Assemblea di Corsica

Assemblea di Corsica


"En créant le centre hospitalier universitaire, nous ferons entrer la santé corse dans le XXIe siècle"


Discours du Président Jean-Guy Talamoni prononcé en ouverture de la séance publique de l'Assemblée de Corse le 30 juillet 2020



Chers collègues,
 
Je voudrais débuter cette séance par un hommage à deux poètes qui nous ont quittés il y a peu : Roccu Mambrini et Marcellu Acquaviva. Ils ne sont plus parmi nous mais leurs vers resteront et résonneront toujours dans notre mémoire.

Depuis plusieurs années maintenant nous demandons la création d’un Centre Hospitalier Universitaire, un CHU. Cette revendication se retrouve, par exemple, dans notre projet « Corsica 21 », publié en 2010. Avec la crise sanitaire que nous traversons, ce besoin est devenu plus clair pour tous. La demande s’est faite plus pressante et se manifeste aujourd’hui à travers la mise en place d’un collectif pour cette création et la diffusion en ligne d’une pétition, signée déjà par plus de 3400 personnes. Je salue le Docteur François Benedetti, notre collègue, qui est à l’origine de ce mouvement, désormais rejoint par plusieurs autres professionnels de la santé.
Pour ma part, dans ma contribution au « Ségur de la santé », j’ai fait sept propositions de nature à améliorer le système de santé en Corse, le rendant plus efficace en temps de crise mais également en « temps normal ». La création d’un CHR-U et d’une assistance publique corse en fait partie. La conférence des présidents s’est réunie la semaine dernière, avec plusieurs acteurs de la santé, afin de définir des orientations nouvelles dans ce domaine. La proposition de création d’un CHU semble faire consensus.  
Par ailleurs, je proposerai demain à notre Assemblée une motion dans ce sens. Je souhaite préciser que la création d’un centre hospitalier régional serait une première étape vers l’objectif final : la création d’un centre hospitalier universitaire.
Avant de développer mon propos, je veux rappeler que la santé est un devoir et un droit fondamental. Les institutions doivent bénéficier de tous les moyens afin de pouvoir soigner les malades. Que ferions-nous des connaissances et des richesses si elles ne servaient pas à soigner l’humain ? Le droit d’être soigné doit être garanti aux malades. Comme tous les peuples, les Corses ont fait de la santé leur priorité. Pourtant, dans notre pays, ce sujet prend un relief particulier en raison des déserts médicaux, des infrastructures vieillissantes, de la faiblesse du système, du manque de matériel…
 
La crise du Covid-19 en a apporté la preuve. Elle a révélé cette réalité.  Pour autant, bien que cette compétence soit celle de l’Etat, nous avons décidé de nous investir en faveur de la santé parce que nous sommes en charge de défendre les intérêts matériels et moraux du peuple corse.
Aujourd’hui, nous voulons exprimer notre volonté politique d’agir de manière efficace. A notre sens, l’une des solutions est la création d’un centre hospitalier régional universitaire.
Nous étions trop peu nombreux pour avoir une université ? Non. Maintenant nous le savons. Alors, nous savons aussi que nous ne sommes pas trop peu nombreux pour avoir un CHU.
Nous étions trop métropolitains pour avoir une université ? Non. Maintenant nous le savons. Nous savons aussi qu’un ministre de la santé, opposé à la différenciation, ne pourra nous refuser le CHU. Nous manquions de professeurs pour avoir une université ? Non. Maintenant nous le savons. Nous savons également qu’un CHU permettra de former nos jeunes médecins, comme nous avons formé nos professeurs.
Comme l’éducation et la connaissance, la santé est un droit, pour les Corses, comme pour les autres.
En créant ce centre, nous ferons entrer la santé corse dans le XXIe siècle, nous répondrons de manière pratique au droit de tous à la santé.  
La première vertu sera d’améliorer l’offre de soin en Corse, en la développant au niveau technique et au niveau des compétences, et de favoriser l’accès aux services médicaux, y compris les plus spécialisés, réduisant ainsi la nécessité de se rendre sur le continent français pour se faire soigner. Il y a également un intérêt social et économique pour la Corse.
Le centre hospitalier universitaire permettra une offre locale de formation médicale et donc un accès plus facile, plus direct aux métiers de la santé pour nos jeunes. On peut imaginer aussi, pourquoi pas, la possibilité de former les professionnels de santé des pays voisins en Méditerranée.
Nous pourrons également, en lien avec l’Université de Corse Pasquale Paoli, développer et structurer une activité de recherche hospitalo-universitaire sur des problématiques de santé spécifiques à la Corse. Il faut préciser que notre université travaille déjà sur certaines pathologies et que son président et son équipe de direction soutiennent, eux aussi, le projet de création d’un centre hospitalier régional et universitaire. Par ailleurs, l’attractivité des spécialités médicales favorisera le retour et l’installation sur l’île de professionnels corses de la santé. Le CHU représente enfin une opportunité pour tous les établissements et les professionnels, privés ou publics. Ils pourront bénéficier du soutien de services de pointe et développer leur activité et les coopérations.
Le CHU est une chance pour la Corse. Alors, portons ce projet tous ensemble.
Je vous remercie.
 
 

Care culleghe, Cari culleghi,
 
Nanzu di principià, vogliu rende un umagiu à dui pueti chì si ne sò andati ùn hè tantu : Roccu Mambrini è Marcellu Acquaviva. Ùn sò più incù noi ma i so versi fermeranu è ribumberanu sempre in a nostra memoria.
***
Sò parechji anni avà chè no dumandemu a creazione di un centru uspitalieru universitariu, u CHU. Sta rivendicazione si ritrova per indettu in u nostru prugettu « Corsica 21 » publicatu in lu 2010.
Cù a crisa sanitaria chè no campemu, stu bisognu hè diventatu più chjaru per tutti. Sta dumanda hè diventata più pisiva è si manifesteghja oghje cù a messa in ballu di un cullettivu à prò di sta creazione è a publicazione in linea di una petizione firmata digià da più di 3400 personne. Vogliu salutà u Duttore Francescu Benedetti, u nostru cullega, à l’origine di sta mossa oramai raghjunta da parechi altri prufessiunali di a salute.
Per contu meiu, in a mo cuntribuzione à u « Ségur di a salute », aghju fattu sette pruposte chì puderebbenu migliurà u sistema di salute in Corsica, rendendu lu più efficace in tempu di crisa ma dinù in « tempu nurmale ». A creazione di un CHR-U è di un’Assistenza publica corsa ne face parte. A cunferenza di i presidenti s’hè addunita a settimana scorsa, cù parechji attori di a salute, per definisce urientazione nove in stu duminiu. Si pò dì ch’ellu c’hè un accusentu largu cù a pruposta di creazione d’un CHU.
D’altronde, prupuneraghju dumane à a nostra Assemblea una muzione in stu sensu. Vogliù pricisà chì a creazione di un centru uspitalieru regiunale serebbe una prima tappa versu u scopu finale : a creazione di un centru uspitalieru universitariu.
 
Nanzu di sviluppà, vogliu ramintà chì a salute hè un duvere è un drittu fundamentale. À l’istituzione, li tocca à avè tutti i mezi da ch’elle sianu capace à curà i malati. Cosa feremu di e cunniscenze è di e ricchezze, s’ell’ ùn ghjovenu da curà l’umanu ? À i malati, ci tocca à assicurà li u dirittu d’esse curatu. Cum’è ogni populu, i Corsi anu fattu di a salute a so prima primura. Eppuru, in u nostru paese, stu sugettu piglia un sensu particulare per via di i deserti medicali, di l’infrastrutture chì vanu invichjendu, di a debbulezza di u sistema, di a mancanza di materiale… Ne hà fattu a prova a crisa di u Covid-19. Hà palisatu sta realità. Eppuru, ben ch’ella sia una cumpetenza di u Statu, avemu decisu di dà ci di manu à prò di a salute perchè avemu a carica di l’interessi materiali è murali di u populu corsu.
Oghje, vulemu sprime a nostra vuluntà pulitica d’agisce di manera efficace.
Per contu nostru, una di e suluzione hè a creazione di un centru uspitalieru regiunale universitariu.
Eramu troppu pochi per avè un Università ? Innò. Avà a sapemu. Allora, sapemu dinù ch’ùn simu micca troppu pochi per avè un CHU.
Eramu troppu metrupulitani per avè un Università ? Innò. Avà a sapemu. Sapemu dinù ch’un ministru di a salute oppostu à a sfarenziazione ùn ci puderà ricusà u CHU.
Mancavamu troppu di prufessori per avè un Università ? Innò. Avà a sapemu. Sapemu dinù ch’un CHU puderà furmà i nostri giovani medichi, cumu avemu furmatu i nostri prufessori.  
Cum’è l’educazione è a cunniscenza, a salute hè un dirittu, per i Corsi, cum’è per l’altri.
Creendu stu centru, feremu entre a salute corsa in u XXIu seculu, rispunderemu di modu praticu à u dirittu di tutti à a salute.
A prima virtù serà di migliurà l’ufferta di cura in Corsica, sviluppendu la à u livellu tennicu è à u livellu di e cumpetenze, è di favurizà l’accessu à i servizii medicali, puru i più specializati, fendu calà cusì a necessità d’andà nantu à u cuntinente francese per fà si curà.
C’hè dinù un interessu suciale è ecunomicu per a Corsica.
Un centru uspitalieru universitairiu permetterà un’ufferta lucale di furmazione medicale, è dunque un accessu più faciule, più direttu, à i mistieri di a salute per i nostri giovani. Si pò dinù imaginà, perchè micca, a pussibilità di furmà i prufessiunali di a salute di i paesi vicini in lu Mediterraniu. Puderemu ancu, in leia cù l’Università di Corsica Pasquale Paoli, sviluppà è strutturà un’attività di ricerca uspitalu-universitaria di altu livellu, in particulare nant’à prublematiche di salute specifiche à a Corsica. Ci vole à precisà chì a nostra Università travaglia digià nant’à certe patulugie ma dinù chì u so presidente è a so squadra di direzzione sustenenu anch’elli u prugettu di creazione di un centru uspitalieru regiunale è universitariu.
D’altronde, l’attrattività di e specialità medicale favurizerà u ritornu è a stallazione in Corsica di prufessiunali corsi di a salute.
U CHU riprisenta infine un’uppurtunità per tutti i stabilimenti è i prufessiunali, privati o publichi. Puderanu benefizià di u sustegnu di servizii di puntarecciu è sviluppà a so attività è e cuuperazione.
 
U CHU riprisenta una furtuna per a Corsica. Allora purtemu lu tutti inseme, stu prugettu.
 
À ringrazià vi.

Télécharger le discours


Rédigé le Jeudi 30 Juillet 2020 modifié le Jeudi 30 Juillet 2020

              

Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 16 Juillet 2020 - 13:51 Une cérémonie en l'honneur des Makers uniti

Discours | Le Président | Actualités du Président | Histoire de la présidence | Corsica 2035