Assemblea di Corsica
Facebook
Twitter
Instagram
YouTube

Assemblea di Corsica

Assemblea Giuventù "A mio chjama v’invita à custruì un paese mudernu è appaciatu"


Discorsu di u Presidente Jean-Guy Talamoni, seduta d’installazione di l’Assemblea di a giuventù - Assemblea di Corsica – Aiacciu – 4-04-2017





Care culleghe, cari culleghi,
Cara giuventù di Corsica,
« Valurosa giuventù di Corsica »,
 
Un discorsu famosu di a nostra storia cuminciava incù ste parolle.  Era dui centu cinquant’anni fà è stu discorsu chjamava à piglià l’arme per difende a libertà. Oghje, a mio chjama, più serena, v’invita à custruì un paese mudernu è appaciatu.
 
In u mondu sanu, ci sò e populazione chì si sentenu prive di a maestria di u so destinu.
 
In ogni paese ci sò rumpiture tamante : rumpitura trà cità è rughjoni campagnoli, rumpitura trà quelli chì decidenu è quelli chì subiscenu, rumpitura trà i vincidori di a mundialisazione è quelli chì sò firmati da cantu…
 
Ma a rumpitura a più pisia hè forse quella trà a giuventù è u mondu puliticu. Ùn hè a prima volta in a storia : in Francia, tuttu ognunu si ramenta di l’evenimenti di maghju 68, chì anu avutu un influenza maiò nantu à parechje quistione sucetale.
 
Guasi cinquant’anni dopu, in u 2015, nascia u muvimentu « Nuit debout », dimarchja chì ci vole à rispettà ma chì, per avà, ùn hà purtatu tant’affare. In Corsica, stu muvimentu hà avutu pocu successu, chì a nostra giuventù pussede d’altre vie di mubilisisazione, spessu più ardite.
 
À noi, ci pare utule è sanu chì i nostri giovani mantenessinu a so capacità à dì innò à ciò ch’ùn si pò addimette, è di sprime stu ricusu falendu in carrughju. Ma ci vole dinù dà à i giovani d’altri mezi di participà à a vita publica.
Bella sicura, sò numarosi i lochi d’impegnu : strutture spurtive, associi culturali, ecunomichi o umanitari, sindicati… Ma u puliticu, spaziu demucraticu è urganizatu di l’azzione publica, hè sicuramente u locu maiò induve si decide u nostru avvene cullettivu. A dicia Tucidide, duie mille cinque cent’anni fà : un umanu chì ùn s’accupa di pulitica, ùn hè un citadinu tranquillu, hè un citadinu inutule.
 
Ma voi, site cunvinti postu chè vo site quì. Sò l’altri giovani chì ci vulerà à cunvince chì a pulitica ùn hè qualcosa di bruzulu, chì a pulitica hè l’attività a più difficiule ma dinù a più alta in a sucetà. A pulitica hè ciò chì ci spicca da u mondu animale : cunniscite a famosa parolla di Aristotele : « L’omu hè un animale puliticu ». Hè vera chì certi eletti anu fattu assai per svalutà a pulitica, ma ùn sò chè una minurità. In Corsica, in Francia è altrò, a più grande parte di l’eletti sò ghjente oneste, chì si danu di rimenu per difende u bè cumunu.
 
U bè cumunu… Ùn ci hè pruverbiu più falsu chè quellu chì dice « À chì serve u cumunu ùn serve à nisunu ». À chì serve u cumunu serve à ognunu è ancu di più. Serve al di là di u chjerchju largu di e ghjente di u paese.
Perchè u bè cumunu ùn hè solu l’addizione di l’interessi particulari à un mumentu datu. U bè cumunu hè una lea trà e generazione, trà i morti, i vivi è quelli chì ùn sò ancu à nasce. Ma u bè cumunu ùn hè solu l’interessu cullettivu di l’esseri umani, perchè l’omi è e donne anu a pianetta sana in custodia. Ne devenu esse a guardia, sempre sveglia è fida.
 
Cusì, a primura di l’eculugia franca e limite di l’interessi umani. Si vede chì u bè cumunu hè un idea larga, forte, un obbiettivu puliticu, ma assai di più. Ci vole à fà entre in li cori è in le mente una vera mistica di u bè cumunu, di u « bè publicu », locuzione chè vo truvate nantu à ogni pagina di a currispundenza di Pasquale Paoli, è chì no pigliemu noi, i so eredi, cum’è unicu fanale.
Eccu ciò ch’ella hè a pulitica : l’attività umana a più nobile chì sia. Allora serete voi, giovani eletti, l’imbasciatori di u mondu puliticu davant’à a giuventù corsa. Dicerete à i vostri pari ciò chè no femu, ciò chè vo fate, è li dumanderete di participà à i vostri travaglii. Cusì sguasseremu a rumpitura trà u mondu puliticu è a giuventù. Perchè ci hà insegnatu a storia, in particulare à u XXu seculu, ciò ch’ellu pò purtà l’odiu di a pulitica è u populisimu perversu chì si spana nantu à l’addisperu.
 
Hè per quessa chì ci vole à ricustruì a cunfidenza in a pulitica è in a demucrazia, è riduce e rumpiture chì marcanu e sucetà oghjinche.
In Corsica, dipoi un annu è mezu, circhemu à fà rinasce issa cunfidenza. Avemu creatu un Cumitatu di valutazione di e pulitiche publiche, chì a trasparenza hè più chè mai necessaria.
 
Per riduce a rumpitura geografica, avemu stallatu u « Cumitatu di Massicciu ». In listessu spiritu, hè per riduce a rumpitura di l’età, trà giovani è respunsevuli istituziunali, ch’aghju vulsutu st’Assemblea di a Giuventù. Per fà chì i giovani intressinu elli stessi, cum’è attori, in le nostre istituzione pulitiche.
 
Eccu ciò ch’ella hè iss’Assemblea. Incù l’Assemblea di Corsica, u Cunsigliu esecutivu, u Cunsigliu ecunomicu, suciale è culturale, serà a quarta istituzione di a Corsica. Persunalamente è cum’è Presidente di l’Assemblea di Corsica, di issa sperienza nova n’aspettu assai.
 
Ùn possu compie senza ramintà a situazione di giovani Corsi, incarcerati o ricircati, è chì, per avà, ùn ponu participà cum’è voi à a custruzzione di u paese. Hè una disgrazia per elli è per i soi. Hè un peccatu per a Corsica chì averebbe bisognu di i so talenti è di a so energia. Hè dinù una vergogna per quelli chì urganiseghjanu regularamente decine d’arrestazione di giuvanotti Corsi.
° ° °
Sapete chì, in giru à noi, tutti i paesi cunnoscenu una grande inchietudine. Per contu nostru, circhemu à inserì cunfidenza in a sucetà corsa per francà la da i periculi chì minaccianu u cuntinente sanu. Ci ghjunghjeremu ? Ùn la sò. Hè troppu à bon’ ora per dì la. Ma pruvemu tutti inseme, al dilà di e nostre idee pulitiche sfarente. Pruvemu incù sincerità è determinazione. Ùn si tratta d’avè a pretenzione d’insegnà a strada à l’altri paesi, chì simu un populu chjucu, incù mezi materiali stretti assai. Ma forse chì dumane, voi, giovani corsi, darete ragiò à Jean-Jacques Rousseau, chì in tempi d’una volta annunziò chì un ghjornu u nostru picculu populu avia da surprende l’Auropa.
 
In tantu, travagliemu incù fede è amore. Per a Corsica, per a salvezza di a casa cumuna, è pè e generazione à vene.
 
À ringrazià vi.

---- 
Chers collègues,
Chère jeunesse de Corse,
« Valeureuse jeunesse de Corse »,
 
C’est par ces mots que débutait un célèbre discours de notre histoire. C’était il y a deux cent cinquante ans et ce discours appelait à prendre les armes pour défendre la liberté. Mon appel d’aujourd’hui, plus serein, vous invite à construire un pays moderne et apaisé.

Il y a, dans le monde entier, des populations qui se sentent privées de la maîtrise de leur destin.

Dans chaque pays, il existe d’immenses fractures : fractures entre ville et milieu rural, fractures entre ceux qui décident et ceux qui subissent, fractures entre les vainqueurs de la mondialisation et ceux qui sont mis de côté.

Mais, la fracture la plus lourde est certainement celle entre la jeunesse et le monde politique. Ce n’est pas la première fois dans l’histoire : en France, tout le monde se souvient des évènements de mai 68, qui ont eu une influence majeure sur les questions sociétales.

Près de cinquante ans après, en 2015, le mouvement « Nuit debout » apparaissait. Une démarche tout à fait respectable mais, à ce jour, sans aucun impact. En Corse, ce mouvement n’a pas eu de succès car notre jeunesse se mobilise d’une autre manière, souvent plus audacieuse.

Pour nous, il est utile et sain que nos jeunes conservent leur capacité à refuser l’inadmissible et à exprimer ce refus dans la rue. Mais il faut également donner aux jeunes d’autres moyens de participer à la vie publique. Bien entendu, les lieux d’investissement sont nombreux : structures sportives, associations culturelles, économiques ou humanitaires, syndicats…Mais le politique, en tant qu’espace démocratique et organisé de l’action publique, est certainement le principal lieu où se décide notre avenir collectif.
Thucydide le disait il y a deux mille cinq cents ans : un être humain qui ne s’occupe pas de politique n’est pas un citoyen tranquille, c’est un citoyen inutile.

Vous, vous en êtes convaincus puisque vous êtes ici. Il faudra convaincre les autres jeunes que la politique n’est pas quelque chose de sale, que la politique est l’activité la plus difficile mais aussi la plus élevée dans la société. La politique est ce qui nous différencie du monde animal. Vous connaissez la célèbre formule d’Aristote : « L’homme est un animal politique ». Il est vrai que certains élus ont largement contribué à dévaloriser la politique, mais ils sont une minorité. En Corse, en France et ailleurs, la majeure partie des élus sont honnêtes et s’emploient activement à défendre le bien commun.

Le bien commun… Il n’y a pas de proverbe plus faux que celui qui dit « ce qui sert le bien commun ne sert à personne ». Ce qui sert le commun sert à chacun, et même plus. Cela sert au-delà du cercle élargi des habitants du pays. Parce que le bien commun n’est pas simplement l’addition des intérêts particuliers à un moment donné. Le bien commun est un lien entre les générations, entre les morts, les vivants et ceux qui ne sont pas encore nés. Mais le bien commun, ce n’est pas seulement l’intérêt collectif des êtres humains, parce que les hommes et les femmes ont le devoir de veiller sur la planète entière. Ils doivent en être les gardiens, toujours vigilants et protecteurs.

Ainsi, la préoccupation écologique dépasse les limites des intérêts humains. On le voit bien, le bien commun est une idée large, forte, un objectif politique mais aussi bien plus que cela. Il faut faire entrer dans les cœurs et les esprits une vraie foi du bien commun, du « bien public », locution que l’on trouve à chaque page de la correspondance de Pasquale Paoli et qui pour nous, ses héritiers, est notre unique phare. Voilà ce qu’est la politique : l’activité humaine la plus noble qui soit. Alors vous, jeunes élus, serez, face à la jeunesse corse, les ambassadeurs du monde politique. Vous direz à vos pairs ce que nous faisons, ce que vous faites, et vous leur demanderez de participer à vos travaux. Ainsi se résorbera la fracture entre le monde politique et la jeunesse. Parce que l’histoire nous a enseigné, particulièrement au XXe siècle, ce que peut entraîner la haine de la politique et le populisme pervers qui naît du désespoir.    

C’est la raison pour laquelle il faut restaurer la confiance en la politique et en la démocratie, et réduire les fractures qui marquent la société actuelle.
C’est que nous essayons de faire en Corse depuis un an et demi. Nous avons créé un Comité d’évaluation des politiques publiques parce que, plus que jamais, la transparence est indispensable.

Pour réduire la fracture géographique, nous avons installé un « Comité de massif ». Dans le même esprit, c’est pour réduire la fracture de l’âge que j’ai voulu cette Assemblea di a Giuventù. Pour permettre aux jeunes d’entrer, en tant qu’acteurs, dans nos institutions politiques.

Voilà ce qu’est cette Assemblée. Avec l’Assemblée de Corse, le Conseil Exécutif de Corse, le Conseil économique, social et culturel, elle sera la quatrième institution de la Corse. A titre personnel et en tant que Président de l’Assemblée de Corse, j’attends beaucoup de cette nouvelle expérience.

Je ne peux conclure sans rappeler la situations de jeunes Corses, emprisonnés ou recherchés qui, pour le moment, ne peuvent participer comme vous à la construction du pays. C’est un malheur pour eux et leurs proches. C’est dommage pour la Corse qui aurait bien besoin de leur talent et de leur énergie. C’est aussi une honte pour ceux qui organisent régulièrement des dizaines d’arrestations de jeunes Corses.
° ° °
 
Sachez qu’autour de nous, tous les pays sont très inquiets. Pour notre part, nous essayons d’intégrer de la confiance dans la société corse pour la préserver des dangers qui menacent le continent tout entier. Y parviendrons-nous ? Je ne le sais pas. Il est encore trop tôt pour le dire. Mais essayons tous ensemble, au-delà de nos idées politiques différentes. Essayons avec sincérité et détermination. Il ne s’agit pas de prétendre indiquer la voie aux autres pays car nous sommes un petit peuple aux moyens matériels très restreints. Mais peut-être que demain, vous, jeunes corses, vous donnerez raison à Jean-Jacques Rousseau, qui annonça autrefois que notre petit peuple étonnerait l’Europe.

En attendant, travaillons avec foi et amour. Pour la Corse, pour la sauvegarde de la maison commune, et pour les générations à venir.
Je vous remercie.

 

Rédigé le Mardi 4 Avril 2017 modifié le Vendredi 16 Mars 2018

              

Actualités de la Présidence | Les discours de la Présidente | Rôle de la Présidente | 2018 - 2021 | Les discours - 2018/2021 | Histoire de la présidence