Assemblea di Corsica

Assemblea di Corsica


"Tirer expérience de la crise et préparer l'avenir"


Discours du Président Jean-Guy Talamoni en ouverture des travaux de l'Assemblée de Corse le vendredi 29 mai 2020



Chers collègues,
Avant de débuter, je voudrais rendre hommage à Albert Memmi, qui nous a quittés il y a quelques jours. Il était, vous le savez, l’un des plus grands spécialistes des mouvements de décolonisation. Il avait parfaitement compris la Corse. Ses écrits resteront une référence pour beaucoup. Qu’il repose en paix.
Depuis quelques jours, l’épidémie de Covid-19 recule peu à peu. Il n’y a plus de nouveaux cas de malades, les hôpitaux ont retrouvé un rythme plus ou moins normal et la vie reprend. Soyons prudents tout de même car la crise du Covid-19 n’est pas derrière nous. Tous les malades, très affaiblis, hospitalisés, ou chez eux, en sont autant de témoignages. Nous pensons à eux et à toutes les familles endeuillées.
Selon nous, l’heure est venue, au nom des institutions de la Corse, de remercier tous ceux qui ont permis cette première réussite, ce premier succès face à la maladie.
Je pense bien entendu à tout le personnel médical : médecins, infirmiers et tous les personnels des structures de soin. Tous ces métiers doivent être revalorisés et, d’un point de vue concret, les salaires doivent être augmentés, ce ne sera que justice. Nous adressons donc nos remerciements à tout ce personnel et l’assurons de notre soutien dans ses demandes de reconnaissance.
Je veux également remercier ceux qui ont été un peu oubliés durant cette crise : les métiers de l’aide à la personne. Ces femmes ont pris soin des autres, ont pris des risques pour aider les autres, particulièrement nos personnes âgées.  
De manière générale, il faudra revaloriser également tous ces métiers qui relèvent du secteur privé mais qui, en fait, constituent une mission de service public. Pour notre part, nous serons aux côtés de ceux qui ont assuré et qui assurent encore chaque jour cette mission.
Je l’ai déjà fait le 24 avril, mais je veux réitérer nos remerciements à tous ceux qui ont permis à la société de continuer à vivre : les caissières, les facteurs, les transporteurs, les agriculteurs et les pêcheurs, les enseignants, les artisans…
Il faut remercier également l’ensemble des Corses : en respectant les mesures de confinement et de distance physique ils ont permis les résultats positifs que nous connaissons aujourd’hui. Ils ont permis de gagner cette première bataille contre le Covid-19 et je leur fais confiance pour continuer à être prudents et responsables.
Enfin, en aidant leur voisin, en participant financièrement, comme par le biais du fonds Corsica Sulidaria et d’autres, en fabricant des masques, en prêtant leur logement, en achetant local etc. les Corses ont mis en œuvre une solidarité extraordinaire.
Je veux les encourager à continuer à aider tous ceux qui en ont besoin et à privilégier, dans leur mode de consommation, le commerce local et la production corse.
Alors, après les nécessaires remerciements, en s’appuyant sur ce socle solide de la solidarité, l’heure est aussi venue de réfléchir à l’organisation d’une société nouvelle.
De notre point de vue, cette crise doit être envisagée comme un appel à prendre conscience de l’urgence qu’il y a à transformer notre mode de vie. Peut-être y aura-t-il d’autres crises ? Je pense bien sûr à celles liées au réchauffement climatique par exemple. Mais, plutôt que de les redouter et de les attendre sans agir, considérons cette crise du Covid-19 comme l’opportunité de changer ! Le temps est venu, pour chaque secteur, de faire le premier bilan de cette crise et d’en retirer une expérience : revenu universel, e-santé, télétravail, enseignement à distance etc. Quelle agriculture à court et moyen termes, quelle école, quel système de santé, quelle occupation de l’espace, quelle économie ?
Il est temps de mener cette réflexion ensemble.
Il semble que l’heure est venue de préparer l’avenir !
Je vous remercie.

In corsu

Care culleghe, cari culleghi,
Nanzu di principià vogliu rende un umaggiu à Albert Memmi, sparitu qualchì ghjornu fà. Era, a sapete, unu di i più grandi specialisti di i muvimenti di sculunizazione. A Corsica, l’avia capita benissimu. I so scritti fermeranu una referenza per parechji. Ch’ellu risposi in pace.
 
Dipoi qualchì ghjornu, l’epidemia di Covid-19 in Corsica cala pianu pianu. Ùn c’hè più casi novi di malati, l’uspidali anu ritruvatu un ritimu più o menu nurmale è ripiglia a vita. Siamu attenti quantunque chì a crisa di u Covid-19 ùn hè daretu à noi. Ne sò tanti testimogni quelli chì sò sempri malati, indebbuliti assai, in l’uspidali o in casa è à i quali pensemu. Pensemu dinù a tutte e famiglie in dolu.
 
Ma pensu ch’ella hè vinuta l’ora di ringrazià, à nome di l’istituzione di a Corsica, tutti quelli chì anu permessu sta prima riescita, stu primu successu di fronte à a malatia.
Pensu di sicuru à tuttu u persunale medicale : medichi, infirmieri è tutti l’altri persunali di e strutture medicale. Tutti sti mistieri devenu esse rivalutati è d’un puntu di vista cuncretu, a crescita di e so paghe ùn serà chè ghjustizia. Ringraziemu dunque tuttu stu persunale è l’assicuremu di u nostru sustegnu in e so dumande di ricunnuscenza.
Vogliu ringrazià dinù tutti quelli chì sò stati appena sminticati in stu periodu di crisa : i mistieri di l’aiutu à e personne. Ste donne anu curatu, anu pigliatu risichi per aiutà à l’altri, particularamente i nostri anziani.
Di modu generale, ci vulerà à rivalurizà ancu tutti sti mistieri chì rilevanu di u settore privatu ma chì, di fattu, custituiscenu una missione di serviziu publicu. Per contu nostru, seremu à fianc’à l’agenti chì anu assicuratu è chì assicuranu sempre ogni ghjornu sta missione.
L’aghju digià fatta u 24 d’aprile ma vogliu ripete i nostri ringraziamenti à tutti quelli chì anu permessu à a sucetà di cuntinuà à campà : casciaghje, fattori, traspurtori, agricultori è piscadori, insignanti, artisgiani...
Ci vole à ringrazià dinù l’inseme di i Corsi : rispettendu e misure di cunfinamentu è di distanza fisica anu permessu i risultati pusitivi chè no cunniscimu oghje. Anu permessu di vince sta prima battaglia contr’à u Covid-19 è li facciu cunfidenza per cuntinuà à esse primurosi è rispunsevuli.
Infine, aiutendu u so vicinu, participendu finanziariamente, cum’è per via di u fondu Corsica sulidaria o d’altri, fabrichendu maschere, imprestendu u so alloghju, cumprendu roba nustrale ecc, ecc, i Corsi anu messu in ballu una sulidarità senza paru.
I vogliu incurasgisce à cuntinuà à aiutà tutti quelli chì ne anu bisognu è à sceglie, in a so cunsumazione, u cummerciu lucale è a roba casana.
Allora, dopu à i necessarii ringraziamenti, appughjendu ci nant’à stu zocculu sodu di a sulidarità, mi pare ch’elle hè dinù venuta l’ora di a riflessione per l’urganizazione di una sucetà nova.
Per contu nostru, deve esse cuncipita sta crisa cum’è una chjama à piglià cuscenza di l’urgenza di cambià u nostru modu di campà. Podassi, ci ne seranu d’altre, crise ? Pensu di sicuru à quelle liate à u riscaldamentu climaticu per indettu. Ma, piuttostu chè di teme le è d’aspettà le senza agisce, cunsideremu sta crisa di u Covid-19 cum’è l’upportunità di cambià ! Hè ora, per ogni settore, di fà un primu bilanciu di sta crisa è di ritene ne una sperienza : rivenutu universale, e-salute, teletravagliu, insignamentu à distanza, ecc… Chì agricultura per dumane è dopu dumane, chì scola, chì sistema di salute, chì occupazione di u spaziu, chì ecunumia ?
Sta reflessione, hè ora di purtà la, inseme.  
Ci si pare ch’ella hè ghjunta l’ora d’appruntà l’avvene !
A ringrazià vi.
 
 

Télécharger le discours


Rédigé le Vendredi 29 Mai 2020 modifié le Vendredi 29 Mai 2020

              

Discours | Le Président | Actualités du Président | Histoire de la présidence | Corsica 2035