Assemblea di Corsica
Facebook
Twitter
Instagram
YouTube

Assemblea di Corsica

Rencontres partenariales autour des handicaps et de l’inclusion




Rencontres partenariales autour des handicaps  et de l’inclusion
Madame la Conseillère exécutive,
Monsieur le Directeur de l’Institut Régional d’Administration,
Monsieur le Directeur Territorial des Actions Associatives de la Corse, Association des Paralysés de France,
Monsieur le responsable régional de l’APF,
Mesdames et Messieurs,
 
Pour débuter, je souhaite féliciter, à travers M. Florian L’AUTELLIER et M. Yvon ALAIN qui met à disposition les locaux de l’IRA, les initiateurs de cette première journée et tous ceux qui se sont investis dans son organisation.
Je souhaite également vous remercier tous de cette initiative qui s’inscrit dans une volonté ferme de faire progresser la cause des personnes en situation de handicap dans notre île. Et c’est parce que je partage cette même volonté que je suis présent aujourd’hui à vos côtés.
Soyez assurés de l’engagement indéfectible des institutions de la Corse à vos côtés. La cause est complexe, les situations sont diverses et évolutives et le chemin qui reste à parcourir est immense. Le sujet qui nous réunit aujourd’hui est synonyme de souffrances. Souffrances physiques, mais aussi psychologiques. Il est source d’inquiétudes et de désarroi pour les parents et les familles face à la difficulté de trouver une solution adaptée, à l’exclusion ou l’incompréhension. Le handicap dans notre société, quel qu’il soit, demeure un véritable parcours du combattant au quotidien. Beaucoup d’entre vous ici savent à quel point il est inquiétant de penser l’avenir de son enfant dans une île qui manque cruellement de structures d’accueil et de soins pour les adultes handicapés. Beaucoup d’entre vous savent combien il est difficile de faire accompagner son enfant dans sa scolarité par une Assistante de Vie Scolaire. Beaucoup savent à quel point il est parfois pénible d’avoir tout simplement à sortir de chez soi.
Je crois qu’il nous faut, dans ce domaine du handicap, reconnaître que la Corse souffre d’un retard structurel terriblement lourd. Tout reste à faire en matière d’aménagement afin de favoriser l’inclusion. Nous le constatons tous dans notre quotidien. Prenons ne serait-ce que l’hémicycle de l’Assemblée de Corse : il n’est pas du tout adapté à un ou des élus qui seraient en situation de handicap, quel que soit ce handicap !  Bien entendu, nous savons proposer des solutions ponctuelles, comme nous l’avons fait, par exemple, pour accueillir à l’Assemblea di a Giuventù une jeune conseillère atteinte d’une maladie invalidante.

Mais, nous le savons tous, et les élus que nous sommes en sont bien conscients, ces solutions ponctuelles ne sauraient suffire.
Nous devons agir de manière globale et pérenne. C’est en ce sens que cette journée « Handi Corsica » est extrêmement importante.
D’abord parce qu’elle est ouverte au grand public. Cela peut contribuer non seulement à changer le regard porté sur le handicap mais aussi à la prise de conscience générale. Le handicap est l’affaire de toutes et de tous. Nous y avons tous été confrontés de près ou de loin et nul n’est à l’abri d’un accident de la vie.
Ensuite, parce que cette journée sera l’occasion de rencontres, d’échanges et d’informations ; elle participera sans aucun doute aux progrès que nous pourrons faire ensemble.
Enfin, cette journée est extrêmement importante parce que c’est une première. C’est selon moi un premier pas qu’il faut voir comme le signe d’une évolution positive de la société vers une meilleure prise en compte du handicap. C’est un premier pas sur le long chemin qu’il reste à parcourir, comme je le disais en préambule.
Je souhaite que cette journée soit la première d’une longue série et que le travail se poursuive au-delà d’aujoud’hui. Pour ma part, je reste disponible pour une large concertation, en liaison avec le Conseil exécutif de Corse, avec les personnes en situation de handicap, les familles, tous les acteurs impliqués, les professionnels… L’enjeu premier d’une telle concertation serait naturellement de permettre à tous de vivre normalement dans cette société. A terme, elle pourrait bien faire de la Corse un territoire exemplaire.
La Collectivité de Corse, désormais unie, détient une compétence déterminante en la matière. Elle doit jouer le rôle de coordonnateur afin de maintenir notamment l’équilibre territorial. Coordonnateur car il y a une quantité importante d’intervenants : éducation nationale, collectivités, associations, entreprises. La Collectivité doit créer les conditions d’un espace de dialogue et d’échanges constructifs.

Par ailleurs, vous le savez, nous négocions actuellement avec le gouvernement une inscription de la Corse dans la Constitution afin que nous puissions nous-mêmes définir les règles applicables à certains domaines. L’opposition nous reproche de consacrer toute notre énergie à cette évolution constitutionnelle. Selon elle, nous laisserions ainsi de côté les problèmes concrets qui préoccupent les Corses au quotidien. Je ne souhaite pas lancer ici un débat sur ce thème mais il me semble utile de rappeler que l’Assemblée de Corse a voté la semaine dernière un projet d’article qui mentionne la santé comme étant un domaine sur lequel nous pensons devoir agir en autonomie. Notre volonté d’agir est clairement affichée. En effet, je ne vous l’apprends pas, la Corse possède aussi, malheureusement, des spécificités en matière de santé publique. Leurs traductions au quotidien, vous les connaissez bien : éloignement des structures d’accueil, manque de places dans ces structures, éloignement avec les spécialistes… C’est pour lutter efficacement et concrètement contre tout cela, pour élaborer et mettre en œuvre des solutions globales que nous souhaitons pouvoir décider par nous-mêmes, à partir de notre propre situation, de notre propre expérience, de votre propre expérience.
Vous le savez, il nous reste quelques jours pour convaincre Paris. Ce combat n’est pas gagné. Mais quelle qu’en soit l’issue, je souhaite que les institutions de la Corse participent à la prise de conscience collective et puissent amplifier leur soutien à cette cause.

Et cette journée doit, à mon sens, contribuer à lister les objectifs que nous devons atteindre à court, moyen et long terme.
Je vous remercie.
 
 


Rédigé le Jeudi 15 Mars 2018 modifié le Lundi 19 Mars 2018

              

Actualités de la Présidence | Les discours de la Présidente | Rôle de la Présidente | 2018 - 2021 | Les discours - 2018/2021 | Histoire de la présidence