Assemblea di Corsica

Assemblea di Corsica


Dichjaremu l'Urgenza Climatica è Eculogica !


Discorsu di u Presidente di l'Assemblea di Corsica - Sessione di u 19 di dicembre di u 2019.



Care culleghe, cari culleghi,

Nanzu di principià, vulerebbi chè no pensessimu inseme à un fattu novu chì ci face rivene in mente un epica passata : l’arrestazione di una decina di giovanni corsi chì sò stati mandati da mare in là. Trè ci sò firmati. Certi, in Parigi, ci volenu fà viaghjà à a ritrosa è noi ùn vulemu micca, chì u nostru populu vole avanzà. A ripressione, mai ùn l’acciteremu, nè cum’è militanti, nè cum’è eletti di a Corsica.
Vogliu salutà dinù a liberazione di Carlu Santoni, u più anzianu prigiuneru puliticu. Sta liberazione ùn hè micca un rigalu ma simu felice, dopu à 23 anni di prigiò ch’ellu possi festighjà Natale in famiglia. Vogliu salutà dinù u curagiu di a so mamma, a nostra amica Maria.
Infine, in un altru registru, saluteremu u nostru cullegu Petru Antone Tomasi, novu Duttore di l’Università di Corsica. Cumplimenti !

***
A terra scalda. Ùn la dicu micca eiu. A dicenu l’esperti internaziunali, i scentifichi di livellu mundiale. A dice u GIEC, gruppu d’esperti interguverni nant’à l’evuluzione di u clima, in tutti i so raporti.
A dicenu l’esperti di u prugramma di e nazione unite per l’ambiente. Secondu à elli, l’anni 2009-2019 sò un decenniu persu in a lotta per cuntene u riscaldamentu sottu à a limita di 2 gradi.
Dicenu dinù chì l’impattu serà più forte in lu Mediterraniu.

A Corsica, ùn hè à l’agrottu. Disgraziatamente, a mundialisazione, u fenomenu di cunsummazione sprupusitata è u nostru modu di campà, sempre più citadinu, chì producenu assai frazu, chì cunsumeghjanu assai energia, sò picciati ancu quì. Ognunu hà pussutu usservà un cambiamentu prugressivu è cuntinuu, un alterazione di u nostru ambiente. In lea cù sta pulluzione, pudemu custatà parechji fenomeni liati à u cambiamentu climaticu. Basta à discutà cù l’agricultori per esempiu, basta à vede a timperatura st’ultimi ghjorni, basta à vede a frequenza di e timpeste è a so viulenza per dì chì l’urgenza hè reale !

Eppuru, ne simu cunvinti, ferma un pocu di sperenza. Perchè dicenu dinù l’esperti chè no simu sempre attempu à agisce. Hè ciò chè no vulemu fà. Di sicuru, a nostra cullettività s’impegna digià in favore di a preservazione di l’ambiente. Pensu à i travaglii di tutti l’Uffizii è agenze in tutti i duminii, è sopratuttu quelli di l’ambiente, di l’energia, di l’urbanisimu, di l’agricultura o di l’acqua.

Per contu nostru, pensemu chì ci vole à andà più inlà dichjarendu u statu d’urgenza climatica è eculogica.
Perchè ? Prima, perchè a Corsica hà sempre sappiutu mubilizà si per difende l’ambiente, u soiu di sicuru ma dinù quellu di u Mediterraniu. Pensu, frà altru, à l’affare di e fanghe rosse in lu 1972, à a mubilizazione pupulare in lu 1960 contru à e prove nucleare in u massicciu di l’Argentella. Pensu dinù à l’azzione clandestine chì anu impeditu a betunizazione di u nostru liturale è quessa, ancu quelli ch’ùn sò naziunalisti a ricunnoscenu.

Secondu puntu, pensemu chì ognunu deve, à u so livellu, ancu puru mudestu, participà à a lotta mundiale contru à u riscaldamentu climaticu. Simu cunvinti chì, ogni populu, ch’ellu conti millioni di persone o ghjustu qualchì centinaia, deve participà à sta lotta. U statu d’urgenza climatica è eculogica hè statu dichjaratu, frà decine d’altri, da u Parlamentu auropeu, da l’Argentina, u Canada, l’Irlanda, a Spagna, Malta, I Baleari, da u Parlamentu talianu, u Parlamentu britannicu, a regione Nouvelle-Aquitaine… Parechje cità francese l’anu fatta dinù : Lille, Parigi, Reims, Brest… Vicinu vicinu à noi c’hè Nizza, Montpellier, ma ancu Arzachena o Mamoiada, duie cità di Sardegna !

Da i più maiò à i più chjuchi. E noi averemu da stà zitti di pettu à stu periculu chì s’avvicina un pocu di più ogni ghjornu ?

Per contu nostru, ùn la pudemu accittà è pensemu chì, cum’è eletti di a Corsica è cum’è citadini, avemu una respunsabilità.

Una respunsabilità ambientale è una respunsabilità suciale. Custruì una sucetà eculogica, rispettosa di u so ambiente ghjè dinù, di modu fundamentale, custruì un prugettu di ghjustizia suciale è di sulidarità. Ognunu a sà avà, sò i più debuli, i più poveri è i più chjuchi à pate di u scambiamentu climaticu è à risente u so impattu in a so vita cutidiana. L’ambiente è u suciale sò un paghju ch’ùn si pò spiccà, ch’ùn si deve spiccà. Infine, a lotta per u clima, ghjè dinù quella contru à i pupulisimi chì si nutriscenu di l’addisperu.

Ghjè veradimente un attu puliticu chè no feremu oghje. Una dichjarazione pulitica chì deve esse u primu passu versu una sola strategia, unitaria, quella di un pianu d’azzione maiò è trasversale à tutte e cumpetenze di a nostra cullettività. A partesi d’oghje, duvimu fà un sforzu di mubilizazione cum’è mai ùn l’avemu fatta. Duvimu truvà suluzione pulitiche è tenniche per cuntribuì di più à a lotta contru à u riscaldamentu climaticu. Sta dichjarazione, l’averete capita, ùn riprisenta micca una fine. Sta dichjarazione ghjè un mezu, ghjè un principiu.

À ringrazià vi.

Chers collègues,

Avant de commencer, je voudrais revenir sur un fait nouveau qui nous rappelle une époque passée : l’arrestation d’une dizaine de jeunes corses et leur transfert de l’autre côté de la mer. Trois d’entre eux y sont restés. Certains, à Paris, veulent que nous reculions mais nous nous y opposons car notre peuple, lui, veut avancer. Nous n’accepterons jamais la répression, ni en tant que militants, ni en tant qu’élus de la Corse.

Je veux saluer également la libération de Charles Santoni, le plus ancien prisonnier politique. Si cette libération n’est pas un cadeau, nous sommes heureux qu’il puisse, après 23 ans de prison, fêter Noël en famille. Je salue enfin le courage de sa mère, notre amie Maria.
Enfin, dans un autre registre, nous saluerons notre collègue Petru Antone Tomasi, nouveau Docteur de l’Université de Corse et nous lui adressons nos félicitations !
***
La terre est en surchauffe. Ce n’est pas moi qui le dis, ce sont les scientifiques de niveau international. C’est le GIEC, groupe intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat, qui le dit dans tous ses rapports. Ce sont aussi les experts du Programme des Nations Unies pour l’Environnement. Selon eux, les années 2009-2019 sont une décennie perdue dans la lutte pour contenir le réchauffement sous la limite de 2 degrés.
Tous disent également que l’impact sera plus fort en Méditerranée.
La Corse n’est pas préservée. Malheureusement, elle n’a pas échappé à la mondialisation, au phénomène de consommation excessive et à un mode de vie toujours plus citadin, lesquels sont générateurs de nombreux déchets et très consommateurs d’énergie. Chacun a pu observer un changement progressif et continue, une altération de notre environnement. En lien avec cette pollution, nous constatons plusieurs effets du réchauffement climatique. Discuter avec les agriculteurs par exemple, observer les températures de ces derniers jours ou la fréquence et la violence des tempêtes, suffisent pour affirmer que l’urgence est bien réelle !
 
 
Pourtant, nous en sommes convaincus, il y a encore de l’espoir. Parce que les experts disent aussi qu’il est encore temps d’agir. Et c’est ce que nous voulons faire. Bien entendu, notre collectivité est déjà engagée dans la préservation de l’environnement. Je pense aux travaux des offices et des agences dans tous les domaines, et particulièrement ceux qui concernent l’énergie, l’urbanisme, l’environnement, l’eau ou l’agriculture.
Pour notre part, nous pensons qu’il est nécessaire d’aller plus loin en déclarant l’état d’urgence climatique et écologique.
Pourquoi ? D’abord parce que la Corse a toujours su se mobiliser pour défendre son environnement et celui de la Méditerranée. Je pense, entre autres, à l’affaire des boues rouges en 1972 ou à la mobilisation populaire contre les essais nucléaires dans le massif de l’Argentella en 1960. Je pense aussi aux actions clandestines qui ont empêché la bétonisation de notre littoral et cela, les Corses le reconnaissent, y compris ceux qui ne sont pas nationalistes.
Ensuite, nous pensons que chacun doit, à son niveau, même modeste, participer à la lutte mondiale contre le réchauffement climatique. Nous sommes persuadés que chaque peuple, qu’il compte plusieurs millions de personnes ou seulement quelques centaines, doit apporter sa contribution. L’état d’urgence climatique a été déclaré par le Parlement Européen, par l’Argentine, le Canada, l’Irlande, l’Espagne, Malte, Les Baléares, par le Parlement italien, le Parlement britannique, la région Nouvelle-Aquitaine, parmi des dizaines d’autres… Plusieurs villes françaises l’ont fait également : Lille, Paris, Reims, Brest… Très près de la Corse, Nice, Montpellier mais aussi deux villes de Sardaigne, Arzachena et Mamoiada ont déclaré l’urgence climatique !
Vous le voyez, les plus grands comme les plus petits sont concernés. Et nous, nous ne devrions pas prendre position face à ce danger qui approche un peu plus chaque jour ?  
Nous ne saurions l’accepter et nous pensons que, en tant qu’élus et en tant que citoyens, nous avons une responsabilité.
Une responsabilité environnementale et une responsabilité sociale. Bâtir une société écologique, respectueuse de son environnement, c’est aussi, fondamentalement, construire un projet de justice sociale et de solidarité. Chacun le sait désormais, ce sont les plus pauvres, les plus faibles et les plus fragiles qui subissent le plus le réchauffement climatique et qui en ressentent le plus les effets dans leur quotidien. Environnement et social vont de pair et sont inséparables. Enfin, lutter pour le climat, c’est aussi combattre le populisme qui se nourrit du désespoir.
C’est véritablement un acte politique que nous ferons aujourd’hui. Une déclaration politique qui doit être le premier pas vers une stratégie unique, unitaire, celle d’un grand plan d’action, transversal à toutes les compétences de notre collectivité. A compter d’aujourd’hui, nous devons faire un effort de mobilisation comme nous ne l’avons jamais fait. Nous devons trouver des solutions politiques et techniques pour contribuer davantage à la lutte contre le réchauffement climatique. Cette déclaration, vous l’aurez compris, ne représente pas une fin. Cette déclaration est un moyen, ce n’est qu’un début.
Je vous remercie.

Rédigé le Jeudi 19 Décembre 2019 modifié le Jeudi 19 Décembre 2019

              

Discours | Le Président | Actualités du Président | Histoire de la présidence | Corsica 2035