Assemblea di Corsica

Assemblea di Corsica


"A revisione custituziunale hè l'affare di u populu, chì sò maiò e cunsequenze in a vita di tutti i ghjorni"


Sessione di l'Assemblea di Corsica di l'8 di marzu di u 2018



Care culleghe, cari culleghi,
Un elettu di l’Assemblea di Corsica si n’hè andatu u mese scorsu. Simu stati quì cun ellu, à travaglià parechji anni, è à scumbatte nant’à riforme maiò per a nostra isula, cum’è durante u prucessu di Matignon. Era quì, qualchì annu fà, à purtà altu e so idee, cun curagiu, cù u verbiu è a voce chè no sapemu. Puru s’è ùn simu micca stati sempre d’accunsentu, ùn aghju mai dubbitatu di a sincerità cù a quale era quì per difende a Corsica. Ci hà travagliatu finu à l’ultimu. Ch’ellu riposi in pace oramai. Vi dumandu d’usservà un minutu di silenziu in mimoria à u nostru anzianu cullega, Toussaint Luciani.
--
Vogliu avè dinù une parolla per un nostru amicu ghjuvan teramu Rocchi, tercanu di a lingua corsa è di a puesia nustrale, ch’avemu accumpagnatu per u so ultimu viaghju.
---
Vogliu salutà dinù, u ritornu nant’à a so terra di trè prigiuneri pulitichi, Cédric Courbey, Pascal Pozzo di Borgo è Antoine Pes, avvicinati in a prigiò di U Borgu a settimana scorsa. Era simpliciamente u so dirittu, ma sò parechji anni, a sapete, ch’ùn era micca statu appiegatu malgratu e nostre dumande è e prumesse di dui presidenti di a Ripublica francese. Dumandemu sempre l’appiecazione di stu dirittu per tutti i prigiuneri.
--
L’ordine di u ghjornu chì ci addunisce oghje hè unu di i più impurtanti di a storia di a nostra istituzione.
Dopu l’annunziu da u Presidente di a Republica, u 3 di lugliu scorsu, davanti à u Cungressu, d’inizià una revisione custituziunale, ci hè tuccata à aspettà sei mesi per avè a certezza, in bocca à a Ministra Gourault, di l’integrazione di a Corsica à sta riforma di l’istituzione. L’appuntamenti seguenti, cù u Primu ministru cum’è quellu cù u Presidente di a Republica anu cunfirmatu sta vulintà di ricunosce a specificità di a Corsica in a custituzione.
Dipoi u discorsu di Bastia un mese fà, s’hè apertu un ciculu di scontri cù Madama Gourault, cù riunione settimanale. Trà di noi dinù, nentru à a cummissione per l’evuluzione statutaria di a Corsica. In quaranta anni, hè a prima volta ch’elle venenu à esse avvicinate è alineate e pianete trà a Corsica è Parigi nant’à sta quistione. François Mitterrand, Lionel Jospin è François Hollande averebbenu forse vulsutu cambià a custituzione ma u ghjocu di l’istituzione avia impeditu un iniziativa. Fermanu sempre l’incertezze nant’à a dimarchja iniziata da u Presidente di a Republica ma pocu impreme, ci tocca à dà à a Corsica tutte l’uppurtunità di riesce. Averemu digià una prima risposta sta sera è un altra da u Primu ministru luni sera duve seremu ricevuti cù u Presidente di u Cunsigliu esecutivu.
--
A revisione custituziunale pare esse un affare di prufessori è di spezialisti. Ghjè prima di tuttu l’affare di u populu chì sò maiò e cunsequenze in a vita di tutti i ghjorni.
A Francia serebbe stata fundata nant’à u principiu d’ugualità di i citadini, al di là di e so urigine territuriale è suciale, al di là di e sfarenze territuriale. Stu paese forte d’una vechja tradizione centralizatrice è universalista hà vistu nasce una generazione spuntanea di citadini astratti dopu à Rivuluzione francese. Ogni sfarenza era vista cum’è un ritornu di a feudalità, à i trè ordini, à l’oscurantisimu. U citadinu astrattu, da ch’ellu sia propiu uguale à tutti l’altri, avia da esse trattatu di listessa manera da Dunkerque à Bunifaziu è certe volte ancu al di là. Tuttu ùn s’hè micca passatu cusì, a sapemu, ma u rumanzu naziunale francese dice cusì.  
Un isula di u Mediterraniu, ricca di a so identità linguistica è culturale, hè stata trattata cum’è l’altri territorii è purtata à un assimilazione culturale. Ch’averebbemu da vince à esse tutti listessi ? Pari sì, ma listessi, perchè ? In Francia, l’ugualità di i diritti hè stata capita cum’è l’identità di i diritti trà tutti, puru quandu e situazione eranu sfarente. L’ugualità di i diritti hè stata capita cum’è un duvere d’assimilizione culturale. E lege essendu vutate in francese, lingua di a rivuluzione, di l’Accademia, di i filosofi di i Lumi, tuttu avia da esse in francese. Tuttu fù in francese. A Francia ùn ci l’hà fatta à pensà a diversità. Hè cusì ch’elli si sò sciolti spessu in u sangue i cunflitti di sculunisazione.
U mondu d’oghje và ancu ellu, sempre di più, in a ricunniscenza di diritti pari à tutte è à tutti. À e donne, di sicuru, chè no festighjemu oghje a ghjurnata internaziunale di i diritti. Ma dinù diritti pari d’accessu à l’educazione, à a salute, à l’acqua, à e cummunicazione, à i servizi publichi, à tutti i quelli, chì duve elli stanu, duve elli campanu, anu un accessu più difficiule à ste risorse. Ùn ci pò esse ugualità di i diritti è di i campà senza una ricuniscenza di e sfarenze.
Stu muvimentu hè anzianu digià cù tante dumande di ricunniscenza ch’ùn sò micca ricusi di l’alterità. Permettite mi quì d’ammintà a canzona Golu di u pueta Ghjuvan Teramu Rocchi. In sta canzona cantata da Felì, u fiume Golu, persunalisazione di u populu corsu sprime à a Senna a so vulintà d’esse pari. Pari ma micca listessi. Si compie cusì : 
« S'ellu ci hè un dumane di pace à mezu à e sciume,
Parlà ne inseme o Senna, parlà ne fiume à fiume ».
Fiume à fiume. Ci correnu sempre i versi di u pueta. Sò tanti puntelli di l’indiatura chè no seguitemu per a Corsica.
--
Stu quadru per parlà inseme, sò l’istituzione. Ma qualchì volta ùn ci hè manera… L’arrestatu Miot, cascatu una notte in Parigi, hè l’esempiu chè no cunniscimu tutti. À l’insecurità ghjuridica di a nostra fiscalità, ci simu avvisti dinù di a nostra incertezza à pudè tramandà u nostru picculu patrimoniu fundiariu. Malgratu e deliberazione di l’Assemblea di Corsica, malgratu l’integrazione d’un dispusitivu in duie lege di finanze, duie volte da filu, u Cunsigliu custituziunale hà fattu cascà a misura. Chì ci serebbe cum’è prova più bella di u bisognu chè n’avemu di scambià a Custituzione ? A fiscalità ùn hà bisognu di demustrazione longhe. Senza anticipà nant’à u dibattitu chè n’averemu dopu, pensu chì a fiscalità ùn hè chè unu di i tanti duminii duve a Corsica abbisogna un putere legislativu permanente.
Per u fundiariu, ognunu ricunosce u prublema. Avemu in Corsica u più di custruzzione per abitante, ma dinù a più forte crescita di i prezzi. I nostri giovani ùn anu mai avutu tante dificultà per truvà o cumprà una casa o per piglià un alloghju in affittu. L’Assemblea di Corsica hà vutatu per u statutu di residente ricusatu da u Presidente di a republica. Prupunimu dunque un altra suluzione : un statutu amministrativu è fiscale.
Per a lingua, cuntinuemu à pensà chì a cuufficialità hè a suluzione sine qua non. Vistu u ricusu di u Presidente di a republica, dumandemu a scrizzione in a custituzione, di a prumuzione è di a salvezza di a lingua, parte maiò di a nostra identità culturale. Sta dispusizione permetterà di fà entre a nostra lingua in u mondu di l’impiegu, di sviluppà prugrammi educativi novi è, à nome di stu duvere di prutezzione, puderà dà duveri linguistichi à l’istituzione chì averanu à esse bislingue.
Puderebbemu cuntinuà cusì a lista longa di i benefizii chè n’averemu da a scrizzione di a Corsica in a custituzione di e materie duve puderemu fà a lege : insignamentu, impiegu, sviluppu ecunomicu, salute publica…
--
U core di u nostru prugettu ùn si trova micca in l’enumerazione di ste materie. U core, ghjè a ricunniscenza di i diritti di u populu corsu. Ancu quì, ùn simu micca in l’ideulugia ma in i fatti. Cumu difende è prumove è nurmalizà a nostra identità linguistica è culturale senza una ricuniscenza di i nostri diritti ? In risposta à sta quistione, vi presenteremu un prugettu di resuluzione per a ricunniscenza di u populu corsu.
--
Permettite mi, puru s’è u so travagliu ùn hè ancu compiu, di felicità a cummissione per l’evuluzione statutaria di a Corsica, i so cummissarii, u so Presidente Petr’Antone Tomasi,  u so rapurtatore Ghjuvan Francescu Casalta è Serge Tomi, u nostru secretariu generale.
Permettite mi dinù di ringrazià u Prufessore Wanda Mastor per u so raportu di riferenza, precisu è cumplettu malgratu l’urgenza. A vogliu ringrazià dinù per u serviziu dopu vendita ch’ella hà assicuratu vicinu à mè cum’è vicinu à tutti l’eletti di l’Assemblea chì li anu postu quistione è dumandatu spiegazione. U prufessore Wanda Mastor s’hè sappiuta mette à u serviziu di u bè cumunu è di l’almanaccu strettu strettu di u guvernu.
À ringrazià vi.
 

Chers collègues,

Chères collègues, chers collègues
 
Un élu de l’Assemblée de Corse nous a quittés le mois dernier. Au sein de cet hémicycle, des années durant, nous avons travaillé ensemble et débattu sur des réformes d’importance pour notre île, comme le processus de Matignon. 
Il était ici, il y a quelques années, à porter haut ses idées avec courage, avec des mots et une voix dont nous nous souvenons encore.
Quand bien même nous n’avons pas toujours été d’accord, je n’ai jamais douté de la sincérité avec laquelle il défendait la Corse. Il a travaillé jusqu’à la fin. Qu’il repose en paix désormais. Je vous demande d’observer une minute de silence en mémoire de notre ancien collègue, Toussaint Luciani.
--
Je veux aussi avoir une parole pour notre ami Ghjuvan Terramu Rocchi, champion de la langue corse et de la poésie nustrale, que nous avons accompagné pour son dernier voyage.
---
Je veux également saluer le retour sur leur terre des trois prisonniers politiques Cédric Courbey, Pascale Pozzo di Borgo et Antoine Pes, rapprochés à la prison de Borgu la semaine dernière. Leurs droits ont simplement été respectés, mais cela fait plusieurs années, vous le savez, que ce n’était pas le cas malgré nos demandes et les promesses de deux Présidents de la République française. Nous demandons toujours l’application de ce droit pour tous les prisonniers.
 
L’ordre du jour qui nous réunit aujourd’hui est l’un des plus importants de l’histoire de notre institution.
 
Après l’annonce du Président de la République, le 3 juillet dernier, devant le Congrès, d’initier une révision constitutionnelle, il aura fallu attendre six mois pour avoir la confirmation, par la voix de la ministre Gourault, de l’intégration de la Corse à cette réforme des institutions. Les rendez-vous qui ont suivi, avec le Premier ministre comme avec le Président de la République, ont confirmé cette volonté de reconnaître la spécificité de la Corse dans la Constitution.
 
Depuis le discours de Bastia, il y a un mois, un cycle de rencontres s’est ouvert avec Madame Gourault, avec des réunions hebdomadaires. Entre nous aussi, à travers de la commission pour l’évolution statutaire de la Corse. En quarante ans, c’est la première fois que les planètes sont alignées entre paris et la Corse. François Mitterrand, Lionel Jospin et François Hollande auraient voulu changer la Constitution mais le jeu des institutions ont empêché leur initiative. Il reste toujours des incertitudes quant à la démarche initiée par le Président de la République, mais peu importe, il faut donner à la Corse toute les chances de réussir. Nous aurons déjà une première réponse ce soir et une autre lundi soir du Premier ministre chez qui nous serons reçus avec le Président du Conseil exécutif.
 
La révision constitutionnelle peut sembler être une affaire de professeurs et de spécialistes. C’est surtout l’affaire du peuple car les conséquences sont grandes sur la vie de tous les jours.
La France aurait été fondée sur le principe d’égalité des citoyens, au-delà de leurs origines territoriales, au-delà de leurs différences sociales. Ce pays, fort d’une vieille tradition centralisatrice et universaliste a vu naître une génération spontanée de citoyens abstraits après la Révolution française. Chaque différence était vécue comme un retour de la féodalité, aux trois ordres, à l’obscurantisme. Le citoyen abstrait, s’il est proprement égal à tous les autres, allait être traité de la même manière de Dunkerque à Bonifacio, et quelques fois même au-delà. Tout ne s’est pas passé comme cela, nous le savons, mais c’est ce que dit le roman national français.
 
Une île de Méditerranée, riche de son identité linguistique et culturelle, a été traitée comme les autres territoires et poussée à une assimilation culturelle. Qu’aurions-nous à gagner à être tous pareils ? Egaux, oui, mais pareils, pourquoi ? En France, l’égalité des droits a été comprise comme l’identité des droits entre tous, même quand les situations étaient différentes. L’égalité des droits a été comprise comme un devoir d’assimilation culturelle. Les lois étant votées en français, langue de la révolution, de l’Académie, des philosophes des Lumières, tout allait être en français. Tout fût en français. La France n’a pas pensé la diversité. C’est ainsi que ce sont réglés dans le sang les conflits de la décolonisation.
 
Le monde d’aujourd’hui va lui aussi, toujours davantage, vers la reconnaissance des droits égaux à toutes et tous. Aux femmes, bien sûr, car nous fêtons aujourd’hui la journée internationale du droit des femmes. Mais aussi des droits égaux d’accès à l’éducation, à la santé, à l’eau aux communications et services publics, à tous ceux qui, où ils sont, où ils vivent, ont un accès plus difficile à ces ressources. Il ne peut y avoir égalité des droits et du bonheur sans une reconnaissance des différences.
 
Ce mouvement est ancien déjà avec tellement de demande de reconnaissances qui ne sont pas refus de l’altérité. Permettez-moi de rappeler la chanson Golu du poète Ghjuvan Teramu Rocchi. Dans  cette chanson interprétée par Felì, le fleuve Golu, personnalisation du peuple corse exprime à la Seine sa volonté d’être égaux. Egaux, mais différents. Elle se termine comme cela :

« S’il y a un lendemain de paix au milieu de l’écume,
Parlons-en tous les deux, parlons-en de fleuve à fleuve ».
 
De fleuve à fleuve. Les vers du poète nous restent toujours en mémoire comme autant de balises à l’engagement que nous suivons pour la Corse.
 
Ce cadre pour discuter ensemble, ce sont les institutions. Mais quelquefois ça ne suffit pas … L’Arrêté Miot, supprimé une nuit à Paris, est l’exemple que nous connaissons tous. A l’insécurité juridique de notre fiscalité, nous nous sommes aperçus aussi de notre incertitude à pouvoir transmettre notre petit patrimoine foncier. Malgré les délibérations de l’Assemblée de Corse, malgré l’intégration d’un dispositif à deux lois de finances, deux fois consécutives, le Conseil constitutionnel a fait tomber la mesure. Y aurait-il meilleure preuve du besoin que nous avons de changer la constitution ? La fiscalité n‘a pas besoin de longues démonstrations. Sans anticiper sur le débat que nous allons avoir toute à l’heure, je pense que la fiscalité n’est qu’un des nombreux domaines dans lesquels la Corse a besoin d’un pouvoir législatif permanent.
En ce qui concerne le foncier, chacun reconnaît le problème. En Corse nous avons le plus grand nombre de constructions par habitant, mais également la plus forte augmentation des prix. Nos jeunes n’ont jamais eu autant de difficultés à trouver ou acquérir un logement ou bien à le louer. L’Assemblée de Corse a voté le principe d’un statut de résident que le Président de la République a rejeté. Nous proposons donc une autre solution : un statut administratif et fiscal. 
Pour la langue, nous continuons à penser que la coofficialité est la solution sine qua non. Etant donné le rejet du Président de la République, nous demandons l’inscription dans la Constitution, de la promotion et de la sauvegarde de la langue, part majeure de notre identité culturelle. Cette disposition permettra de faire entrer notre langue dans le monde du travail, de développer des programmes éducatifs innovants et, au nom du devoir de protection, elle pourra donner des obligations linguistiques aux institutions qui auront à être bilingues.
--
Nous pourrions poursuivre ainsi la longue liste des bénéfices que nous pourrions tirer de l’inscription de la Corse dans la Constitution, des matières pour lesquelles nous pourrions faire la loi : enseignement, emploi, développement économique, santé publique…
--
Le cœur de notre projet ne se situe pas dans l’énumération de ces matières. Le cœur est la reconnaissance des droits du peuple corse. Même là, nous ne sommes pas dans l’idéologie mais dans les faits. Comment défendre, promouvoir et normaliser notre identité linguistique et culturelle, sans obtenir la reconnaissance de nos droits ? En réponse à cette question, nous vous présenterons un projet de résolution pour la reconnaissance du peuple corse.
Permettez-moi, même si son travail n’est pas encore terminé, de féliciter la Commission pour l’évolution statutaire de la Corse, ses commissaires, son Président Petr’Antone Tomasi et son rapporteur Ghjuvan Francesu Casalta, ainsi que Serge Tomi, notre secrétaire général.
Permettez-moi également de remercier la Professeure Wanda Mastor pour son rapport qui est une référence, précis et complet malgré l’urgence. Je veux la remercie particulièrement pour le suivi qu’elle a assuré à mes côtés comme elle est aux côtés de tous les élus de l’Assemblée qui l’ont sollicitée par leurs questions et leurs demandes d’explication. La Professeure Mastor a su se mettre au service du bien commun dans le calendrier contraint imposé par le gouvernement.
À ringrazià vi.
Je vous remercie.

Rédigé le Lundi 19 Mars 2018 modifié le Lundi 19 Mars 2018

              

Discours | Le Président | Actualités du Président | Histoire de la présidence | Corsica 2035