Assemblea di Corsica
Facebook
Twitter
Instagram
YouTube

Assemblea di Corsica

In ogni circunstanza, in ogni paese, femu valè i nostri diritti.


Discorsu di u Presidente di l'Assemblea di Corsica - Sessione di u 28 di ghjennaghju di u 2021




A simana scorsa s’hè tenuta una sessione di l’Assemblea di a ghjuventù.

Hè stata l’occasione di sente a so voce, e so suffrenze, e so speranze.

St’assemblea, l’avemu creata da chè no simu ghjunti à e respunsabilità, credu ch’avemu istituitu un locu di spressione, d’idee è dunque d’azzione di i giovani à u serviziu di tutti i Corsi.

Allora oghje, vulerebbi chè no pensessimu noi à sti giovani chì l’altru eri, ci anu parlatu senza lagni, ma cun focu è cun ardore, di u so campà.

I giovani ùn sò micca i più culpiti da a malatia di a Covid, ma dipoi un annu, sò elli à pate u più di e decisione chì ristringhjenu e nostre libertà. Avemu cridutu un tempu chì sta crisa serebbe prestu daretu à noi, ma ci hà da tuccà à fà ci fronte, torna durante i mesi à vene.
I più à pate di st’alluntanera fisica, sò sicuramente i giovani, ch’anu, più chè l’altri podassi, un bisognu di suciabilità è di magia per pudè custruisce a so vita prufessiunale o sentimentale. Accantu à sti danni, palesanu i studii chì l’educazione di i giovani vene di più difficiule. Corsi annulati ùn seranu mai rimpiazzati per i liceani, corsi in distanziale per elli è per i studienti accrescenu l’inugualità digià troppu forte. L’annulazione di e prove di specialità per u bascigliè cundanna à morte stu ritu di passagiu à l’età d’omu cù un allunghera di l’adulescenza fin’à l’università. S’è l’educazione si pò appughjà nant’à u numericu, s’è u numericu entre sempre di più in e nostre vite, mette dinù in risaltu a necessità di limità lu à servizii, à pratiche chì ghjovanu à u benestà di l’omu, piuttostu chè a so sottumissione à sti strumenti. In e nostre e sucetà, ci hà da vulè à rimette appena d’umanu in e nostre rilazione. Hè per quessa ch’aghju dumandatu à u secretariatu generale di travaglià à l’urganisazione di e nostre prossime sessione in presenziale à l’Università di Corsica. Hè per quessa dinù chì ci tocca à mette in ballu tutte e misure chì ci puderanu permette di ritruvà una forma di vita nurmale.  Al di là di a Covid, a ripresa di l’ecunumia hè un bisognu, per tanta ghjente in suffrenza à i quali vogliu pensà è porghje tuttu u mo sustegnu. A salvezza di l’ecunumia ùn hè micca un incantazione, o un simplice raportu di l’Assemblea, ghjè dinù una quistione di salute per tanti capi d’impresa è impiegati.

Sta crisa culpisce i giovani è averà cunsequenze maiò nant’à e so vite. Li sentu digià di più impegnati nant’à e quistione di sucetà, nant’à l’inghjochi d’ugualità è di libertà. A generazione Covid serà una generazione indiata. Tantu megliu perchè n’avemu bisognu !
Certi pensanu chì a demugrafia è chì u tempu, cù e so tennulugie numeriche, seranu più forti chè i Corsi, chè l’idea di nazione corsa. Credu per contu meu, chì ste mutazione accrescenu u sintimu d’appartinanza à a Corsica. Di sicuru, i furesteri chì sò ghjunti in Corsica anu bisognu di a nostra accolta, d’esse cun noi, da ch’elli diventessinu appena cum’è noi, in fatti di lingua, d’imaginariu cullettivu è di spartera di ciò chè no vulemu esse. Cù e nostre mancanze dinù. Altrimente, steranu in Corsica, ma firmeranu furesteri in u nostru locu.

In a so storia, a Corsica ùn hà mai cunnisciutu un scambiamentu demugraficu cusì forte. L’ultima volta, era propiu a situazione cuntraria, cent’anni fà. Cù a Prima Guerra mundiale, a Corsica avia persu tutta a so giuventù. Aviamu messu anni à rifiatà. A crescita chè no cunniscimu avà, smisurata, sprupusitata, sfrenata, ci deve purtà à accresce i nostri mezi di trasmissione, d’integrazione è di mubilisazione. Qualessi sò i nostri mezi ?

Ci serà sicuramente a respunsabilità individuale di trasmette è d’amparà una lingua ch’avemu in cumunu. A parentalità corsa, ghjè un educazione à i diritti novi di e persone, ghjè dinù a trasmissione, per e fiure mosse, per e nanne è per e canzone, per e pratiche di tutti, in casa è fora di casa. Un parente ùn hè micca solu quellu chì sceglie una scola per u so figliolu, ghjè quellu chì educheghja, chì guida u so figliolu, chì l’arricchisce.

Ci serà sicuramente ancu a Scola, ma micca solu a Scola. Cuniscimu i so limiti attuali : prugrammi sculari definiti in Parigi, prufessori cursofoni micca abbastanza numerosi ancu à u primariu. S’hè vista sta settimana in Mezavia. In u secundariu, filiere bislingue poche è micca. À u liceu, a riforma Blanquer contru à a quale ci simu opposti hà fattu calà i sciffri à un livellu di testimunianza d’una cursitudine cù un livellu di valurisazione più debbule chè e lingue morte.

Cù e nostre istituzione, cù i nostri prufessori, cù i nostri associ di parenti d’elevi, in ogni scola, ci tocca à accresce a pressione suciale nant’à l’educazione naziunale francese. In l’assenza di neguziazione cù u Statu dopu a deliberazione di a nostra Assemblea nant’à u quadru nurmativu specificu per l’Accademia di Corsica, u trasferimentu di a cumpetenza educativa à i Corsi passa per l’impegnu di tutte è di tutti. Merri, parenti, prufessori, dumandate a creazione d’un scola immersiva per i vostri figlioli. In ogni circunstanza, in ogni paese, femu valè i nostri diritti. Hè u nostru duvere.

Hè listessa in l’altri duminii. Ci tocca à inizià a battaglia nant’à tutti i terreni. Fermanu tante lotte da purtà è modi d’azzione da inventà. Fundiariu, alloghju, ambiu, impiegu. Quì, vogliu salutà l’impegnu di u STC Pôle Emploi, di i sindicalisti STC è CGT per a rivalutazione di i mistieri di a salute. Vogliu salutà l’attori culturali mossi l’altru eri in Aiacciu per ch’elli possinu campà, sparte è creà malgratu a situazione sanitaria. Sustenimu dinù i studienti di l’Università di Corsica, sopratuttu quelli di l’Istitutu Universitariu di a Salute, adduniti sta mane nant’à u campus Grimaldi per ottene una rivalutazione di e piazze offerte in seconda annata. In u cuntestu sanitariu oghjincu, dopu e nostre cuntribuzione à u Ségur di a salute per a creazione d’un CHU in Corsica, hè una carnavalata, un scandalu di più di u ministeriu dettu di a salute. Per l’alloghju, vecu i novi merri impatrunisce si di u cartulare di u PLU, chì serà una parte di a suluzione. Per u restu, ci tocca à oppone ci di tutte e nostre forze, à tutte e custruzzione chì strughjenu i nostri paisaggi è chì sò fatte per d’altri. Di listessa manera, quandu u guvernu imbulieghja pulitica è ghjustizia in a gestione di a situazione di Pierre Alessandri, Alain Ferrandi è Yvan Colonna, ci tocca à reagisce incù fermezza.

Nant’à tutti sti sugetti, a settimana scorsa, i giovani anu sappiutu dì : innò. Pensu chì l’eletti di l’assemblea di Corsica sparteranu stu messagiu. Un messagiu di lotta è di vita.

La semaine dernière s’est tenue une session de l’Assemblée des jeunes.

Cela a été l’occasion d’entendre la voix de la jeunesse, ses souffrances, ses espérances.

Nous avons créé cette institution dès notre arrivée aux responsabilités. Je crois que nous avons créé un lieu d’expression, d’idées, et donc d’action des jeunes au service de tous les Corses.

Alors, aujourd’hui, je voudrais que nous pensions à ces jeunes qui nous ont parlé sans lamentation mais avec ardeur, de leur vie.
Les jeunes ne sont pas les plus touchés par la maladie du Covid, mais depuis un an, ce sont ceux qui pâtissent le plus des décisions qui restreignent nos libertés. Nous avons cru un temps que cette crise serait rapidement derrière nous, mais il va nous falloir faire front durant les mois à venir.

Ceux qui pâtissent le plus de la distanciation physique sont certainement les jeunes qui ont besoin de sociabilité, d’embrassades et d’enchantement pour pouvoir construire leur vie professionnelle ou sentimentale. A côté les études démontrent que l’éducation des jeunes devient plus difficile. Les cours annulés ne seront jamais remplacés pour les lycéens, les cours en distanciel pour eux et pour les étudiants accroissent les inégalités déjà trop fortes. L’annulation des épreuves de spécialité pour le baccalauréat condamne ce rite de passage à l’âge adulte en allongeant l’adolescence jusqu’à l’université. Si l’éducation peut s’appuyer sur le numérique, si le numérique entre de plus en plus dans nos vies, cela met en relief aussi la nécessité de le limiter aux services qui servent le bien-être de l’Homme, plutôt que sa soumission à ces instruments. Dans nos sociétés, il va falloir remettre un peu d’humain dans nos relations. C’est pour cela que j’ai demandé au secrétariat général de travailler à l’organisation de nos prochaines séances en présentiel à l’Université. C’est pour cela aussi qu’il nous faut mettre en œuvre toutes les mesures qui nous permettront de retrouver une forme de vie normale. Pour la reprise de l’économie pour tant de gens en souffrance auxquels je veux penser et apporter tout mon soutien. Le salut de l’économie n’est pas qu’un bon mot, c’est également une question de santé pour tant de chefs d’entreprise et d’employés.
Cette crise frappe les jeunes et aura des conséquences importantes sur leurs vies. Je les sens déjà plus engagés sur les questions de société, sur les enjeux d’égalité et de liberté. La génération Covid sera une génération engagée. Tant mieux car nous en avons besoin.
Certains pensent que la démographie et le temps, avec ses technologies numériques, seront plus forts que les Corses, que l’idée de nation corse. Je crois, de mon côté, que ces mutations accroissent le sentiment d’appartenance à la Corse. Bien sûr, les étrangers qui sont arrivés en Corse ont besoin de notre accueil, d’être avec nous, jusqu’à ce qu’ils deviennent un peu comme nous, du point de vue de la langue, d’imaginaire collectif, et d’échange de ce que nous voulons être, avec nos défauts aussi. Sinon, ils resteront en Corse, mais ils resteront des étrangers chez nous.

Dans son histoire, la Corse n’a jamais connu un changement démographique aussi fort. Au siècle dernier, il s’agissait de la situation inverse. Avec la Première guerre mondiale, la Corse avait perdu toute sa jeunesse. Nous avons mis des années à nous en remettre. L’augmentation que nous connaissons aujourd’hui, démesurée, exagérée, effrénée, doit nous conduire à augmenter nos moyens de transmission, d’intégration, et de mobilisation. Quels sont ces moyens ?

Il y aura certainement la responsabilité individuelle de transmettre et d’apprendre une langue que nous avons en commun. La parentalité corse, c’est une éducation aux droits nouveaux des personnes, c’est aussi la transmission pour les générations futures, pour les berceuses et les chansons, pour les pratiques de tous, à la maison et en dehors. Un parent n’est pas seulement celui qui choisit une école pour son enfant, c’est celui qui éduque, qui guide son enfant, qui l’enrichit.

Il y aura certainement aussi l’école, mais pas seulement l’école. Nous connaissons ses limites actuelles : programmes scolaires définis à Paris, professeurs corsophones pas assez nombreux même au primaire. Nous l’avons vu cette semaine à Mezzavia. Dans le secondaire, les filières bilingues sont peu nombreuses. Au lycée, la réforme Blanquer contre laquelle nous nous sommes opposés a fait baisser les chiffres de la corsophonie à un niveau très bas avec un niveau de valorisation plus faible que les langues mortes.
Avec nos institutions, avec nos professeurs, avec nos associations de parents d’élèves, dans chaque école, il nous faut augmenter la pression sociale sur l’éducation nationale française. En l’absence de négociation avec l’Etat après la délibération de notre Assemblée relative au cadre normatif spécifique pour l’Académie, le transfert de la compétence éducative aux Corses passe par l’engagement de toutes et tous. Maires, parents, professeurs, demandez la création d’une école immersive pour vos enfants. En chaque circonstance, dans chaque village, faisons valoir nos droits. C’est notre devoir.

C’est la même chose dans les autres domaines. Il nous faut nous battre sur tous les terrains. Il reste tant de combats à mener et de modes d’action à inventer. Foncier, logement, environnement, emploi. Je veux ici saluer publiquement l’engagement du STC Pôle Emploi et des syndicalistes STC et CGT qui demandent la revalorisation des métiers de la santé. Je veux aussi saluer les acteurs culturels réunis il y a peu à Aiacciu pour défendre leur survie et leur art malgré les restrictions sanitaire.

Nous soutenons aussi les étudiants de l’Université de Corse, particulièrement ceux de l’Institut Universitaire de la Santé mobilisés ce matin sur le Campus Grimaldi pour obtenir une réévaluation du nombre de places disponibles en seconde année. Dans le contexte sanitaire actuel, alors que notre contribution, dans le cadre du Ségur de la santé, portait sur la création d’un CHU en Corse, nous assistons à une mascarade, un scandale de plus du Ministère dit de la santé.

Pour le logement, je vois les nouveaux maires s’emparer du dossier du PLU, qui sera une partie de la solution. Pour le reste, il faut nous opposer de toutes nos forces à toutes les constructions qui détruisent nos paysages et qui sont faites par d’autres. De la même façon, quand le gouvernement mélange la politique et la justice dans la gestion de la situation de Pierre Alessandri, Alain Ferrandi et d’Yvan Colonna, il nous faut réagir avec fermeté.

 A propos de ces sujets, la semaine passée, les jeunes ont su dire : non. Je pense que les élus de l’Assemblée de Corse partageront ce message. Un message de combat et de vie.

Rédigé le Jeudi 28 Janvier 2021 modifié le Jeudi 28 Janvier 2021

              

Actualités de la Présidence | Les discours de la Présidente | Rôle de la Présidente | 2018 - 2021 | Les discours - 2018/2021 | Histoire de la présidence | Corsica 2035