Assemblea di Corsica
Facebook
Twitter
Instagram
YouTube

Assemblea di Corsica

"Une société humaine se construit dans l’équilibre entre le pratique et le symbolique"


A l'occasion du vernissage de l’exposition temporaire du Musée de la Corse « Figure di Corsica – Symboles, emblèmes, allégories », le Président de l'Assemblée de Corse, Jean-Guy Talamoni, a notamment tenu à saluer le travail des équipes du musée tout en rappelant que "Nos symboles, nos emblèmes et nos allégories donnent du sens à notre société".








 

Anzi tuttu, vogliu ringrazià vi è felicità vi tutti per stu travaglione.

A dite, serebbe statu vanu di pretende à una mostra cumpiita nant’à e riprisentazione di l’aspirazione culturale, emblematiche è identitarie di a nostra isula. Ma, ghjè veramente una scumessa ardita d’avè vulsutu fà un inventariu di tutte e figure di a Corsica, da fà lu vede à i Corsi ma dinù à tutti quelli, numerosi, chì ghjunghjenu quì per capisce megliu ciò chè no simu.

Hè cusì appassiunante è cusì ampiu stu sugettu chì ùn basterebbe micca un discorsu da fà ne u giru !

Allora, per contu meiu, vecu in sta mostra a suddisfazione di ciò chì a filosofa Simone Weil chjamava « i bisogni di l’anima ».
Dicia :
« L'enracinement est peut-être le besoin le plus important et le plus méconnu de l'âme humaine. C'est un des plus difficiles à définir. Un être humain a une racine par sa participation réelle, active et naturelle à l'existence d'une collectivité qui conserve vivants certains trésors du passé et certains pressentiments d'avenir. »

En effet, l’être humain ne se nourrit pas que de pain. Et si certains prétendent que les symboles n’ont pas d’importance et qu’il faut être pragmatique, je considère pour ma part, et je pense ne pas être le seul ici, que, parce que les symboles participent de ce que nous sommes, nos politiques doivent aussi s’en inspirer.

En tant qu’élus, si nous nous engouffrions dans cette définition étriquée et uniquement utilitariste de la politique, les symboles n’incarneraient plus la voie commune. Si tout ce qui est immatériel était écarté, alors que resterait-il de la politique ? Une société humaine se construit dans l’équilibre entre le matériel et l’immatériel, entre le pragmatique et le poétique, entre le pratique et le symbolique.

D’ailleurs, originellement et étymologiquement, la notion de symbole renvoie à la relation nécessaire entre des éléments complémentaires. Un symbole exprime les valeurs d’une communauté, autant qu’il crée du liant au sein de cette même communauté, il est un instrument de cohésion de la société. Aussi, la dimension symbolique me semble être un élément constitutif de la politique plus que de toute autre pratique sociale.

C’est, je le crois, l’un des angles choisis pour cette exposition. Et je rejoins à nouveau volontiers Simone Weil qui explique que, les besoins de l'âme, à l'instar des besoins du corps, s’ils ne sont pas satisfaits, conduisent à la mutilation.
C’est là tout l’enjeu, particulièrement en Corse : réparer sur la base de ce qui est constitutif de notre identité, et donc notamment des symboles, une société abîmée.

Per contu nostru, ghjè ciò chè no pruvemu à mette in ballu dipoi guasi trè anni. Ghjè pè nutrisce l’anime è nustrisce a ghjente ch’avemu piazzatu a cultura è l’educazione à u centru di u nostru prugettu puliticu. Ghjè nant’à u zocculu di ciò chè no simu chè no vulemu andà versu l’avvene.

Ind’è stu prugettu puliticu, u simbulu, cum’è riprisentazione cuncreta di una nuzione astratta, piglia tutta a so impurtanza.
En témoigne le logotype de l’Assemblée de Corse, qui figure - et, au nom de l’institution, je vous en remercie - dans cette exposition. Ce logo, réalisé en interne par Sylvie Pardies-Pellegrini, l’une de mes collaboratrices, est une réinterprétation du sceau officiel du gouvernement de la Corse sous Pasquale Paoli. Entièrement redessiné et modernisé, il ancre l'institution dans l'Histoire tout en la positionnant dans notre temps et la tournant vers l’avenir à travers un parti pris graphique épuré.

Ce logo est né de cette même réflexion que vous menez aujourd’hui à travers ce travail. Une réflexion qui s’inspire de celle d’Ernest Renan quand il dit : « Une nation est une âme ». Cette âme, écrit-il, est constituée de deux choses :
« L’une est dans le passé, l’autre est dans le présent. L'une est la possession en commun d'un riche legs de souvenirs ; l'autre est le consentement actuel, le désir de vivre ensemble, la volonté de continuer à faire valoir l'héritage qu'on a reçu indivis. »

« E figure di a Corsica » démontre, s’il en était besoin, que nous sommes bien un peuple, tel que le définit le même auteur :
« Avoir des gloires communes dans le passé, une volonté commune dans le présent ; avoir fait de grandes choses ensemble, vouloir en faire encore, voilà les conditions essentielles pour être un peuple », affirme t-il.

Je le disais, vous traitez là un sujet passionnant, de grande ampleur et tellement riche qu’il ne saurait bien sûr être résumé par un seul discours, qu’il ne saurait certainement être réduit à l’approche que je viens de développer. Nos symboles, nos emblèmes et nos allégories donnent du sens à notre société. C’est ainsi, pour ma part, que j’aborde cette exposition temporaire mais chacun pourra adopter un angle différent.

Je veux vous remercier et vous féliciter à nouveau pour ce travail considérable, qui, à l’instar de tous ceux que vous entreprenez, est véritablement utile à notre société. Je suis convaincu qu’il retiendra l’attention des Corses mais aussi de tous ceux qui viennent sur cette île, animés du désir de la comprendre.
 
A ringrazià vi.
 
 

L'exposition est visible au Musée de la Corse du 1er août 2018 au 30 mars 2019. 
E figure di a Corsica. Simbuli, segni è allegurie
Da u 1u d’aostu di u 2018 à u 30 di marzu di u 2019
Sta nova mostra vole discrive i simbuli, i segni è l’allegurie di a Corsica dapoi l’Antichità sin’à i ghjorni d’oghje. Si trattta di una ripresentazione nantu à un longu andà di l’aspirazione culturale, imblematiche, identitarie di a Corsica.
Cette nouvelle exposition se propose de décrire les symboles, les emblèmes et les allégories de la Corse depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours. Il s’agit d’une représentation sur le long terme des aspirations culturelles, emblématiques et identitaires de la Corse.

Plus d'informations sur le site du Musée de la Corse 


Rédigé le Mercredi 1 Août 2018 modifié le Mercredi 1 Août 2018

              

Actualités de la Présidence | Les discours de la Présidente | Rôle de la Présidente | 2018 - 2021 | Les discours - 2018/2021 | Histoire de la présidence