Assemblea di Corsica

Assemblea di Corsica


Auguri di u Presidente di l'Assemblea di Corsica per l'annu 2021


A pace è a salute sì, l’amore, a felicità, ma dinù a vuluntà, a forza, a determinazione, è a cunfidenza in ciò chè no simu.
Siate sicuri di voi, di noi tutti. E campate felici !




Care cumpatriotte, cari cumpatriotti,

Una volta di più, mi tocca à presentà vi i mio auguri per l’annu novu.

Quellu chì si ne và ùn hè statu faciule. Per i Corsi cum’è per l’altri, i mesi scorsi anu arricatu sciagure è guai in quantità.
In stu mumentu sulenne, vogliu pensà à e famiglie in dolu, a i malati, à quelli chì, assaltati da i prublemi materiali, lottanu per assicurà un lindumane à i soi. Pensu dinù à i prigiuneri, chì a Covid rende dinù a vita più dura daretu à quattru muri cechi…

Ma sta sera, vogliu dinù ringrazià quelli chì piglianu tutti i risichi per fà vince è forze di a vita : persunali medicali bella sicura, persunali educativi, ma dinù quelli chì ùn si vedenu, chì nimu ùn ne parla, ma chì permettenu à a notra sucietà di cuntinuà quantunque à campà : quelli chì intratenenu e nostre strade, quelli chì puliscenu i nostri paesi è e nostre cità, quelli è quelle chi permettenu à l’anziani è à i maladi di firmà in casa soia, tutti l’anonimi chì, incù u so travagliu, cuntribuiscenu à mantene un soffiu di vita è a lea suciale in li mumenti i più duri.

Pensu dinù à l’attori culturali, chì e so attività sò più chè essenziale. L’omu ùn pò esse ristrettu à un cunsumatore, puru dirobba numerica.
Vi parleraghju dinù di a situazione di a Corsica di pettu à a crisa. L’averete capita : l’eletti corsi ùn anu avutu nisun’pesu nantu à a pulitica sanitaria è ghjè Parigi chì hà decisu di tuttu. S’elle eranu state bone ste decisione, ci serebbe digià un prublema di demucrazia. Ma di più, avemu avutu l’impressione d’esse « in manu à l’orsu » : à sente dì i ministri è i prefetti, à una certa epica e mascare ùn servianu à nunda, eppò dopu ci vulia à purtà le ancu per dorme. Ci vulia à tutti i patti à stà chjosi in casa ma si pudia andà à vutà per e municipale. Da i coprifochi à i cunfinamenti, i cumercianti è altri prufessiunali sò stati tribulati senza chè nimu possi capisce a pulitica d’inseme di l’amministrazione. A certificazione sanitaria per entre in Corsica, vutata da a nostra Assemblea hè stata ricusata, è pò dopu annunciata ma  senza obligu, ciò chi ùn ghjove à nunda…

Per i Corsi, è sopra à tuttu per i rispunsevuli, hè ora è tempu di dì innò. Ci vole à arrestà di rispettà regule sceme chì ci portanu à a ruvina. Ci vole à piglià, è à mette in ballu, e nostre decisione.
Ci vole à fà la, chì ne simu capaci. E riflessione di a nostra Assemblea nantu à u cusì dettu « mondu di dopu » sò più avanzate chè da mare in là. In u duminiu di l’innuvazione suciale, avemu appruntatu l’avvene. Per indettu, u Rivenutu Universale, chì u mondu sanu ne parla dipoi qualquì mese, noi ci travagliemu dipoi trè anni è u nostru prugettu serebbe digià appiecatu senza u blucchime di Parigi, una volta di più…
Nantu à tutti i sugetti, simu intravati da una amministrazione francese assurda chì hà digià divastatu u so propriu paese.  
Quist’annu, ùn ci pudemu cuntentà di dì « Pace è salute » è di cuntinuà cum’è nanzu.
Quist’annu, i nostri auguri duveranu truvà a forza di diventà realità.
Hè per quessa chì, care cumpatriotte, cari cumpatriotti,
incù fede, vi dicu :
A pace è a salute sì, l’amore, a felicità, ma dinù a vuluntà, a forza, a determinazione,
È a cunfidenza in ciò chè no simu.
Siate sicuri di voi, di noi tutti. E campate felici !

Evviva a Nazione!
Evviva a Corsica!

Chères compatriotes, chers compatriotes,
Une fois de plus, je vous présenterai mes vœux pour l’année nouvelle.
Celle qui s’en va n’a pas été facile. Pour les Corses comme pour les autres, les derniers mois ont apporté d’innombrables malheurs.
En ce moment solennel, je veux penser aux familles en deuil, aux malades, à ceux qui, assaillis par les problèmes matériels, luttent pour assurer l’avenir des leurs. Je pense également aux prisonniers, car la Covid rend aussi la vie plus dure derrière quatre murs aveugles…
Mais ce soir, je veux aussi remercier ceux qui prennent tous les risques pour faire triompher les forces de la vie : les personnels médicaux bien sûr, les personnels éducatifs, mais également ceux que l’on ne voit pas, ceux dont personne ne parle, mais qui permettent à notre société de continuer malgré tout à vivre : ceux qui entretiennent les routes, ceux qui nettoient nos villages et nos villes, celles et ceux qui permettent à nos anciens et aux malades de demeurer dans leurs maisons, tous les anonymes qui, par leur travail, contribuent à maintenir un souffle de vie et le lien social dans les moments les plus difficiles.
Je pense aussi aux acteurs culturels, car leur activité est plus qu’essentielle. L’homme ne peut être réduit à un consommateur, pas même de numérique.
Je vous parlerai également de la situation de la Corse face à la crise. Vous l’aurez compris : les élus corses n’ont pas eu leur mot à dire sur la politique sanitaire et c’est Paris qui a décidé de tout. Si ses décisions avaient été bonnes, il y aurait déjà un problème de démocratie. Mais de surcroît, nous avons eu l’impression d’être à la merci de n’importe quoi : à en croire les ministres et les préfets, à un certain moment les masques ne servaient à rien, et puis ensuite il fallait les porter même pour dormir. Il fallait à tout prix rester enfermés à la maison mais il était possible de sortir pour voter aux élections municipales. De couvre-feux en confinements, les commerçants et autres professionnels ont été tourmentés sans que personne ne puisse comprendre la politique d’ensemble de l’Administration. La certification sanitaire pour entrer en Corse, votée par notre Assemblée, a été refusée, puis annoncée mais sans obligation, ce qui ne sert à rien…
Pour les Corses, et surtout pour les responsables, il est plus que temps de dire non. Il faut cesser d’obéir à des règles ineptes qui nous conduisent à la ruine. Il faut prendre et mettre en œuvre nos décisions.
Il faut vraiment le faire car nous en sommes capables. Les réflexions de notre Assemblée sur le fameux « monde d’après » sont plus avancées que de l’autre côté de la mer. Dans le domaine de l’innovation sociale, nous avons préparé l’avenir. Par exemple, le Revenu Universel dont parle le monde entier depuis quelques mois, nous, nous y travaillons depuis trois ans et notre projet serait déjà mis en application sans le blocage de Paris, une fois de plus…
Sur tous les sujets, nous sommes entravés par une administration française absurde qui a déjà réussi à dévaster son propre pays.
Cette année, nous ne pouvons nous contenter de dire « Pace è salute » et de continuer comme avant.
Cette année, nos vœux devront trouver la force de devenir réalité.
C’est pourquoi, Chères compatriotes, chers compatriotes, je vous dis avec foi :
La paix et la santé bien sûr, l’amour, le bonheur…
Mais aussi la volonté, la force, la détermination.
Et la confiance en ce que nous sommes.
Soyez sûrs de vous, sûrs de nous tous. Et vivez heureux!
Evviva a Nazione!
Evviva a Corsica!

Rédigé le Jeudi 7 Janvier 2021 modifié le Mercredi 27 Janvier 2021

              

Actualités Assemblea di Giuventù | Actualités des commissions | La Présidence | Espace Presse | Les élus | L'Assemblée de Corse | Séances publiques | Actualités | Les commissions | Plan d'accès