Assemblea di Corsica


Langue corse : Mobilisation des élus, professeurs et syndicats contre la réforme du baccalauréat


Réunis ce matin autour du Président de l'Assemblée de Corse Jean-Guy Talamoni et de Vannina Buresi, Présidente de la commission de la langue corse, élus, professeurs de corse et syndicats ont dénoncé ce matin les conséquences négatives du projet de loi Blanquer sur l'enseignement de la langue corse dans le secondaire. Une prise de position coordonnée avec la Bretagne et l'Occitanie.




La réforme Blanquer va aboutir à l’éviction du corse de l’école publique

Ce projet éducatif a été élaboré sans aucun échange avec l’Assemblée de Corse. Il va détruire tout ce qui a pu être construit patiemment, conquis pas à pas, depuis plus de 45 ans avec l’intégration du corse à la loi Deixonne en 1974.
 
La conjugaison de la réforme du baccalauréat au projet de loi Blanquer qui sera examiné à partir du 11 février à l’Assemblée nationale a des implications sur la politique éducative comme sur la politique linguistique de normalisation de la langue corse défendue par l’Assemblée de Corse.
 
Après avoir obtenu la création d’une spécialité langue régionale dans la nouvelle mouture du baccalauréat suite à une motion déposée par le groupe Corsica libera adoptée par l’Assemblée de Corse en octobre 2018, le Ministère de l’éducation poursuit son attaque systématique de l’édifice d’enseignement de la langue corse, au mépris de ses propres engagements avec la Corse contractualisés par la convention CTC/Etat du 2 novembre 2016.
 
Suite à cela, une motion a été déposée la semaine dernière et le Président de l’Assemblée de Corse a sollicité le Ministre de l’Education pour une demande de rencontre urgente restée sans réponse à cette heure.
 
La réforme prévoit la possibilité de choisir la langue corse en tant qu'enseignement de spécialité Langues vivantes étrangères et régionales. Nous nous réjouissons que cette possibilité soit actée en théorie. Mais dans la pratique, nous savons bien que seuls quelques établissements pourront proposer cet enseignement de spécialité.
 
La réforme prévoit également la possibilité de choisir l'enseignement optionnel de corse en LVC. Mais l'option corse voit son coefficient pour le baccalauréat passer de 2 actuellement à 0,6 dorénavant (alors que l'option Langues et cultures de l'Antiquité conserve le coefficient 2). Dans le projet de réforme, le corse serait moins valorisé que les langues mortes que sont le grec et le latin.
 
Comment peut-on croire qu'un élève suivra un enseignement supplémentaire de 3 heures hebdomadaire pour un coefficient dérisoire de 0,6 ? De plus, il sera impossible de cumuler l'option corse avec une autre option (alors que c'est le cas avec les Langues et Cultures de l'Antiquité). Concernant les sections bilingues, le manque d'information claire et sûre nous préoccupe. Quelle sera leur place dans le nouveau lycée ? Les disciplines non linguistiques enseignées en corse bénéficieront-elles d'une dotation horaire spécifique ?
---
Stu prugettu educativu hè statu cuncipitu senza alcunu scambiu cù l’Assemblea di Corsica. Hà da spantica tuttu ciò chì hè statu messu in anda longu à u tempu, strappatu pezzi à pezzi, dapoi più di 45 anni quandu u corsu hè statu tramessu ind’a legge Deixonne in u 1974.
 
A somma di a riforma di u bascigliè è u prugettu di a legge Blanquer chì serà analizata à partesi da l’11 di ferraghju à l’Assemblea naziunale hà un effettu annantu à a pulitica educativa cume nantu à a pulitica linguistica di nurmalisazione di a lingua corsa difesa da l’Assemblea di Corsica.
 
Dopu ad avè ottenutu a creazione d’una spezialità lingua regiunale ind’a nuvella urganisazione di u bascigliè, dopu à chì l’Assemblea di Corsica d’ottobre 2018 fece soia una muzione disposta da u gruppu Corsica Libera, u Ministeru di l’educazione seguita a so mossa di pettu à l’edifiziu d’insignamentu di a lingua corsa, senza avè primura di i so accordi cù a Corsica, stampati ind’a cunvinzione CTC/Statu di u 2 di nuvembre di u 2016.
 
Capu à què, una muzione hè stata disposta a simana scorsa da u gruppu Corsica Libera è u Presidente di l’Assemblea di Corsica hà fattu valè a so brama di scuntrà à u più prestu u Ministru di l’educazione, oghje ghjornu sta dumanda ferma senza risposta.
 
Ghjè per quessa chi ghjè messu in opera oghje, in leia cù l’attori di e pulitiche educative è di e pulitiche linguistiche, una mossa eccezziunale in Corsica, à u Paese Bascu, in Occitania è in Brittagna.
 
A riforma privede a pussibilità di sceglie a lingua corsa in tantu chè insignamentu di spezialità lingue vive strangere è regiunale.
Simu felice assai di vede chì stà misura sia pussibule in teuria. Ma ind’a pratica, Si sà bè chì solu qualchì stabilimentu puderanu prupone s’tinsignamentu di spezialità.
 
A riforma privede dinù a pussibilità di sceglie l’insignamentu uzziunale di u corsu in LVC. Ma l’uzzione corsu vede u so cuefficiente calà da 2 avà à 0.6 (invece chì l’uzzione lingue è culture di l’Antichità mantenenu u cuefficiente 2). Ind’u prugettu di riforma, u corsu serebbe menu messu in valore di pettu à e lingue morte chì sò u grecu è u latinu.
 
Cumu si pò crede ch’un elevu seguiterà un insignamentu supplementariu di 3 ore à simana per u cuefficiente debbule assai di 0.6 ? Di più, ùn serà micca pussibule d’aghjunghje l’uzzione corsu cù una altra uzzione (invece chì ghjè u casu cù e Lingue è Culture di l’Antichità).
 
Per ciò chì tocca à e sezzione bislingue, a mancanza d’infurmazione chjare è sicure ci frastorna. Qualessa serà a so piazza ind’u novu liceu ? E discipline ch’un sò linguistiche chì sò insignate in Corsica, Averanu a pussibilità di gode d’una dutazione d’ore specifiche ?


 

Le statut de la discipline scolaire, un enjeu vital pour la politique linguistique

Sans changement, la loi Blanquer et la réforme du lycée et du baccalauréat risquent d'exclure à terme la langue corse de bon nombre de collèges et de lycées. En effet, si le corse n'est pas valorisé au bac, combien d'élèves choisiront cette option au lycée ou bien au collège ? L’Education nationale préfère mettre au chômage technique les professeurs de corse plutôt que de mobiliser leurs compétences. Ensuite, elle aura vite fait d'argumenter de la faible attractivité de cet enseignement pour supprimer les postes ouverts au CAPES et à l’agrégation, pour peut-être, le supprimer entièrement. Doit-on en déduire que l'objectif inavoué est de faire disparaître le corse de l’Ecole publique ?
 
L'enseignement du corse et en corse se trouve menacé à chaque nouvelle réforme dans l'Education nationale (réforme du collège, réforme du bac...). Ce qui nous amène à demander un statut spécifique pour cet enseignement, avec des dispositifs et dotations horaires propres et pérennes.
----
Senza scambiamenti, a legge blanquer è a riforma di u liceu è di u bascigliè arrecanu à cortu andà u risicu di vede u corsu smarì di parechji culleghji è i licei. Eppuru, si u corsu ùn hè messu in valore mentre e prove di u bascigliè, quantu anu da esse l’elevi à sceglie st’uzzione à u liceu o à u culleghju ?  L’educazione naziunale preferisce lacà da cantu i prufessori di corsu invece di ghjove si di e so cumpetenze. Infine, ùn starà tantu à palisà u pocu di fervore di punta à st’insignamentu pè caccià i posti aperti à u CAPES è à l’aggregazione, per pò esse, caccià lu di modu assulutu. Si duverebbe pensà chì u scopu impalesu hè di fà smarì u corsu di a scola publica ?
 
L’insignamentu di u corsu è in corsu hè minacciatu à ogni nuvella riforma di l’Educazione naziunale (riforma di u culleghju, riforma di u bascigliè…) Ghjè ciò chì ci porta à fà a dumanda d’un statutu specificu per st’insignamentu, cù i dispusitivi è dutazione di l’ore sputichi è fermi ind’u tempu.



 

Pour le respect du statut de la Corse et des délibérations de l’Assemblée de Corse

Le Ministère de l’éducation nationale esquisse par de petites touches un projet éducatif élaboré sans concertation, au mépris du statut de la Corse et des délibérations de l’Assemblée de Corse dans le domaine de l’éducation.
L’article L4422-16 du Code Général des Collectivités Territoriales dispose que « l'Assemblée de Corse est consultée sur les projets et les propositions de loi ou de décret comportant des dispositions spécifiques à la Corse ».
L’article 7 de la loi du 22 janvier 2002 prévoit quant à lui que « l’Assemblée de Corse adopte un plan de développement de la langue dont les modalités d’application font l’objet d’une convention avec l’Etat. »
Dès lors, auquel motif l’Assemblée de Corse ne serait-elle pas consultée au sujet de réformes qui réduisent à la portion congrue la place du corse au baccalauréat et par là-même, dans tout l’enseignement secondaire ?
 
Cela est d’autant plus incongru que l’Assemblée de Corse a délibéré en janvier 2017 en faveur d’un cadre normatif spécifique pour l’enseignement en Corse. 
---
U Ministeru di l’educazione naziunale inizia à messa in ballu d’un prugettu educativu cuncipitu senza fà casu di u statutu di a Corsica è di e deliberazione di l’Assemblea di Corsica ind’u duminiu di l’educazione.
L’articulu L4422-16 di u Codice Generale di e Cullettività Territuriale dispone chì « l’Assemblea di Corsica hè cunsultata annantu à i prugetti è e pruposte di legge o i decreti chì anu dispusizione specifiche à a Corsica».
L’articulu 7 di a legge di u 22 di ghjennaghju 2002 ammenta chì « l’assemblea di Corsica adopra un pianu di sviluppu di a lingua induve l’usii d’appiecazione facenu l’ogettu d’una cunvenzione cù u Statu.»
Tandu, chì serebbenu e cagione per fà chì à l’Assemblea di Corsica ùn li serebbe chersu u so avisu per ciò chì tocc’à e riforme ch’indebbuliscenu a piazza di u corsu à u bascigliè è per via di què ind’u secondu gradu sanu ?
 
Serebbe ancu di più scurrettu quandu sapemu chì di ghjennaghju 2017 l’Assemblea di Corsica s’hè sprimata à prò d’un quadru nurmativu specificu per l’insignamentu in Corsica.


 

Une mobilisation exceptionnelle coordonnée avec les acteurs éducatifs des autres langues dites « régionales »

D’abord à l’initiative de l’association des professeurs de l’enseignement public basque Euskara Geroan, nous avons organisé la coordination des conférences de presse qui seront données ce jour :
  • En Bretagne, par le Président de la Région Loïg Chesnais-Girard, et Lena Louarn, vice-présidente du Conseil régional de Bretagne, chargée des langues de Bretagne
  • En Occitanie, par le Congrès permanent de la langue occitane, la Fédération des Enseignants de Langue et Culture d'Oc et des élus.
C’est la première fois qu’une telle coordination voit le jour. Elle ne demande qu’à s’élargir. Nous affirmons notre entière solidarité avec leurs revendications pour la promotion de la diversité linguistique, la réussite de tous et l’innovation pédagogique.
 
En Corse, il existe aujourd'hui un constat partagé sur le fait que l'enseignement est l'un des principaux leviers de la politique linguistique et de la politique éducative.
 
Il est en effet de notre devoir de veiller à ce que tous les instruments juridiques soient obtenus, de la coofficialité à des mesures moins emblématiques mais néanmoins nécessaires à la transmission du corse et à l’occupation tranquille de l’espace public et privé par la langue corse.
 
Pourtant dans le même temps, la réforme du lycée et du baccalauréat risque d’anéantir la place du corse dans les collèges et dans les lycées. Ce qui suscite notre grande inquiétude et notre mobilisation.
---
À l’iniziativa di l’associu di i prufessori di l’insignamentu publicu bascu Euskara Geroan, emu accunciatu a cuurdinazione di e cunferenze di stampa chì s’anu da passà l’oghje ::
  • In Brittagna, da Lena Louarn, vice-presidente di u cunsigliu regiunale di Brittagna, incaricata di e lingue di Brittagna.
  • Occitania, a Federazione di ’Insignenti di Lingua è Cultura d’Oc è di l’eletti.
 Ghjè a prima volta ch’una cuurdinazione impurtanta cusì si mette in anda. Cù a sola brama di vede si allergata. Porghjimu u nostru sustegnu à e so rivindicazione pè a prumuzione di a diversità linguistica, a riescita di tutti è l’innuvazione pedagogica.
 In Corsica, esiste oghje un custattu spartu annantu à u fattu chì l’insignamentu hè unu di i principali attrazzi di a pulitica linguistica è di a pulitica educativa.
 
Di fatti, tocc’à noi d’esse attenti à chì l’inseme di i strumenti ghjuridichi sianu ottenuti, da a cuuficialità fin’à e misure menu emblematiche ma chì sò quantunque necessarie à a tramandera di u corsu à l’occupazione serena di u spaziu publicu è privatu da a lingua corsa.
 Eppuru, ind’u stessu tempu, a riforma di u liceu è di u bascigliè arrecanu u risicu di vede u corsu smarì da i culleghji è da licei. Ciò chì ci da u tramanu è chì spieca a nostra mossa.


 

Par notre appel solennel à une rencontre urgente avec le Ministre de l’Education, nous demandons:

  • Une réunion du Conseil Académique des Langues Régionales afin de construire un diagnostic partagé des conséquences de la réforme et de l’état des lieux de l’enseignement du corse.
  • Le respect par l’Etat des objectifs qu’il s’est lui-même assigné en paraphant la convention Etat-CTC du 2 novembre 2016.
  • L’élaboration d’un plan de développement des expérimentations d’enseignement par immersion, retiré dans la lettre cadre relative au dispositif pour l’enseignement du corse 2018-2019 de la Rectrice.
  • L’intégration de la langue corse dans le plan académique de formation car le « grand plan de formation » financé par la CdC ne peut pas être l’alpha et l’oméga de la formation continue des enseignants.
  • L’ouverture de la spécialité Langue et culture corses dans tous les lycées, sans condition préalable d’effectif minimum.
  • La possibilité pour tous les élèves de passer toutes les épreuves du diplôme national du brevet ou du baccalauréat en langue corse.
  • L’intégration du corse dans le socle commun de connaissances, de compétences et de culture au collège.
  • La normalisation du corse au baccalauréat par un coefficient plus fort et la possibilité de cumul du corse et d'une option. Cela aboutirait à une égalité de traitement entre enseignements de langues et cultures régionales et de langue et culture de l'antiquité.
  • Le rétablissement d'un enseignement de langue et culture corses dans les séries technologiques du lycée.
  • Le développement des enseignements de disciplines non linguistiques en langue corse pour les élèves en parcours bilingue, avec l’objectif d’atteindre la parité horaire.
  • Le développement des enseignements de disciplines non linguistiques en langue corse pour les élèves ayant choisi d’autres parcours afin de mobiliser les compétences de tous les enseignants, de favoriser la mixité scolaire et sociale au sein des classes et de faire du corse la langue de tous les citoyens.
  • L’expérimentation d’un dispositif particulier pour la formation, le recrutement et le mouvement des enseignants.
  • Un moratoire relatif à la réforme de l’ESPE de Corse afin de lui permettre de former les enseignants au CRPE bilingue. Le volume de formation spécifique passerait de 146 heures à 80 heures et le volume d’enseignement réservé au contexte de chaque ESPE serait réduit à 10%.

 

Per via di a nostra chjama sullena à prò d’un scontru à u più prestu cù u Ministru di l’educazione, dumandemu :

  • Una reunione di u cunsigliu accademicu di e lingue regiunale ind’u scopu di custruì un analisi sparta di e cunsequenze di a riforma per fà un bilanciu di a situazione di l’insignamentu di u corsu.
  • U rispettu da u Statu di l’oggettivi ch’ellu hà fattu soiu firmendu a cunvenzione Statu-CTC di u 2 di nuvembre 2016.
  • A cuncipitura d’un pianu di sviluppu di e prove d’insignamentu in immerssione, ricacciatu ind’a lettera quadru rilativu à u dispusitivu pè l’insignamentu di u corsu 2018-2019 di a Rettrice.
  • L’integrazione di a lingua corsa ind’u pianu accademicu di furmazione perchè chì « u pianu maiò di furmazione » finanzatu da a Cdc ùn pò esse l’alpha è l’omega di a furmazione in cuntinu di l’insignanti.
  • L’apertura di a spezialità Lingua è Cultura Corsa inde l’inseme di i licei, senza a cundizione d’un numaru d’elevi minimu.
  • A pussibilità per tutti l’elevi di passà tutte e prove di u brivettu o di u bascigliè in lingua corsa.
  • L’integrazione di u corsu ind’u soclu cumunu di e cunniscenze, di cumpetenze è di cultura à u culleghju.
  • A nurmalisazione di u corsu à u bascigliè da un coefficiente più forte è a pussibilità di aghjunghje u corsu à un’uzzione. Spunterebbe à mette à paru l’insignamentu di lingue è culture regiunale cù è lingue è culture di l’Antichità.
  • A rimessa in piazza d’un insignamentu di lingua è cultura corsa ind’e serie tecnulogiche di u liceu.
  • U sviluppu di l’insignamenti di discipline micca linguistiche in lingua corsa per l’elevi in parcorsu bislingu, cù l’oggettivu di ghjunghje à a parità di l’ore.
  • U sviluppu di l’insignamentu di discipline micca linguistiche in lingua corsa pè l’levi chì anu fattu a scelta altri parcorsi ind’u scopu d’addunisce e cumpetenze di l’inseme di l’insignenti, per favurisce u mischju sculare è suciale ind’e scole è fà di u corsu a lingua d’ogni citadinu.
  • A prova d’un dispusitivu particulare pè a furmazione, a presa di postu è u muvimentu di l’insignenti
  • Un attempamentu in leia cù a riforma di l’ESPE di Corsica per permette lu di furmà l’insignenti di u CRPE bislingu. A furmazione specifica passerebbe da 146 ore à 80 ore è u vulume di l’insignamentu riservatu à u cuntestu d’ogni ESPE serebbe calatu di 10%.

Télécharger le dossier de presse


Rédigé le Mercredi 6 Février 2019 modifié le Vendredi 15 Février 2019

              

Actualités Assemblea di Giuventù | Actualités des commissions | La Présidence | Espace Presse | Les élus | L'Assemblée de Corse | Séances publiques | Actualités | Les commissions | Plan d'accès | Commission ad hoc Territoire Zéro Chômeur de Longue Durée | Commission ad hoc faisabilité d'un revenu de base et possibilité d'en expérimenter la mise en oeuvre en Corse | Mise en place d'un système de valorisation de l'énergie thermique de la mer sur les navires de la continuité territori | Commission ad hoc chargée d'étudier l'inclusion des personnes en situation de handicap dans la société corse | Commission ad hoc sur les activités économiques du littoral | Commission ad hoc pour une politique de la pêche en mer en Corse | Commission ad hoc chargée d'une réflexion autour des politiques publiques de la langue corse | Commission de travail dédiée aux prisonniers politiques