i territorii, anu sceltu di travaglià nant’à e so preocupazione di u cutidianu cum’è i fochi, per esempiu, u tempurale, a desertificazione o a prublematica di i paesi muntagnoli. Avanzanu e so riflessione è u so travagliu.
A struttura di issa Camera conta debbulezze. Per esempiu parechje cumunità di cumune ùn ci sò micca riprisentate. Ste debbulezze, l’aviamu previste è aviamu cercatu à parà le. Vi ramentu a nostra deliberazione di settembre di u 2017 in a quale dumandavamu l’evuluzione di a cumpusizione è di e cumpetenze di a Camera di i territorii. A sapete, avemu dumandatu a riprisentazione di ogni cumunità di cumune ma dinù a parità, in vanu. Què, ghjè una vera mancanza, un veru viziu in a custruzzione di l’edifiziu novu. Ma a lege ùn hà micca vulsutu tene contu di e nostre dumande.
Eppuru, à contu meiu, a Camera di i territorii ferma u quadru naturale di spressione di i merri è rispunsevuli di cumunità di cumune. Cunniscimu e so difficultà. Sapemu ch’elli dumandanu una leia di vicinanza cù a cullettività. Per quessa, mi pare chì a Camera di i territorii deve esse allergata assai è a so strutturazione migliurata.
Di listessa manera, cunniscimu e difficultà di i riprisentanti eletti di l’imprese, di e camere di cummerciu, d’artisgianatu o d’agricultura. Elli dinù anu bisognu d’una leia più forte cù a Cullettività di Corsica.
Sapemu chì a nostra cullettività deve esse strutturata di manera chì i merri è l’altri eletti sianu accumpagnati di più è sustenuti di più. Una strutturazione nova, più efficace, chì permeterebbe à ogni cumuna è à ogni cumunità di cumune di benefizià d’un assistenza persunalizata. Un idea serebbe d’avè un interlucutore unicu chì averebbe una visione larga di tutti i cartulari purtati da l’istituzione è chì li puderebbe dà un aiutu amministrativu o tennicu. Avia ramintatu sta necessità d’aiutà i merri in l’eserciziu di e so respunsabilità à u cungressu di i merri di Corsica suttana, di ferraghju scorsu.
Mi pare impurtante d’andà più in là è pensu chì a nostra Assemblea deve esse a matrice di u dibattitu publicu.
Cuntrariamente à ciò ch’ellu pensa Macron, credimu noi chì l’eletti lucali è i corpi intermediarii sò una cumpunente essenziale di a demucrazia. Tocca à noi à urganizà di megliu a leia trà sti respunsevuli pulitichi è prufessiunali è a nostra cullettività.
Mi pare oghje u mumentu d’apre stu dibattitu, u più largamente pussibule.
A ringrazià vi.
 

Chers collègues,
Le peuple corse respecte les institutions.
Pour notre part, nous sommes les garants de ce respect. Nous connaissons les sacrifices, les malheurs, la longue route que nous avons faite pour construire les institutions démocratiques de la Corse. Il a fallu défendre une vision, la partager avec les autres forces politiques de l’île, construire des compromis au fil des années et des évolutions institutionnelles. Nous avons défendu ensemble cette vision face aux gouvernements français, avec François Mitterrand, Michel Rocard, Pierre Joxe, Jean-Louis Debré, Lionel Jospin, Nicolas Sarkozy, Marylise Lebranchu, Bernard Cazeneuve ou Jean-Michel Baylet.
Aujourd’hui, ces institutions nées de nos luttes, de nos pactes, de nos malheurs et de nos accolades, créées aussi par le parlement français, sont remises en question par l’Etat, par le Président de la République Française lui-même qui crée, par exemple, une conférence des maires, sans aucun appui juridique, pour dévier, pour affaiblir, pour piétiner les institutions de la Corse. Pire, la compétence de notre collectivité en matière d’urbanisme des niée par le prétendu garant du droit.
Si nous suivons cette voie, pour l’Etat, il n’y a plus ni Assemblée de Corse, ni Conseil exécutif, ni Chambre des territoires… Emmanuel Macron ne respectait pas le fait démocratique ; voilà maintenant qu’il ne respecte même plus les institutions.
 
Un an après la création de la Collectivité de Corse, l’Etat, avec la préfecture en tête, cherche à faire croire que l’on peut construire la Corse sans les élus de l’Assemblée de Corse. Quelle sera la prochaine étape ? La révision du Padduc réécrit par les services de l’Etat ? Cela semble étrange dans une démocratie, alors même que les plus hauts représentants de l’Etat nous avaient dit, durant des années, quand nous étions minoritaires, de gagner les élections et de choisir exclusivement l’espace public. Tout ce travail de construction de la paix a été fait par nous-même, sans l’aide de Paris, sans aucun investissement des différents gouvernements. Nous n’abandonnerons pas ce travail aux faucons qui préfèrent le conflit au débat, les coups à la paix. Nous suivons notre voie et nous n’en sortirons pas parce qu’il n’y a pas d’autre voie possible pour la Corse d’aujourd’hui.
Ceci dit, nous avons conscience qu’il y a encore de nombreuses améliorations à apporter au fonctionnement de nos institutions et à leurs liens avec les territoires. La Chambre des territoires est un outil en faveur du lien entre notre Assemblée et les élus locaux. Je veux saluer ici le travail des élus qui y siègent et de son secrétariat général. Je veux rappeler que les maires qui y sont élus, eux-mêmes ont choisi de travailler sur des sujets qui sont leurs préoccupations quotidiennes comme les incendies par exemple, les intempéries, la désertification ou les problématiques rencontrées par les communes de montagne. Leurs réflexions et leur travail avance.
La structure de cette Chambre comporte des faiblesses. Par exemple, plusieurs communautés de communes n’y sont pas représentées. Nous avions prévu ces faiblesses et avons cherché à les éviter. Je vous rappelle notre délibération de 2017 dans laquelle nous demandions l’évolutions de la composition et des compétences de la Chambre des territoires. Vous le savez, nous avons demandé que chaque communauté de communes soit représentée et que la parité femmes/hommes soit assurée. En vain. Il s’agit là d’une réelle carence, d’un véritable vice dans la construction de ce nouvel édifice. Mais la loi n’a pas voulu tenir compte de nos demandes.
Pour autant, à mon sens, la Chambre des territoires demeure le cadre naturel d’expression des maires et des responsables des communautés de communes. Nous connaissons leurs difficultés. Nous avons qu’ils attendent plus de proximité avec la Collectivité. Pour cela, il me semble que la Chambre des territoires doit être très élargie et que sa structuration doit être améliorée.
De la même manière, nous connaissons les difficultés des représentants élus des entreprises, des chambres de commerce, d’artisanat et d’agriculture. Eux aussi ont besoin d’un lien plus étroit avec la Collectivité de Corse.
Nous savons que notre collectivité doit être structurée de façon à ce que les maires et les autres élus soient plus accompagnés et plus soutenus. Une structuration nouvelle, plus efficace, qui permettrait à chaque commune, à chaque intercommunalité de bénéficier d’une assistance personnalisée. Une idée, par exemple, serait d’avoir un interlocuteur unique qui puisse avoir une vision large de tous les dossiers portés par l’institution et apporter un soutien administratif, technique ou en ingénierie. J’avais d’ailleurs rappelé cette nécessité d’aider les maires dans l’exercice de leurs responsabilités au Congrès des maires de Corse-du-Sud en février dernier.
Il me semble important d’aller plus avant et je pense que notre Assemblée doit être ma matrice du débat public.
Contrairement à ce que pense Emmanuel Macron, nous croyons que les élus locaux et les corps intermédiaires sont une composante essentielle de la démocratie. A nous de mieux organiser le lien entre ces responsables politiques et professionnels et notre collectivité. Il me semble que le moment est venu d’ouvrir ce débat, le plus largement possible.
Je vous remercie.
 

Rédigé le Jeudi 25 Avril 2019 modifié le Jeudi 25 Avril 2019

              

Discours | Le Président | Actualités du Président | Histoire de la présidence | Corsica 2035